Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
3 commentaire(s)
switch
Nintendo Switch : Damon Baker explique la sélection plus restrictive des jeux indépendants

 Par Chozo,
 le 03/03/2017 à 17H11

Le Nintendo Switch Nindies Showcase du 28 février dernier a été l'occasion pour la firme de dévoiler une liste impressionnante de plus de 60 jeux indépendants prévus en 2017 sur Nintendo Switch. Le récapitulatif de cette présentation est d'ailleurs disponible ici. L'exhaustivité de l'offre de jeux indépendants n'étant pas systématiquement signe de qualité, il faut reconnaître que bon nombre d'entre eux titillent l'intérêt des joueurs. Entre les exclusivités et les adaptations, cette offre semble correspondre à une certaine demande du public de Nintendo. Alors que la boutique de la Wii semblait difficile d'accès pour les développeurs indépendants, celle proposée par la Wii U semblait au contraire accueillir trop facilement des jeux aux bases peu solides, développés par des studios qui pour certains manquaient de structure et d'expérience commerciale. Le responsable de la gestion des partenaires de Nintendo of AmericaDamon Baker, également présentateur de la vidéo destinée aux Nindies, a récemment répondu aux questions du site Gamasutra au sujet de la nouvelle politique plus sélective adoptée par Nintendo quant aux choix des créations indépendantes adaptées sur Switch.

 

 

Les développeurs souhaitant porter leurs jeux sur la console hybride doivent se préparer à un processus de soumission relativement strict. Damon Baker explique que la sélectivité est aujourd'hui le maître-mot concernant le partenariat avec les petites structures :

« La plus grande différence entre les lancements de la Wii U et de la Switch est que pour la première console, la quantité a pris le pas sur la qualité. Nous étions dans la logique d'obtenir le plus de contenu possible. Les développeurs ont également mal compris le concept de la Wii U. Nous avions énormément d'expérimentations avec cette console, il y avait des tonnes de fonctionnalités vraiment inédites, mais personne n'a vraiment saisi leur utilité, ou n'a vraiment su les intégrer. En fin de compte, la seule caractéristique reconnue de la Wii U était le mode hors-télévision. »

 

Avec la Switch, Damon Baker planifie une gamme de développeurs indépendants soigneusement organisée, qui fournira un flux constant de jeux, comblant ainsi les éventuelles périodes pauvres en grosses productions. Nintendo a visiblement voulu s'assurer que les caractéristiques de la console étaient clairement comprises, que ce soit au sein des équipes de Nintendo elles-mêmes, des partenaires de communication ou des futurs utilisateurs. Damon Baker constate que les bandes-annonces des derniers mois ont réussi à communiquer sur la Switch et sa jouabilité flexible dans ou hors de chez soi :

« Je pense que cette fois tout le monde a bien compris nos objectifs avec la Switch. C'est d'abord et avant tout une console dont l'expérience peut se vivre dans et hors du salon. Nous avons aussi une possibilité de jeu multijoueur intégrée d'entrée, soulignant le plaisir de partager l'expérience avec d'autres personnes. Et il y a la capacité transportable de la console, le fait que vous pouvez l'emporter où vous voulez. Simplement avec ces éléments, même sans avoir à expliquer la console elle-même, nous avons les piliers du concept Switch. »

 

 

Ces piliers se sont également imposés sur les grosses productions. En les dévoilant dès le départ, Nintendo a été en mesure d'identifier ses objectifs avant même que les développeurs aient la machine en main. Cet engouement se voit cependant freiné par la nouvelle stratégie de la firme. Actuellement, Damon Baker et son équipe évaluent quels jeux seraient idéalement compatibles avec la Switch :

« À l'heure actuelle, nous sommes très sélectifs quant à déterminer qui nous laissons entrer dans notre environnement de développement. Alors qu'avec la Wii U et dans une moindre mesure la 3DS, nous avions laissé entrer un peu tout le monde. Notre état d'esprit consistait à jeter un grand filet, sans savoir quand le prochain grand titre apparaîtrait, d'où il viendrait ou s'il était susceptible d'être un succès commercial. Cette fois-ci, nous avons été beaucoup plus conservateurs. Nous ne souhaitons pas ouvrir totalement les vannes pour le moment. »

 

Damon Baker réalise que l'environnement Switch suscite beaucoup d'intérêt de la part des développeurs, mais il confie que Nintendo est plus intéressé par les exclusivités, en tout cas dans les premiers mois de la commercialisation de la console :

« Nous voulons honorer nos fans en nous assurant que nous pouvons proposer du contenu inédit et que nous sommes tournés vers l'avenir plutôt que vers le passé. Cela ne veut pas dire qu'aucun portage de grands titres sortis au cours de ces deux dernières années n'a sa place sur Switch, mais ce n'est pas une priorité pour nous. »

 

 

Une partie de la stratégie de Nintendo consiste à s'associer avec des éditeurs plus petits, de haute qualité, comme Chucklefish, Team17, Devolver Digital ou SFB Games, de façon à ce que Nintendo investisse dans des projets moins coûteux et plus qualitatifs en termes de relations avec les développeurs. En d'autres termes, Nintendo se donne les moyens de travailler en étroite collaboration avec chaque éditeur, de manière à évaluer correctement son portefeuille de jeux potentiels.

« Nous avons des ressources limitées de notre côté aussi. J'aimerais avoir une équipe composée de cent managers qui pourraient donner à chaque développeur l'attention qu'il mérite, mais nous sommes simples et modérés comme nous l'avons toujours été chez NintendoJe ne sais pas si le public l'a remarqué, mais nous avons été présents à toutes les conférences de développeurs, tous les salons professionnels. Nous avons été proactifs dans l'évolution des relations avec les développeurs et éditeurs à travers ces événements. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain. Il a fallu développer beaucoup d'énergie ces dernières années. Nous commençons maintenant à voir ces relations se matérialiser en produits finis. Nous allons continuer à développer ces relations et nous restons ouverts à d'autres opportunités. Nous demandons simplement aux éditeurs et aux développeurs de prendre contact avec nous. S'ils ont à proposer un produit parfait pour la Switch, nous souhaitons vraiment en discuter. »

 

Reste à savoir si cette offre importante en termes de quantité et de qualité présentée pour 2017 sera pérènne et s'améliorera encore les prochaines années. Le retour des développeurs interrogés ces dernières semaines semblent en tout cas confirmer ces bonnes résolutions de la part de Nintendo.

 



Afficher / Masquer les commentaires

3 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le samedi 04 mars 2017 à 14:44

Je suis personnellement plutôt partisan pour le retour du Seals of Quality, que ce termes ait de nouveau un sens. En n'acceptant pas tout et n'importe quoi, je trouve qu'ils sont logiques, ca devient une vraie poubelle les jeux indés notamment, on a du mal à s'y retrouver entre les petites perles et les vrais daubes. Je pense que certains développeurs n'ont pas leur place, qu'ils vendent leurs merdes sur mobile mais surtout qu'ils ne viennent pas polluer le jeu vidéo sur console.
a dit le samedi 04 mars 2017 à 15:09

Alors de mémoire le Nintendo Seal of Quality était là pour montrer que le jeu était fonctionnel et non truffé de bugs empêchant de jouer (plantages en continu par exemple). Pas que le jeu était bon. leo.png
Je suppose qu'il suffirait de chercher quelques minutes pour trouver des bouses avec un joli sceau appliqué. mario.gif

Edit: ce n'était effectivement pas bien difficile à trouver:

a dit le dimanche 05 mars 2017 à 01:34

Je ne sais pas s'ils sont plus sélectifs que sur Wii U, mais malgré le faible nombre de jeux au lancement, il semble déjà y avoir quelques belles bouses sur l'eShop.

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016