Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #82
E3 2018 : Le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
Support Développeur Nombre de joueurs Sorties
 Switch  Square Enix  1 Non prévue
Non prévue
02/08/2018
Editeur Genre Divers
 Square Enix  RPG     Site officiel
4 commentaire(s)
switch
Le RPG SaGa : Scarlet Grace arrive cette année sur Switch, PS4, PC, iOS et Android au Japon

 Par klaus,
 le 11/03/2018 à 20H27

Petite surprise lors du dernier Nintendo Direct japonais, après sa sortie sur PlayStation Vita le 15 décembre 2016 au Japon, le douzième épisode de la série de RPG SaGa de Square Enix créée par Akitoshi KawazuSaGa : Scarlet Grace, aura droit à une version Switch cette année au Japon, intitulée SaGa : Scarlet Grace - Hiiro no Yabou (Scarlet Ambition). Pendant quelques minutes, l'annonce concernait seulement la dernière console de Nintendo, mais Square Enix a rapidement aussi confirmé l'arrivée du jeu sur PlayStation 4, PC via Steam et smartphones (iOS / Android). Un site officiel a déjà ouvert ses portes. Pour le moment, le jeu est prévu uniquement au Japon, mais une localisation n'est pas à écarter, notamment avec la sortie sur PC. Le 15 décembre dernier, Square Enix a également sorti Romancing SaGa 2 sur Switch, PS4, PS Vita, Xbox One et PC en Occident. Il faut savoir que Kawasu avait exprimé fin 2017 son souhait de localiser Scarlet Grace en fonction du succès du portage de Romancing Saga 2 en dehors du Japon.

 

 

Lien direct

 

SaGa : Scarlet Grace - Hiiro no Yabou comprendra du nouveau contenu pour le scénario, un doublage complet, de nouvelles musiques, des personnages inédits et d'autres éléments supplémentaires qui n'étaient pas présents dans la version d'origine sortie en 2016 sur PS Vita. 

SaGa : Scarlet Grace est un RPG développé par la Business Division 3 de Square Enix en collaboration avec Studio Reel (site officiel). Le jeu, qui était en développement depuis 2013, a été conçu pour célébrer les 25 ans de la série en 2016, et il s'agissait aussi du premier titre à sortir sur une console depuis Unlimited SaGa en 2002 et le remake de Romancing SaGa en 2005 sur PS2. Le créateur de la série, Akitoshi Kawazu, a repris son poste de co-designer et scénariste, la talentueuse Tomomi Kobayashi (également connue pour son travail sur le manga Story of Elysium et les jeux Romancing SaGa, SaGa Frontier, Unlimited SaGa, The Legend of Legacy ou encore Dragon's Dogma : Dark Arisen) s'est encore une fois occupée du design des personnages. L'équipe est également composée du réalisateur Masahiro Kataoka, du producteur Masashi Ichikawa et du designer Yoshimitsu Inagaki. Les dévelopeurs ont conçu plusieurs aspects du jeu en se basant sur les remarques des fans concernant Unlimited SaGa. Des fonctionnalités provenant des jeux SaGa Frontier et Romancing SaGa sont aussi incluses. 

Les musiques de SaGa : Scarlet Grace sont composées par Kenji Ito (Final Fantasy Legend II, Romancing SaGa, SaGa Frontier, Children et Rise of Mana, Shadow Hearts : Covenant, Puzzle & Dragons, Terra Battle, Culdcept Revolt...) avec la participation de Kousuke Yamashita, Natsumi Kameoka, Tsutomu Narita, Noriyuki Kamikura et Yoshitaka Hirota pour l'arrangement. La bande originale a été commercialisée le 21 décembre 2016 par Square Enix Music (voir la fiche sur VGMdb). Hidenori Iwasaki était le directeur de la bande son et Kawasu souhaitait que les musiques soient différentes des premiers épisodes de la série. La chanson thème, Mune ni Kizande, a été interprétée par la soprano japonaise Ayano Nonomura avec des paroles écrites par Yaeko Sato (scénariste de Final Fantasy XIV) en collaboration avec Kataoka (le réalisateur, qui avait aussi écrit les paroles des chansons pour Final Fantasy Crystal Chronicles). À noter que les thèmes Scarlet Spider et Mune ni Kizande ont été interprétés pour la première fois à un concert pour les 25 ans de SaGa.

 

 

Dans SaGa : Scarlet Grace, les joueurs ont le choix d'incarner parmi quatre protagonistes, Uprina, Leonard, Taria et Balmaint, chacun ayant sa propre histoire. Au début du jeu, une série de questions est posée au joueur, les réponses permettant de conseiller un personnage avec lequel commencer l'aventure. Le jeu utilise un système de « scénario libre » qui modifie l'histoire en fonction des décisions du joueur. Les personnages participent librement à des centaines de missions à travers les restes d'un empire qui est désormais en ruines. L'antagoniste principal est le Fire Bringer, une divinité dangereuse pour l'humanité. 

L'histoire se déroule dans un pays sans nom, autrefois dominé par un puissant Empire désormais en ruines. Le monde voue un culte aux douze Dieux des Étoiles, panthéon représenté par les étoiles qui ont offert la sagesse et la culture à l'humanité. Chaque Dieu des Étoiles gouverne un aspect différent de l'humanité (technologie, agriculture, arts martiaux, magie noire...), chacun recevant le culte de plusieurs groupes comme les fermiers ou les magiciens. Autrefois, un Dieu des Étoiles nommé Fire Bringer a décidé de trahir ses camarades et a été transformé en comète. Tous les 150 ans, le Fire Bringer revenait et faisait apparaître des monstres à travers le monde. À chaque cycle, les Dieux des Étoiles choisissaient un homme pour affronter le fameux Fire Bringer et ses démons avec l'armée de l'Empire.

C'est après mille ans de batailles que le Fire Bringer a pu être vaincu, mais les célébrations de la victoire ont mené à la destruction de l'Empire. Les personnes qui pensaient que la mort du Fire Bringer n'était pas nécessaire ont décidé de se rebeller, le dernier Empereur fut assassiné, l'Empire fut divisé par ses guerrier et soixante-dix ans avant le début du jeu, l'Empire s'est totalement effondré. Les survivants décidèrent de créer de nouvelles nations à partir des différentes provinces de l'Empire. L'aventure débute donc 70 ans après l'effondrement, à une époque où les nouvelles nations ont encore du mal à coexister, tandis que les attaques des monstres magiques persistent...

 

 

Il est possible de se lier d'amitié avec plus de 70 personnages, chaque protagoniste pouvant former un groupe avec jusqu'à quatre combattants qui peuvent rejoindre le combat. Les batailles utilisent un système de combat stratégique au tour par tour où l'évolution des compétences dépendent de leur utilisation. On explore le monde dans une manière non linéaire, où il faut participer à des événements qui se trouvent sur la carte en 2D (interactions avec les personnages, combats) dans l'ordre de notre choix, ce qui a un impact sur la narration et la fin du scénario. 

Au niveau des combats, il est possible de personnaliser les formations, ce qui permet d'obtenir différents bonus. Les actions de l'équipe dépendent des Behaviour Points (BP). En fonction des BP disponibles, différentes actions peuvent être effectués, les personnages n'ayant pas assez de points passant leur tour. On trouve également huit types d'arme, chacune avec des attributs différents, des avantages et une faiblesse qui ont un impact sur la façon de combattre des personnages, la puissance des attaques et les effets sur les types des ennemis. Toutes les armes peuvent être équipées sur n'importe quel personnage et les Sparks sont de retour.

On peut aussi utiliser des Techniques spéciales qui demandent de dépenser des BP. Pendant le combat, les actions du joueur et de l'ennemi sont affichées en bas de l'écran sous la forme d'icônes, sur une ligne appelée "Timeline". Certaines Techniques peuvent modifier cette Timeline, d'autres attaques peuvent faire reculer un ennemi, ou bien supprimer une de ses actions sur la Timeline. Si tous les personnages se retrouvent ensemble sur la Timeline à la fin d'un tour, une attaque consécutive peut être déclenchée, permettant à tous les combattants d'attaquer ensemble et d'utiliser moins de BP pour le tour suivant. 

 

 

 

Tous les personnages ont aussi des points de santé (HP, health points) et des points de vie (LP, Life Points). Bien évidemment, si tous les HP sont épuisés, le combat est perdu. Il est possible de récupérer des HP en plein combat en utilisant de la magie et des objets, contrairement aux LP qui, une fois totalement épuisés, empêchent le personnage de participer aux combats. Les LP se rétablissent petit à petit, avec un LP obtenu toutes les deux batailles gagnées, et peuvent aussi être restaurés dans les villes en échange de matériaux. Au cours des combats, le groupe peut également recevoir des bénédictions de la part des divinités qui peuvent supprimer les effets de statut, soigner les personnages et même les aider pour attaquer. Cependant, activer une bénédiction annule toutes les actions de l'équipe pour un tour, et il faut donc penser à utiliser cela stratégiquement. 

Bien évidemment, comme dans les anciens jeux, augmenter les statistiques d'un personnage et obtenir de nouvelles compétences ne se base pas sur le niveau des personnages et le gain de points d'expérience. En effet, à la fin de chaque combat, une statistique particulière est augmentée en fonction du déroulement de la bataille et des armes ainsi que des capacités utilisées par chacun des membres du groupe. L'utilisation d'une Technique suffit à l'améliorer, tandis que de nouvelles Techniques se débloquent en utilisant des capacités similaires. Les Techniques ont cinq niveaux, chacun d'eux produisant des effets plus puissants, de même pour les armes qui bénéficient d'un système similaire où le rang des compétences d'armes peut augmenter grâce à leur utilisation. Cela rend les armes plus puissantes ou moins coûteuses à effectuer avec les BP. De plus, après avoir terminé chaque combat, les combattants reçoivent des armes, des armures, des accessoires et des matériaux. Les armes et les armures peuvent être renforcées en utilisant des matériaux spécifiques, et les forgerons peuvent augmenter la qualité de l'amélioration. 

 

 

Lien direct

 

 

Lien direct

 

 

Lien direct

 

 

Lien direct

 

 

Lien direct

 

Pour aller plus loin et pour en apprendre plus sur le jeu en général et le développement, voici quelques liens : 

 

Site officiel japonais de SaGa : Scarlet Grace

Page Wikipedia

Les articles de Gematsu couvrant l'actualité japonaise

 



Afficher / Masquer les commentaires

4 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le dimanche 11 mars 2018 à 19:52

Un remake de plus, s'ils s'amusent tous à sortir ce qui est sorti sur PS3 et PS Vita c'est certain on va avoir la console la plus fournie en titre de l'histoire mais pendant ce temps-là les réelles nouveautés ont s?assoit régulièrement dessus. La faute au manque de puissance, sans doute ? Pourtant, les kits de développement et les boites spécialisée dans les portages ne manquent pas, avec un peu d'ambition on pourrait avoir strictement tous les jeux.
a dit le dimanche 11 mars 2018 à 20:47

Portage, pas remake. damnerd.gif
a dit le dimanche 11 mars 2018 à 22:17

ben le vrai soucis c'est que personne ne pariaient sur la Switch lors de son lancement.
Les développeurs se sont réveillés à partir d’août / septembre 2017 et à ce moment on a eu 2 types de discours :
- les plus positifs ont annoncé commencer à développer des jeux dessus (surtout les Japonnais) mais on sait bien qu'un jeu démarré en 2017 n’arrivera pas avant 2019
- les autres se limitent à du portage ce qui à l'avantage d'arriver bien plus vite qu'un jeu "tout neuf"
Certains tentent de "raccrocher les wagons" (un jeu prévu initialement sur PS4 qui se verraient greffé d'une version Switch en cours de développement) mais l'écart de puissance est t'elle qu'il faut repenser le développement. Par exemple Wolfenstein 2 ne semble pas si facile à adapter vu le temps que ça prend, pourtant son annonce sur Switch a été faite bien avant les sorties des versions PS4, PC... mais il y a du boulot.

Côté indé il y a beaucoup plus de réactivité, spécialement sur des jeux peu gourmand techniquement.

Je ne m'attend à rien de mieux en 2018 que du portage en masse, exception faite de Nintendo (et quelques rares exceptions), j'espère que 2019 sera plus fournies en exclu tiers ou plus simplement en jeux tiers multiplate-forme qui arriverons simultanément sur Switch / PS4...
Il est logique que les jeux qui sortent en ce moment sont des jeux dont le développement a été commencé en 2015/2016 et à cette époque les tiers n'avaient sans doute pas envie d'entendre parler de la Switch wink.gif
a dit le lundi 12 mars 2018 à 01:09

Je n'ai quasiment eu que des consoles Nintendo. Du coup, je ne suis vraiment pas contre certains portages. Puis perso je ne suis pas contre les versions deluxe quand elles sont aussi riche que pour Mario Kart ou Hyrule Warriors.

La Wii U a fait un bide, c'est un fait. Mais autant limiter la casse en ressortant certains (tous ? mdr) jeux Wii U Nintendo sur Switch. T'es pas d'accord Draco ? ^^

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016