Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
8 commentaire(s)
Inclure le doublage japonais dans un jeu vidéo en Occident : un enjeu important mais compliqué

 Par klaus,
 le 24/01/2017 à 00H43

Il n'est pas rare que des éditeurs décident de proposer une option permettant de choisir le doublage japonais dans la version occidentale d'un jeu vidéo. C'est le cas de Nintendo si l'on prend certains exemples récents comme Bravely Second : End LayerProject Zero : La Prêtresse des Eaux Noires, The Wonderful 101Bayonetta 2 ou encore Rhythm Paradise Megamix (même si le cas de ce jeu est assez particulier puisqu'il s'agit de chansons). Pour certains titres comme Tokyo Mirage Sessions #FE, les voix japonaises ont été conservées étant donné qu'elles occupent une place très importante, et le jeu ne contient donc pas de doublage anglais.

Cependant, certains jeux proposent uniquement un doublage anglais et il n'y a aucune option pour choisir les voix d'origine. Parmi les titres les plus récents édités par Nintendo qui ne comprennent pas ce choix, on peut citer Dragon Quest VIII : L'odyssée du roi mauditFire Emblem Fates, Xenoblade Chronicles X, Star Fox Zero et bientôt Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia ainsi que The Legend of Zelda : Breath of the Wild. En ce qui concerne Fire Emblem Fates et Xenoblade Chronicles X, il est très intéressant de noter que les précédents jeux de la série, Fire Emblem : Awakening et Xenoblade Chronicles, proposaient bien une option permettant de choisir le doublage japonais ou les voix anglaises. 

Pour Fire Emblem Echoes, une simple précision a été faite lors de l'annonce du jeu au cours du Fire Emblem Direct, mais pour Breath of the Wild, c'est le producteur Eiji Aonuma qui a confirmé la semaine dernière dans une interview accordée à IGN Portugal qu'il sera impossible de choisir directement le doublage depuis le jeu. Dans le cas de la Switch, si l'on souhaite profiter du doublage japonais, il faudra se rendre dans les paramètres de la console et changer la langue. Cependant, en plus de la console, c'est le jeu qui sera totalement en japonais et il ne sera pas possible de jouer par exemple avec les textes en français et les voix dans une autre langue (japonais, anglais, italien, espagnol, allemand et russe).

 

 

 

Bien sûr, l'absence de ce choix dans plusieurs jeux vidéo déçoit un grand nombre de joueurs, mais il faut savoir que, contrairement à ce que l'on peut croire, proposer le choix permettant de choisir des doublages différents ne coûte pas rien pour tous les éditeurs. Nous avions tenté de l'expliquer ici et  l'année dernière pour le cas de Fire Emblem Fates, mais récemment, nous avons décidé d'approfondir nos recherches afin de comprendre réellement pourquoi certains éditeurs ne peuvent pas inclure le doublage japonais dans un jeu vidéo. Avant toute chose, sachez que concernant l'espace de stockage, Breath of the Wild demandera 13 Go sur Wii U et 13,4 Go sur Switch. L'hypothèse du manque de mémoire pour ajouter le doublage japonais est à écarter, d'autant plus que toutes les langues sont incluses dans la cartouche sur Switch (bien que, comme précisé plus haut, il n'y aura aucune option pour les choisir directement depuis le jeu).

Dans certains cas, lorsque le doublage japonais n'est pas inclus dans la version occidentale d'un jeu, cela est fait par nécessité, et non par choix. En effet, comme un traducteur travaillant pour XSEED Games l'avait expliqué en 2013 après avoir parlé de The Legend of Heroes : Trails in the Sky, les limitations techniques et le manque d'espace de stockage ne sont pas les seuls facteurs qui empêchent les éditeurs d'ajouter plusieurs doublages dans leurs jeux, il y a aussi les contrats de licence de droit d'auteur et bien d'autres complications.

Lorsqu'un comédien double une ou plusieurs lignes de dialogue ou interprète ne serait-ce qu'une chanson dans un jeu vidéo, il signe un contrat, et certains de ces contrats, surtout au Japon, sont parfois extrêmement stricts. Par exemple, un comédien peut demander d'enregistrer sa voix à condition qu'elle soit utilisée uniquement au Japon, ce qui rend illégal le fait d'utiliser les mêmes lignes de dialogue partout ailleurs dans le monde.

Cela représente donc souvent un énorme problème pour les éditeurs, ce qui leur laisse seulement trois choix si un comédien précise dans son contrat que l'enregistrement de sa voix ne pourra pas être utilisé en dehors du Japon. Ces trois choix sont : sortir le jeu avec un doublage uniquement en anglais (ou dans plusieurs langues dans un cas comme Breath of the Wild), sortir le jeu sans doublage... ou ne pas du tout sortir le jeu en dehors du Japon. Le traducteur de XSEED prouvait en 2013 que certains éditeurs essayaient souvent de laisser le choix du doublage aux joueurs, mais cela peut ne pas être possible dans certains cas.

Il est important de souligner que dans le cas des anime, les clauses d'exclusivité territoriales sont différentes. En effet, vous avez sûrement remarqué que pour les simulcasts, les DVD et Blu-rays, les pistes japonaises sont toujours conservées. On peut prendre l'exemple de God Eater : le doublage japonais n'a pas été conservé pour God Eater 2 : Rage Burst, mais pour le simulcast et la sortie en Blu-ray de l'anime God Eater, il a bien été gardé pour la majorité des territoires.

 

 

Doubler un jeu dans une autre langue demande énormément de temps et un budget conséquent, et si un éditeur décide de proposer un jeu sans doublage, cela lui demandera moins de temps pour la localisation et moins de budget. Même si ce cas est rare, cela est déjà arrivé, mais les éditeurs ne veulent pas opter pour cette possibilité la plupart du temps. Il faut aussi noter qu'en premier lieu, un éditeur doit payer une société japonaise pour sortir un jeu en Occident. Par la suite, dans 90 % des cas, un éditeur a l'obligation de créer un doublage anglais car la majeure partie du public visé veut que le jeu soit entièrement traduit et localisé dans leur langue maternelle.

Certains cas sont assez différents et ont un rapport avec le public ciblé. Par exemple, pour des séries de Level-5 comme Inazuma Eleven et Professeur Layton, Nintendo produit un doublage en plusieurs langues, qu'il est impossible de changer à moins de modifier la langue de la console. En règle générale, le public visé ne souhaite pas choisir le doublage, et proposer une option de ce genre coûterait beaucoup d'argent à l'éditeur car il faudrait aussi penser aux autres langues, et cela aurait donc un impact limité sur les ventes. Autre chose importante à noter : Level-5 embauche régulièrement des acteurs célèbres au Japon (c'est d'ailleurs le cas pour Lady Layton : The Millionaire Ariadone's Conspiracy), qui peuvent donc décider de préciser dans leur contrat que leur voix ne doit pas être utilisée en dehors du Japon. En outre, les agences qui représentent ces acteurs peuvent ne pas souhaiter de négocier avec une équipe de localisation.

En général, pour leur décision finale, les éditeurs doivent vérifier le nombre de voix enregistréesle type de doublage et la possibilité d'inclure le doublage japonais. Bien évidemment, même si les éditeurs décident de doubler un jeu en anglais (afin notamment de le rendre plus accessible), ils essayent souvent de conserver également le doublage japonais. Le traducteur travaillant pour XSEED n'a pas parlé des négociations, mais la raison est bien simple : négocier individuellement avec les comédiens est une très mauvaise idée et aucun éditeur ne désire faire cela, car il faudrait tout d'abord embaucher et payer une équipe d'avocats et des traducteurs. Ensuite, cela aurait un impact limité sur les ventes, ce qui représente une mauvaise utilisation des ressources de l'équipe de localisation, surtout au niveau du business. Parfois, il n'y a plus rien à renégocier, étant donné que certains contrats sont arrangés spécifiquement pour le projet en question et que les agents représentant les comédiens ne sont plus intéressés à réexaminer un projet qui est déjà terminé. 

Cela ne serait pas lié au cas de Breath of the Wild, mais pour des éditeurs comme XSEED, conserver un doublage japonais est encore plus difficile puisque l'éditeur n'est pas celui d'origine. Logiquement, il est plus facile de retravailler une décision d'un comédien (qui refuse par exemple que sa voix soit utilisée en dehors du Japon) si c'est la société d'origine qui s'en occupe. Cependant, même dans ces cas-là, et même si c'est la société à l'origine du contrat qui s'en occupe, il est souvent impossible d'avoir accès aux licences de droit d'auteur

 

 

Pour résumer, si un éditeur décide de négocier, il doit payer des avocats et des traducteurs, contacter la société d'origine et voir si elle peut trouver une solution. Toutefois, dans la plupart des cas, le contrat de licence peut ne plus être disponible pour l'international, et il n'y a plus moyen de négocier. Il faut comprendre que même en faisant tous les efforts nécessaires pour négocier, cela ne mènerait très souvent à rien. Le cas de Fire Emblem Fates est encore plus complexe, car en plus du doublage, il fallait prendre en compte les chansons d'Azura, qui ont dû être réinterprétées en anglais pour la version occidentale. Dans la version japonaise, Azura était doublée par Lynn dans les dialogues, et c'est la chanteuse Renka qui s'était occupée d'interpréter ses chansons (plus d'informations ici). Dans la version occidentale, Rena Strober a doublé Azura et a également interprété ses chansons. 

Pour revenir au cas de Breath of the Wild, il est impossible de savoir si Nintendo a effectivement eu des problèmes similaires, et nous ne le saurons probablement jamais étant donné que ce sont des affaires très complexes qui ne peuvent pas être évoquées. Il est également difficile de savoir si Nintendo a pu faire des négociations, et même si elle n'est pas à écarter, l'hypothèse concernant un choix de Nintendo pour ne pas proposer chaque doublage dans toutes les versions du jeu semble ne pas être possible si l'on prend par exemple en compte les réactions des personnes suite à la révélation d'Aonuma, car la société sait que ses fans désirent cette option. Il suffit de voir le nombre de jeux qui contiennent ce choix. Néanmoins, si l'on revient au cas des jeux de Level-5, proposer une option directement dans le jeu aurait un impact limité sur les ventes, même si les publics visés sont différents. Cela ne serait pas rentable pour l'éditeur, et c'est peut-être ce qu'il s'est passé avec Breath of the Wild.

 

Lien direct

 

On peut prendre aussi l'exemple de nombreux jeux d'Atlus qui ne contiennent pas d'option pour choisir le doublage japonais (comme leurs derniers jeux édités sur 3DS, dont Shin Megami Tensei IV : Apocalypse, Stella Glow, Etrian Odyssey 2 Untold : The Fafnir Knight...). Difficile de croire à un manque de mémoire sur la cartouche étant donné que des jeux comme Bravely Default et Bravely Second contiennent bien le doublage anglais, le doublage japonais et toutes les traductions. On imagine que l'entreprise devait faire face aux fameux problèmes des contrats des comédiens, ou qu'elle ne trouvait pas cela rentable de réaliser les étapes nécessaires afin d'inclure le doublage japonais, car il est important de noter que les personnes intéressées par le doublage d'origine ne représentent qu'une petite partie du public visé (environ 5 %), et cela vaut pour tous les jeux vidéo localisés en Occident. Il est donc dommage de constater que, à cause des coûts de production et du temps que cela demanderait au cours de la localisation, certains éditeurs ne souhaitent pas faire les efforts nécessaires afin de proposer le doublage japonais en plus du doublage anglais.

Toutefois, le cas de Persona 5 prouve qu'il est possible de proposer le doublage japonais. En effet, un DLC gratuit contenant les voix japonaises sera disponible dès la sortie du jeu le 4 avril prochain (uniquement de cette façon pour des raisons logistiques). Atlus a expliqué que proposer ce choix a été très difficile pour eux, mais qu'ils ont bel et bien remarqué que de nombreux joueurs étaient intéressés. Cela prouve deux choses importantes : premièrement, proposer le doublage japonais est réellement difficile, et deuxièmement, il est possible pour un éditeur de faire les efforts nécessaires, surtout si les fans montrent de l'intérêt. D'autres éditeurs comme NIS America et Square Enix ont déjà proposé les voix japonaises pour leurs jeux avec un DLC, comme Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls et World of Final Fantasy. Si vous ne comprenez pas pourquoi certains éditeurs ne font pas la même chose, il faut revenir aux problèmes de droits et au fait que cela ne serait pas rentable pour eux.

Revenons une dernière fois au cas de Breath of the Wild. Si l'on se fie aux déclarations d'Aonuma, toutes les langues sont bien incluses dans le disque Wii U et dans la cartouche Switch, et c'est certainement ce que la représentante de Nintendo France avait compris (voir cet article). Mais si l'on veut par exemple jouer en anglais sur une version française, il faut aller dans les paramètres de la console et choisir la langue. En l'occurrence, les textes et le doublage seront en anglais. Tous les problèmes concernant les contrats ne sont plus valables si l'on choisit de jouer en japonais, car c'est la console ainsi que les textes et les voix du jeu qui seront intégralement en japonais.

Ainsi, on ne sait pas si cela concerne vraiment les problèmes des contrats des comédiens, si cela a été décidé par Nintendo à cause des problèmes de rentabilité, si la société ne désirait pas approfondir la localisation afin de synchroniser les sous-titres et les voix dans toutes les langues (d'autant plus que les dernières rumeurs parlaient d'une localisation difficile qui pouvait empêcher la sortie du jeu en Europe en même temps qu'au Japon et aux USA), ou s'il a été impossible de proposer un simple menu permettant de sélectionner la langue de son choix pour les textes et les voix.

Vous voulez en savoir plus sur les difficultés de la localisation ? N'hésitez pas à lire cet article très complet de Jessica Chavez, l'ancienne rédactrice en chef et directrice de la localisation de XSEED. Elle explique exactement en quoi consiste la localisation, pourquoi elle est nécessaire, les rôles de chaque personne dans une équipe de localisation et bien d'autres choses intéressantes.

 



Afficher / Masquer les commentaires

8 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 00:40

Concernant Breath of the Wild, comme tu le dis, les différentes traductions (texte + doublage) sont apparemment incluses par défaut. C'est du moins ce qu'on peut déduire si on se réfère aux propos d'Aonuma, mais peut-être qu'il ne faut les prendre trop au pied de la lettre, qui sait ? Personnellement, je serais d'ailleurs quand même un poil étonné que la version européenne intègre réellement la traduction japonaise. Ne serait-ce que pour une question d'espace. Mais admettons ! Il est peut-être moins onéreux de produire une seule version de la cartouche avec toutes les langues que plusieurs versions selon les territoires.

En revanche, concernant le fait de ne pas pouvoir sélectionner séparément la langue des textes et des doublages in game, on ne peut pas croire à une quelconque impossibilité technique (vu que ça se fait sans problème dans quantité de jeux). Reste donc les éventuelles questions de droit (mais ce serait extrêmement tordu de lier légalement les textes d'un langue aux doublages de la même langue), la simple flemme de Nintendo qui ne verrait pas l'intérêt, ou dernière solution assez vicelarde : comme ils se sont fait chier à traduire tout, même les doublages, ils veulent nous forcer à ce que cela serve à quelque chose.
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 10:41

Vachement intéressant ton article Klaus Pour répondre à une problématique que soulève Kayle Joriin, les doublages dans un jeu prennent un certain espace disque, s'ils sont inclus de base sur la disquette concernant Zelda j'ai du mal à y croire justement parce qu'on est pas sur un blu-ray ou la place ne manquerait pas mais sur des cartouches à mémoire flash, à mon avis c'est ce qui expliquerait l'absence des voix Japonaises dans Zelda. Ceci dit on a de la chance, les voix françaises sur Zelda semblent de très bonne facture !

En tout cas désormais les questions liées à la localisation sont claires pour moi, et il n'empêche que je n'accepterais toujours pas de devoir jouer à un jeu de type RPG qui ne dispose que de traductions anglaise parce qu'il y a trop de texte et que ca me filerait la migraine à réfléchir a chaque fois sur un mot ou un groupe de mot sur lequel j'ai un doute... bref, xseed et cie : traduisez moi vos putains de jeux
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 12:23

Jamais je n'aurais pensé que c'était un tel bordel pour traduire quelque chose Mettez vous tous aux japonais, on y gagnera tous je crois
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 13:02

Même si Xenoblade X est un JRPG, les personnages humain sont des américains, donc le doublage anglais correspond bien mieux à l'univers du jeu que le doublage japonais. Mais c'est une des rares exceptions.
Pour Zelda a mon avis la meilleure explication c'est qu'ils avaient pas envie de se faire chier à synchroniser les sous titres et les voix d'une dizaine de langues différentes.
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 13:22

Donc, en gros, les Japonais sont des cons.

Je résume violemment, hein.
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 14:05

Donc c'est les droit d'auteur.de propriété et de distribution qui bloque tout.
Au moins les cartouche sont freeregion donc les cartouches devraient tous avoir l'anglais et japonais dessus, les langue bloqués techniquement par un script de 1 Ko....

Niveau droit d'auteur et d'exclusivité, le problème pourrait s'avérer aussi dur de sortir le film captain America vs Superman.
Donc pour certains jeux, exit la vost fr ou english, au mieux on passe sa switch en anglais et on joue voix/sous titre english ou en japonais pour la voix/sous-titre Japanese.
Reste plus qu'à envoyer des pétitions aux agences des comediens du doublage....
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 14:16

Citation (Draco @ mardi 24 janvier 2017, 10:41)
à mon avis c'est ce qui expliquerait l'absence des voix Japonaises dans Zelda.

Sauf que pour le moment, il n'est pas indiqué qu'elles seront absentes. Juste qu'on ne pourra les sélectionner qu'en mettant tout le jeu en japonais.

Citation (timmyzecat @ mardi 24 janvier 2017, 14:05)
Donc c'est les droit d'auteur.de propriété et de distribution qui bloque tout.

Pour le doublage japonais, oui. Mais en général, il y a aussi et surtout les coûts de traduction.

Citation (timmyzecat @ mardi 24 janvier 2017, 14:05)
Au moins les cartouche sont freeregion donc les cartouches devraient tous avoir l'anglais et japonais dessus, les langue bloqués techniquement par un script de 1 Ko....

C'est la console qui est dézonée, mais rien n'empêche un éditeur de zoner ses jeux (même si c'est rare). En tout cas, c'est une problématique indépendante de la territorialité des droits liée aux traductions/doublages, du moins sur le marché physique. Sur les plates-formes de téléchargement, c'est un autre problème, car les éditeurs sont responsables de ce qu'il propose sur tel ou tel territoire. Du coup, ces plates-formes sont souvent zonées. Et lorsqu'une machine permet d'accéder à des stores de différentes zones (par le biais de plusieurs comptes), il est parfois demandé de justifier sa domiciliation. C'est une manière de "garantir" que le jeu n'est pas distribué sur un territoire où il ne devrait pas l'être.

Sur le marché physique, en revanche, les deux questions sont indépendantes. Sur 3DS ou Wii U, tu pouvais ainsi te retrouver avec des jeux incluant une traduction japonaise (textes et/ou voix), mais qui n'en étaient pas moins zonés. A l'inverse, sur des consoles non-zonées, il est parfaitement possible que la version européenne d'un titre ne propose pas la VO pour des questions de droits. L'éditeur respecte alors ses obligations puisqu'il ne distribue par la VO en dehors du japon. On peut toutefois récupérer la version japonaise pour profiter de la VO. Après on peut se dire qu'un revendeur n'a pas le droit d'exporter ce type de produits en dehors du japon (du fait des droits d'auteurs associées), mais l'import a de toute manière souvent été à la limite de légalité.
a dit le mardi 24 janvier 2017 à 22:31

Merci pour ce désembuage, notamment concernant les droits de diffusion des différents acteurs. Je ne savais pas que les divas existaient aussi dans ce milieu.

Maintenant pour la méthode de sélection des dialogues, ça n'est pas totalement nouveau de la part de Nintendo. Ils nous l'ont déjà imposé dans Starfox Zero, mais ça n'avait fait aucune vague dans l'espace (logique).
L'important est que l'on ait toujours le choix de pouvoir le faire. Ils supposent certainement que si nous jouons à un titre dans telle langue, nous faisons la même chose avec les autres jeux que l'on possède sur ce support.
Ça devient alors plus simple de mettre l’entièreté de l' "O.S." dans le même dialecte, surtout pour satisfaire une minorité.

Le problème se pose lorsqu'il y a plusieurs joueurs sur une machine identique. D'où l'intérêt de lier "une langue" pour chaque utilisateur.

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016