Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #82
E3 2018 : Le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Electronic Arts, malgré sa réputation parvient à nous surprendre et à innover pour nous fournir un Harry Potter de qualité. Une excellente maniabilité portée par des graphismes très bons suffisent à quiconque serait à la recherche d’un jeu plaisant et quelque peu magique sur les bords. Bien sûr les fans y trouveront un intérêt encore plus important, mais sa conception même le rend facile d’accès à n’importe qui, pour un plaisir de jeu qui reste constant tout au long de l’aventure…
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • système de bouclier poussif
  • Voix barbantes à la longue
  • L’IA des alliés pas toujours au top
0 commentaire(s)
Harry Potter et la Coupe de feu
Par Foxsleader, le 23 Janvier 2006


Alors que le film Harry Potter et la Coupe de Feu continue de dépasser la majorité des records mondiaux sur tous les plans, il est temps de faire le point sur le jeu du même nom. Les jeux de cette licence n'ont jamais été vraiment mauvais, sans jamais non plus nous décoller la rétine, nous arracher la mâchoire ou nous épiler entièrement. Qu'attendre de celui-là alors me direz-vous ? Eh bien une refonte totale de la série !

Pour vous faire gagner un peu de temps on vous épargnera le sempiternel speech présentant en long, en large, en hauteur et même en profondeur la série, ou plutôt la saga Harry Potter. Vous savez donc qu'il est un jeune sorcier ayant découvert ses pouvoirs magiques le jour de ses 11 ans, et suivant depuis lors des cours de magie à l'école de Poudlard. Après trois années mouvementées passées auprès de ses amis Ron et Hermione, il entre dans sa quatrième année où d'autres épreuves l'attendent. Ce jeu est logiquement l'adaptation du quatrième livre de J.K. Rowling, qui est censé représenter le centre de l'histoire, le livre pilier, le livre tournant, le livre déterminant pour l'avenir du jeune Harry, LE livre. Les développeurs en ont-ils pris conscience avant de donner naissance à ce jeu ? Cet énième jeu va-t-il enfin redonner un nouveau souffle à cette série ? Il semble que oui, étant donné le changement radical de direction pris ici...



Une gloire éternelle attend le vainqueur


Bien sûr, le livre sujet de cette adaptation étant déjà écrit, le scénario n'a pas demandé moulte réflexion à l'équipe de développement puisqu'il suit exactement ses traces, et c'est d'ailleurs tout ce qu'on pouvait lui demander. Harry entre donc dans sa quatrième année à Poudlard, année durant laquelle va prendre place le Tournoi des Trois Sorciers, une compétition mettant à l'épreuve trois « champions » représentant les trois grandes écoles de sorcellerie européennes dans des défis demandant adresse, force, dextérité, intelligence, réflexion et bien d'autres qualités hautement morales. Cette compétition étant réservée aux élèves de plus de 17 ans, Harry vaque à ses occupations sans espérer pouvoir y participer, mais le destin, ou plutôt une tierce personne pleine de mauvaises intentions, s'en mêle et il finit par y prendre part en tant que quatrième champion. Bien évidemment, comme vous incarnerez ce jeune bout en train, vous devrez le guider à travers les trois épreuves du tournoi, et en ressortir vivant bien sûr pour assister à la scène finale qui plongera le monde des sorciers dans un désordre notoire...

Venez dans mon slip, on est déjà 3


Déjà présente dans l'épisode précédent mais dans un stade quasi-fœtal, la notion de coopération entre Harry et ses deux amis est ici largement exacerbée. Vous pourrez contrôler n'importe lequel des trois compagnons à travers chacun des niveaux du jeu, et ainsi les faire plus ou moins « évoluer » à leur propre rythme, ou en fonction de vos préférences. Une parfaite entente sera une condition nécessaire et indispensable pour parvenir à survivre et progresser dans ce monde plein de créatures aussi magiques que prêtes à dissoudre le moindre centimètre carré de votre peau à coup d'acide chlorhydrique concentré (environ 90 moles par litre). En effet, assez souvent, vous serez confronté à des situations vous obligeant à réaliser un sort combiné, comme déplacer une pierre particulièrement grosse, ou éteindre un feu très vivace sur lequel trônent d'énormes salamandres... une véritable partie de plaisir. Mais lorsque l'on joue tout seul, ce système peut révéler assez crûment les limites de l'intelligence artificielle de vos compagnons qui vont, dans certains (rares) cas ne pas comprendre que vous avez besoin d'eux, malgré les milliards de sorts que vous leur jetterez en vain.



Ce genre de problème est bien sûr immédiatement effacé lorsque vous avez des amis pour incarner vos amis (elle est pas belle la vie virtuelle ?) et surtout pour comprendre rapidement l'enjeu d'une quelconque situation périlleuse. Le jeu simultané à trois, grande nouveauté de ce soft, est d'ailleurs à accueillir à bras ouverts tellement l'expérience et l'intérêt du jeu s'en voient décuplés. Un joueur solitaire éprouvera bien sûr du plaisir à y jouer (et plus si affinités), mais le jeu en multijoueur restera quoiqu'il arrive le plus divertissant.

A quand une baguette magique wavebird ?


En parlant de plaisir de jeu, le sujet auquel il est irrémédiablement lié est celui du gameplay, car l'un ne va pas sans l'autre : tels des Laurel et Hardy, des Charlie et Lulu, des Miss France et Jeune-Vieille de Fontenay, ils font route commune vers l'accession au nirvana vidéoludique, au Valhalla virtuel... Eh bien, force est de constater que les développeurs n'ont pas eu froid aux yeux puisqu'ils ont profité de ce quatrième opus pour opérer une refonte importante dudit gameplay. Alors qu'avant vous pouviez vous déplacer librement dans l'école et exécuter les défis et autres challenges des professeurs avec un aspect très aventure, ici c'est l'action qui prime ! Fini les vagabondages, le soft est découpé en différents niveaux que vous débloquez au fur et à mesure de votre progression, et là trêve de bavardage car c'est sous une pluie de sorts que vous allez vous plonger. D'une simple pression d'un bouton, un sort se lance, et il vous suffira de bourriner le bouton en question pour venir à bout de vos premiers ennemis. Pour les habitués des précédents épisodes le choc risque d'être rude, mais l'adaptation assez rapide au final. Plus vous avancez et plus les monstres à éliminer demandent une certaine combinaison de sorts pour être rayés de la carte.

#row_end Vous alternerez donc entre le bouton A pour lancer les sort d'attaque basiques et le bouton B pour les sorts plus complexes (sorts de lévitation, d'extinction de feu etc...) sous un déluge d'effets spéciaux du plus bel effet et avec une aisance toute naturelle. Le gameplay tel qu'il est réalisé offre une facilité d'accès à tout épreuve, si bien qu'il devrait plaire aux joueurs ne cherchant pas des combinaisons de touches très complexes pour lancer un sort. Les niveaux normaux présentent un fonctionnement assez basique : il vous suffira d'avancer, de tuer, de résoudre les quelques (faciles) énigmes qui se mettront sur votre chemin et de collecter le maximum de boucliers possibles. On pourrait donc croire à une importante linéarité dans le déroulement de l'action, et même si on ne peut pas nier sa présence partielle, elle est en grande partie effacée par le système de chemins multiples dans chacun des niveaux.

En effet, si vous faites une fois un niveau, vous ne l'aurez pas fini entièrement car vous aurez choisi un chemin particulier, et vous devrez donc le refaire plusieurs fois pour prendre part à différents événements tout en aboutissant au final au même but : collecter un maximum de boucliers. Ces boucliers sont disséminés dans tous les niveaux, et un certain nombre d'entre eux est indispensable pour débloquer le monde suivant. Vous apprendrez vite à les maudire, mais ils auront au moins le mérite de vous faire fouiller de fond en comble chaque niveau du soft.

Comme l'intrigue principale de ce quatrième livre réside dans les trois épreuves du Tournoi des Trois Sorciers, 3 niveaux ont été spécialement créés pour vous les faire revivre. Il convient toutefois de signaler que malgré ce semblant de volonté de renouveler un peu l'expérience de jeu, ces séquences sont très courtes et n'offrent qu'une sorte de rafraîchissement pour continuer l'aventure. Elles se déroulent sous un mode de poursuite ou, par exemple pour la première tâche, un dragon vous prend en chasse. Vous, sur votre balai, devrez simplement le manœuvrer pour passer à travers des cercles de boost et parvenir à lui échapper.

On vous passera les détails des autres épreuves pour laisser la surprise aux néophytes mais sachez que la deuxième, au contraire de la première, va vite vous pousser à bout tellement elle est mal conçue. Heureusement, cela n'empiète pas trop sur la qualité générale du soft, et bien sûr à la fin de chacune de ces missions vous aurez droit à votre petit bouclier pour votre collection.




Cet aspect de collection ne concerne d'ailleurs pas seulement les boucliers mais également la « monnaie » récurrente des jeux Harry Potter : les dragées surprises de Berty Crochu ! A chaque fois que vous tuerez un monstre, ce dernier s'étant vraisemblablement gavé de ces dragées avant de vous attaquer va en laisser une certaine quantité derrière lui. Vous en trouverez également en lançant des sorts contre certains éléments du décor, comme des vases ou des caisses, car il semble que ces petits bonbons fassent l'unanimité dans le monde des sorciers. Attention toutefois au piège dans lequel vous allez sûrement tomber si vous ne lisez pas la notice (ou ce test !) avant de jouer : lorsque vous verrez des dragées et que vous essaierez de vous en emparer, elles vont vous fuir comme la peste et c'est tout juste si vous parviendrez à mettre la main sur une poignée d'entre elles. La solution est simplissime : une petite pression du bouton Y lancera le sort « Accio » qui va, comme par magie, attirer toutes les dragées à vous tel un aimant géant. Ces dragées ont, contrairement aux épisodes précédents, une utilité certaine : alors qu'avant elles vous servaient à acheter des cartes de collection sorciers célèbre aussi inutiles qu'une collection de tiges de bambou séchées du Mississippi, ici vous pourrez acheter.....des cartes ! Encore ?! me direz vous, eh bien cette fois-ci elles sont d'une grande utilité puisqu'à chaque début de partie vous pourrez en attribuer 3 à chacun de vos personnages, elles pourront ainsi augmenter considérablement leurs facultés (efficacité des sorts, nombre de points de vies etc...). A vous donc de bien réfléchir à la distribution de vos cartes pour ne pas vous retrouver sur le carreau au milieu du niveau...

Pourquoi personne n'a inventé un sort pour se rendre plus joli ?


Diriger son petit Nanarry dans les méandres du monde de la sorcellerie est certes un aspect essentiel du jeu, mais alors que les graphismes ont déjà pris une place prépondérante dans le paysage vidéoludique actuel, il convient de s'assurer que ce dernier jeu ne soit pas obsolète. Eh bien que tout le monde se rassure, le niveau graphique est bon et atteint même parfois le niveau de très bon. Les personnages sont très bien modélisés, reconnaître les acteurs incarnant les différents personnages sera chose aisée pour quiconque a déjà vu un des films. L'animation n'est pas en reste puisque à moins de se trouver sous un véritable déluge de sorts et d'explosions où un léger ralentissement pourrait se faire sentir, le soft reste très fluide et si on se plonge dans le bain, les faune et flore de l'univers vont presque vous paraître naturelles. En parlant de pluie de sorts, il convient de signaler l'excellent rendu graphique de ces derniers, chaque incantation offrira un véritable feu d'artifices pour vos mirettes : on sent bien qu'un effort particulier a été porté à ces sorts, et personne ne va s'en plaindre. Pour finir sur les graphismes parlons rapidement des scènes « cinématiques » qui présentent un design très particulier. En effet, toutes ces séquences sont en fait réalisées en 2D, mais que les plus septiques ne disent pas que les développeurs sont de tels fainéants qu'ils n'ont pas eu le courage de les faire, car le rendu est unique dans son genre. Tout s'enchaîne assez vite, avec une succession de fondus, de zooms, qui rappelle un peu une sorte de bande dessinée tout en étant différent, on retiendra juste que là aussi les développeurs ont fait des efforts pour non seulement changer ce principe de séquences, mais également pour innover !

Concernant l'univers sonore du jeu, là encore le bilan n'est pas mauvais, les musiques proposées, principalement entendues dans les menus et scènes cinématiques sont bien orchestrées et collent bien au jeu. Ce qui par contre pourra vous lasser un peu sont les commentaires des personnages qui, même s'ils paraissent drôles aux début, deviennent très vite répétitifs. Les sons des différentes créatures et autres sorts en tout genre sont par contre de bonne facture, pour un ensemble assez bon, voire bon.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • GameCube
Editeur
  • Electronic Arts
Développeur
  • Electronic Arts
Genre
  • Aventure
Nombre de joueurs
  • 1 à 3
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   10 novembre 2005
   8 novembre 2005
   26 novembre 2005

Site officiel
http://harrypotter.ea.com/hpgof/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016