Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
Support Développeur Nombre de joueurs Sorties
 Switch  Crazy Rocks  1 28/02/2020
28/02/2020
Non prévue
Editeur Genre Divers
 Ultimate Games  Sport - FPS     Site officiel
1 commentaire(s)
switch
Test Nintendo Switch de Ski Sniper, quand les psychopathes sortiront du confinement, plus rien n'aura de sens

 Par Draco,
 le 21/04/2020 à 15H41

Voici Ski Sniper, ou en d'autres termes, l'histoire de Jean-Marc (bien entendu, tout cela est de l'ordre de la fiction, il n'est pas ici question de faire l'apologie de quelque violence que ce soit, mais de rester dans le ton et le délire du jeu ici testé). Jean-Marc en a gros sur la patate. Boucher de son état, il exerce son métier avec abnégation au Monoprix du coin de la rue, et décompresse le week-end en s'offrant une bonne vieille partie de chasse dans la forêt avec ses potos. Ces moments sont surtout propices à la détente, histoire de s'envoyer quelques cubis de rouge récupérés en douce du supermarché, la date de péremption étant dépassée. Plusieurs fois déjà, en sortant fumer sa clope, synonyme de pause entre deux tranchages de têtes de chapon, il remarque la voiture du médecin de famille garée en bas de son immeuble et commence à se demander quel voisin peut à ce point avoir besoin d'une telle assistance médicale....

Un test rédigé par Chozo.

# Information importante : ce jeu est actuellement en promotion sur l'eShop pour 1,99 € au lieu de 4,99 € jusqu'au 27 avril 2020.

 


Les bourrés font du ski

La femme de Jean-Marc est toujours bien renseignée sur les bruits de couloir, évidemment, elle travaille à domicile et est au fait des moindres ragots croustillants. Le soir au souper, il l'interroge et est surpris par le comportement de son épouse, qui botte étrangement en touche, avec ce côté suspect de celle qui en sait bien plus qu'elle ne veut laisser l'entendre...

Jean-Marc sèche un samedi de chasse en cachette pour enquêter auprès du voisinage et tombe sur Mireille, locataire de l'appartement sur le même palier, qui lui demande, inquiète, de quelle maladie peut bien souffrir sa femme, avec ces visites régulières et longues de ce fameux médecin. Le sang de Jean-Marc ne fait qu'un tour, il rentre chez lui, prend son fusil à longue portée et... se ravise, parce qu'en plus d'apprendre que cet enfoiré tringle sa femme, il ne faudrait pas non plus qu'il finisse, à cause de lui, en taule en raison d'un acte irréfléchi.


Il va donc se la jouer stratégique, feindre l'ignorance auprès de sa bien-aimée et attendre patiemment les vacances de février... Parce qu'il le connaît bien son médecin, Jean-Marc, et il sait que ce sale privilégié s'accorde une virée aux sports d'hiver tous les ans, histoire de s'aérer l'esprit et sortir de sa zone de confort en s'adonnant à sa passion, le risqué saut à ski. On parle souvent des cinq étapes d'acceptation du deuil, mais il existe aussi les quatre étapes d'acceptation de l'adultère : la dénégation, la colère, la culpabilité et, donc, l’acceptation. Jean-Marc, lui, restera longtemps bloqué dans la colère, mais la colère bien sadique, en mode rien à battre des dommages collatéraux.

C'est ainsi qu'il invente une réunion nationale des amis des animaux morts auprès de sa femme pour s'absenter quelques temps, et rejoint le site chic des sports d'hiver de ce fameux médecin. Problème, il n'a aucune idée de l'hôtel dans lequel il peut se trouver et, surtout, ne connaît pas sa tenue de skieur. Qu'à cela ne tienne, il va se positionner de manière optimale près du tremplin et shootera tout ce qui viendra décoller, il tombera bien sur cet enfoiré à un moment donné.


Mais Jean-Marc est aussi un compétiteur né et adore se lancer des défis avec ses potes de tir au gibier. C'est ainsi qu'ils ont ensemble créé une grille de points attribués en fonction de la distance de tir, l'angle d'attaque, la zone du corps touchée ou encore la façon dont la bestiole s'écroule, se vide de son sang et meurt... Oui, il est comme ça Jean-Marc, ces années de boucherie à écarteler les cuisses de poulet lui ont donné des satisfactions bien particulières. Le temps de choper le bon skieur, il va donc s'attribuer ces points en fonction de cette même grille pour s'occuper, tout en testant plusieurs armes qu'il s'achètera progressivement pendant tout son séjour.

Le mauvais chasseur, il voit un ski qui bouge, il tire

Nous sommes ici clairement très loin des habitudes de Nintendo avec ce titre déjà sorti en 2017 sur Steam et disponible depuis quelques semaines sur l'eShop Switch pour la modique somme de cinq euros. Vous voyez ces tireurs de ball-trap hurler « PULL ! » avant de shooter un disque en argile lancé dans les airs ? Jean-Marc fait ici la même chose avec ses skieurs, à la différence près que ses disques à lui sont différentes cibles à atteindre. L'immoralité du jeu est évidente, mais certains y verront plutôt une façon nanardesque de matérialiser un délire total enfanté par les Polonais de Crazy Rocks.


Notre boucher/chasseur/sniper se présente à proximité de la piste ainsi que du tremplin et a le choix entre neuf emplacements, en mouvement ou pas, aux angles de tir et surtout aux distances différents. Gradins à 203 mètres, télésiège à 67 mètres, balcon à 62 mètres, glacier à 379 mètres, chacun de ces postes révèle obstacles et difficultés pour s'octroyer une visée satisfaisante, allouant plus ou moins de bonus de points.

Jean-Marc se donne également une contrainte. Ne pas tirer sur ses victimes lorsqu'elles dévalent le tremplin ou quand elles atterrissent au bas de la piste, le défi serait bien moins marrant. Ainsi, zéro point sont accordés dans ces cas-là. En fonction du spot sélectionné, il faudra identifier le moment le plus propice au tir le plus efficace possible, entre le décollage, le maintien dans les airs, ou ces quelques secondes avant l'atterrissage. Pour cela, le sniper s'aide de la lunette de visée et d'un système de concentration dans le but de rendre son jouet un peu moins sensible aux mouvements.

Parce que Ski Sniper se fait sans jouabilité stéréoscopique, il va falloir viser au stick du Joy-Con, oh la belle idée... Encore un truc qui va énerver notre Jean-Marc... Car l'amplitude générée par la distance par rapport à la piste, aléatoire en fonction de l'emplacement choisi, influencera la capacité de visée rapide, ou encore la possibilité de tirer deux fois à la suite... Mais tout cela dépend surtout de la réactivité de la visée. Et avec un stick aussi peu adapté...


Si le skieur est touché, Jean-Marc aura droit à la très gratifiante killcam qu'il a pris le soin d'installer sur son fusil, qui lui permet de suivre sa balle façon rayon X au ralenti, et de visualiser avec un certain plaisir les os se briser et les organes exploser. Quel boute-en-train ce Jean-Marc. Ses acolytes de chasse s'étaient déjà posé des questions lorsqu'ils le voyaient se remater ses best-of de cœurs de lièvres éclatés sur sa TV 4K le dimanche après-midi... Comme nous l'avons vu, les points attribués sont décomptés selon plusieurs critères. La distance du saut et de la chute, la zone touchée, la trainée de sang, et des points bonus sont aussi de la fête, lorsque certains objectifs sont remplis, comme tuer tous les skieurs de la session ou tirer sans la lunette de zoom.

Le bon chasseur, il voit un ski qui bouge, il tire, mais c'est un bon chasseur

Comme avec ses copains le week-end, qui se filent quelques billets en fonction des points obtenus, Jean-Marc s'offrira lui-même les dollars correspondant aux scores obtenus, lui permettant d'acquérir de nouvelles armes aux cadences de tir, aux qualités de zoom et à la stabilité améliorées.

La première arme de Jean-Marc étant plutôt quelconque, même avec une killcam intégrée, il se fera un plaisir de se payer de nouveaux joujoux, même si cela suppose un gros investissement en temps de jeu, ces fusils à lunettes et autres arbalètes étant aussi hors de prix que les forfaits et les locations de matériel de ski dans les stations les plus chicos. Évidemment toujours bien chargé au cubi de vin périmé pendant toute son activité de vacances, Jean-Marc pourra également acheter des pilules de concentration, plutôt fort utiles pour les spots de tir les plus ardus.


Car oui, notre boucher est bourré, sa précision laisse à désirer, sa vision plutôt hasardeuse faisant afficher des graphismes corrects de près, mais s'apparentant à de la mélasse à plus de cinquante mètres de la piste. Même avec le zoom de sa lunette, bonne chance pour reconnaître ce foutu médecin parmi tous les skieurs génériques venant tenter le grand saut...

Même chose pour son ouïe, à Jean-Marc, qui n'entend que quelques encouragements accordés aux skieurs au loin, souvent étouffés par une sorte de bruit de souffle de vent (qui n'a aucun effet sur les tirs soit dit en passant) et des effets de silences lorsque la killcam s'active. Bref, on ne sait pas trop ce qu'entend Jean-Marc, en tout cas ce n'est pas de la musique. Étrange également qu'il entende un public, qui ne semble pas effaré par ce bain de sang totalement gratuit... Ouais l'alcool nous fait entendre et voir n'importe quoi...

Il faut tout de même reconnaître que notre sniper vénère finit par bien s'éclater dans son délire. Le défi a en effet ce on ne sait quoi d'addictif, sur de courtes sessions pour en éviter l'évidente redondance et surtout pour s'essayer à des jeux au même prix, pour beaucoup bien plus ambitieux que ce spectacle chelou et mal calibré à la jouabilité au stick. Ah ! Et pour la fin de l'histoire, Jean-Marc se sera donné ce mal pour rien. Apprenant l'absence de son mari pour un petit moment, son épouse s'était empressée de prévenir son médecin préféré pour l'inciter à annuler ses vacances et à l'accueillir, elle et ses valises, chez lui. Au moins, Jean-Marc se sera défoulé et rentrera un peu calmé... Enfin peut-être...

 

Conclusion : PEUT-ÊTRE !

Réservé aux fans du soixantième degré, Ski Sniper parvient un temps à cacher son concept ultra bébête, ses graphismes moches, sa jouabilité mal adaptée au Joy-Con et son délire particulier par un côté addictif certain, sacrifiant toute pensée moralisatrice au temple du sacrosaint scoring. Heureusement pour Ski Sniper, le jeu a connu son moment de gloire grâce aux YouTubeurs qui en ont fait leur gagne-pain ponctuel, mais reste à savoir combien de temps peut tenir un équilibre aussi fragile, la répétitivité et l'inintérêt artistique risquant de rapidement lasser les plus motivés.

LES PLUS : 

+ Le côté addictif
+ Pas cher
+ Ce côté nanar assumé, drôle pour certains

 

LES MOINS :

- Beaucoup n'accrocheront pas
- Moche
- Bien plus adapté à la souris
- Très redondant

_______________________________________________________________

Le système de verdict de Nintendo-Difference repose sur trois niveaux :

- "OUI !"

Nous recommandons l'achat de ce titre. Peu importe quel joueur vous êtes : vous l'apprécierez, à condition de ne pas être hermétique au genre.

- "PEUT-ÊTRE..."

Nous recommandons de bien lire le test avant d'acheter le jeu, car il peut ne pas correspondre à tout le monde, et ce pour des raisons qui peuvent largement être différentes d'un jeu à un autre. Par exemple, un titre peut être tout à fait exceptionnel et obtenir un "PEUT-ÊTRE..." parce qu'il se classe dans un genre de niche qui ne correspondra pas à tout le monde alors qu'un autre pourra s'avérer vraiment moyen et à ne réserver qu'aux puristes du genre ou aux fans inconditionnels (comme dans le cas d'une adaptation par exemple).

- "NON !!!"

Nous ne recommandons pas l'achat de ce jeu. Trop mauvais ou trop cher pour ce qui est proposé.

Nous avons abandonné l'idée des notes, car celles-ci n'aident en rien à faire un choix. Avec ce système vous savez si vous pouvez acheter les yeux fermés, s'il faut bien lire le test pour savoir si le jeu peut vous convenir, ou s'il faut tout simplement s'enfuir. 



Afficher / Masquer les commentaires

1 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 21 avril 2020 à 16:50


En effet, en voyant l'annonce de ce jeu j'ai été autant effaré de voir un tel jeu exister que rempli d'une curiosité potentiellement morbide pour ce "nanar".
Pour 2? j'avoue que je suis assez tenté, on verra la prochaine fois que je me connecte.

Newsletter
LES DERNIERES SORTIES

Sondage
Parmi ces series, lesquelles reveriez-vous de revoir ?


Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016