Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
En quelques mots
Annoncé il y a quelques millénaires, Fire Emblem : Awakening était aux yeux des joueurs occidentaux un conte que l’on se transmettait de génération en génération, de la 3DS à la XL. Pourtant, si l’on relit le titre avec attention, on se rend compte qu’il s’y cache une prophétie : Fire Emblem va se réveiller, ou encore se révéler. Cette mythique série de chez Intelligent Systems, existant depuis le siècle dernier, ressurgira dans nos petites mains, si l’on en croit nos oracles, dès le décadi 30-III Germinal de l’année 221, sur la base de notre calendrier révolutionnaire, ou encore le Vendredi 19 avril 2013 selon notre cher calendrier Grégorien. Ce sont ces mêmes oracles qui nous ont conviés à entrevoir les trois premiers chapitres de ce nouvel opus. Le rédacteur qui eu la charge de cette mission - non sans danger - a fini par trépasser. Ceci est la retranscription de ses derniers mots avant d’ajouter : «Je suis heureux, je ne regrette rien. Merci». C’est à ce moment-là que l’on regrette que la vie ne propose pas de mode facile comme dans ce Fire Emblem : Awakening et que ce rédacteur soit définitivement mort à l’image du mode normal.

Sondage


0 commentaires
Fire Emblem : Awakening
Par Mr Godjira, le 24 Mar 2013

Fire Emblem : Awakening, on y a joué !

Dès les premiers instants où l’on pose les doigts sur une 3DS avec une cartouche flambant neuve de Fire Emblem : Awakening, il est difficile de garder son calme, car comme toutes personnes qui sont déjà parties en campagne aux côtés de Marth, on sait que les combats seront nombreux, épiques et longs.

Ce n’est sûrement pas l’introduction 3D ultra-animée, tout en cel-shading qui fera démentir ce sentiment d’excitation. Difficile de dire ce qu’est le meilleur entre le chara-design de Yusuke Kozaki, responsable entre autres du design de No More Heroes 1 & 2, et la musique de Yuka Tsujiyoko, compositeur attitré de la série. La réponse sera sûrement : la rencontre des deux. Car sans en ébranler les fondements, ce nouvel épisode cherche tout de même à dépoussiérer quelque peu la saga, en proposant une nouvelle règle basée sur l’association par binôme, voire par couple des unités de votre armée. C’est à ce petit rien que l’on doit un bon nombre de nouveautés et améliorations de l’ensemble du titre.

Pour débuter, il s’agira de choisir son personnage, qui se présentera aux autres personnages comme tacticien. Homme ou femme, jeune ou vieux, ce sera au joueur de décider de l'apparence de ce qui deviendra son avatar. Par cette pirouette, les petits cerveaux d’Intelligent Systems nous unissent avec le jeu, donnant au joueur un point de vue alors unique dans la série. Fini le temps où l’on jouait avec la face de truite stoïque d’Erika ou encore avec le bien trop naïf Marth. À première vue, notre avatar a donc le même regard que celui posé par le joueur sur le jeu : celui de l’observateur, mais aussi de celui que l’on écoute et qui dirige. Ce petit décalage permet de ne pas trop s’épancher sur les mœurs rebelles de ces princes et princesses qui refusent l’étiquette mais qui s’attendent à voir des gens mourir pour leur royaume. Car si le système de jeu de Fire Emblem savait auparavant se montrer efficace, on ne pouvait pas en dire autant du scénario qui frôlait par moment le vaudeville.

Un scenar' bien inspiré.

Ainsi, grâce à la combinaison des cinématiques et du regard un peu plus distant du joueur, Fire Emblem : Awakening semble scénaristiquement parlant très inspiré par le système narratif d’une bonne série, avec son lot de cliffhangers et autres entrées fracassantes de personnages. On remarquera aussi très rapidement que le nombre de personnages féminins aurait presque doublé..Serait-on en train de jouer à Rune Factory? Nintendo a-t-il imposé une représentation paritaire des genres féminin/masculin, afin de séduire un plus large publique? Peut être... mais on devinera très rapidement qu’il s’agira de créer des couples. Cela se manifestera sur le plan stratégique, en accolant des personnages ayant des affinités sur la carte afin d’accroître certaines caractéristiques à la manière d’un Valkyrie Profile, ou encore, en les faisant fusionner sur la même case, augmentant les capacités de certaines unités comme il est possible de le faire dans Civilization.

Il sera donc possible de faire avancer plus rapidement certaines unités qui ont traditionnellement les pieds lourds en les embarquant avec un cavalier ou tout simplement de bâtir de véritables maillages stratégiques pour accroître les systèmes offensifs et défensifs. Chaque association réussie sera indiquée par l'apparition d’un cœur entre les personnages... L'apparition d’un cœur...?? Oui, un cœur, car on se rendra rapidement compte que Fire Emblem est une histoire d’amour. Et comme le disait le grand homme saoul en bas de la rue : 'faites l’amour et pas la guerreeuh !!'

Car visiblement tous ces petits sourires en coin et clins d’œil volants sur le champ de bataille sont bel et bien présents pour nous faire battre un peu plus la chamade. L'intérêt de pousser davantage les associations de simples affinités tactiques en affinité amoureuse a le cruel avantage d’investir un peu plus le joueur dans l’histoire et dans les relations entre ses personnages. Il semble de fait que la mort irrémédiable d’un de nos combattants sera d’autant plus douloureuse. C’est probablement pour empêcher que certains joueurs ne tombent en dépression après la disparition de leur(s) bien aimé(e)(s) que notre ange gardien en salopette proposa un mode où l’on meurt comme au cinéma - juste le temps de la prise.

Un jeu soigné !

Toujours dans les petits effets de séduction, il sera possible d'accélérer les animations, de les ralentir ou encore de changer les points de vue durant les phases de combat. Totalement inutile et donc indispensable, on se mettrait presque à rêver de la possibilité de faire un replay de nos plus beaux combats. Certaines options sont plus critiquables, comme le mode «Coucou 3DS, joue à ma place car moi tout ce que j’aime ce sont les belles cinématiques», mais comme cela reste une option, nous ne sommes pas obligés de la critiquer. L’oracle n’aura pas su nous dire s'il était possible de jouer avec les voix japonaises mais cela ne semble pas si important que cela puisque le doublage anglais est de très bonne qualité, à l’image de ce qui avait été fait sur Xenoblade.

Avec une réalisation plutôt soignée dans l’ensemble, si l’on excepte les modèles 3D assez basiques. Fire Emblem : Awakening semble avoir réussi son dépoussiérage, sans perdre ce qui fait le cœur du gameplay, c’est-à-dire la peur de la perte et le stress du manque. Si auparavant cela était plutôt matériel, il sera probablement maintenant un peu plus affectif. Si vous aimiez Fire Emblem, il y a fort à parier que celui-ci ravira votre cœur et vous fera cracher quelques euros supplémentaires pour les DLC à venir. Car rappelons qu’avant l’amour, il y a la convoitise, qui est souvent la cause de bien des conflits, et que, pour Fire Emblem beaucoup de testeur seraient prêts à y laisser leur vie. Je suis heureux, je ne regrette rien...
Merci.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Intelligent Systems
Genre
  • Tactical-RPG
Nombre de joueurs
  • 1 à 2
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 19 avril 2013
   lundi 04 f?vrier 2013
   jeudi 19 avril 2012

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016