Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
Joli mais pas du tout fluide, maniable mais décourageant, un mode carrière intéressant mais au premier abord seulement… non ce Top Spin 2 sur DS n’est définitivement pas un bon cru et ne mérite pas de finir sur vos DS. Préférez encore un Virtua Tennis sur Game Boy Advance, et jouez-y sur la console à deux écrans de Nintendo. Tout le monde sera content, moi le premier.
Verdict !

Les +


  • Un jeu de tennis sur DS
  • De jolis graphismes...
barre

Les -


  • ... mais le reste ne suit pas.
  • Animation des plus lentes
  • Ambiance sonore terne
  • Courageux que celui qui tient 10 minutes
0 commentaire(s)
Top Spin 2
Par Kiklox, le 28 Sep 2006

Il y a des jeux à succès qui ont su s’imposer comme marques de genre, et tel est le cas dans la catégorie sport, en football tout comme en tennis. Dans ce domaine, Virtua Tennis était arrivé à point nommé avec la Dreamcast, s’affirmant comme l’un de ces jeux fer de lance. Depuis lors, un nouveau concurrent est arrivé du côté de Microsoft puis s’est vu ensuite transposé sur la console de Sony, sur PC et très récemment sur les portables de Nintendo. Ce concurrent se prénomme Top Spin, et voilà sa suite sur DS.



Le souci avec les consoles portables, c’est que, jusqu’ici, aucun jeu de tennis n’a réussi à s’affirmer tel quel comme référence incontournable, certains s’y sont essayés, non sans mal, et d’autres ont réussi à s’en sortir avec les honneurs, comme par exemple Virtua Tennis sur Game Boy Advance ou Virtua Tennis World Tour sur PlayStation Portable. Cette série possède déjà le terrain pour ainsi dire, et c’est avec un certain entrain que les studios PAM sous l’aile de 2K Games se sont lancés le défi de changer la donne… et là encore, c’est non sans mal.
Première impression lorsque la console s’allume avec la cartouche bien insérée dedans : les chargements sont horriblement longs, à tel point qu’au départ on se demande si le jeu n’a pas planté pour nous laisser seul avec un écran noir quelques secondes. Tout pour partir d’un mauvais pied donc.



Passé les logos des différentes boîtes, le menu se lance, classique mais classieux, offrant deux grosses parties distinctes habituelles à ce type de jeu : le mode exhibition / tournoi, et le mode carrière, sans compter les options. Le premier mode est un jeu libre, permettant de se lancer dans des parties rapides seul contre l’ordinateur ou avec des amis, à condition de posséder chacun une cartouche (dur de convaincre ses amis d’acheter Top Spin 2 sur DS, je vous l’assure). L’occasion se présente alors pour enchaîner des tournois ou bien des matchs simples réglés selon un nombre de jeux et de sets bien défini, tout en sélectionnant préalablement son personnage parmi 16 tennismen de base. Ces derniers sont dans l’ordre : Roger Federer, Lleyton Hewitt, Andy Roddick, Guillermo Coria, Tim Henman, Carlos Moya, Tommy Haas et Sebastien Grosjean pour ce qui est des hommes, et Lindsay Davenport, Amélie Mauresmo, Maria Sharapova, Venus Williams, Ai Sugiyama, Anastasia Myskina, Svetlana Kuznetsova et Alicia Molik pour les femmes. Du bon monde en somme, tous de capacités et de puissance différentes. Outre cela, plusieurs stades sont disponibles, de Rolland Garros et sa terre battue à l’Australlan Open sur ciment, en passant par l’inévitable Wimbledon et sa pelouse à Londres. On en demande pas moins d’un jeu qui se veut complet.#row_end
Les stades sentent bon la vie... au ralenti

Cependant, quand on part d’un mauvais pied, ça ne présage jamais rien de bon, et c’est une fois le jeu lancé que l’on constate avec regret que tout était bien plus agréable lorsqu’il s’agissait de simples images. En mouvement c’est diablement moins prenant. La raison à cela étant une fluidité digne d’un jeu PC dernière génération en désaccord avec le portemonnaie et les moyens de son acheteur. En gros, ça rame sec et sévère. On peut comprendre l’état des faits : les graphismes sont détaillés pour une DS, les joueurs ne sont pas trop mal rendus, même si difficilement identifiables, les stades sont bien reproduits, et l’ambiance sonore suit l’action, bien qu’un peu creuse et fade. Tout cela demande de la ressource pour une si petite bécane… mais quel dommage ! Ces saccades, ces ralentissements troublent toute la maniabilité qui se prend une grosse claque, à tel point que par moment on aura l’impression de ne pas pouvoir récupérer la balle tant le personnage se déplace à l’allure d’un escargot en rute. Sans parler du fait que la balle traverse de temps à autre la raquette, allez savoir pourquoi.
C’est avec ce lourd handicap qu’on se lance non sans peine dans le mode carrière, dans lequel il est possible de créer son propre joueur : lui donner un nom, lui choisir un visage, un sexe, un pays, une couleur, un costume et un style de service (parmi sept). Pas très élargi comme choix, mais c’est toujours mieux que rien. Ah oui, on peut activer ou non les cris de son personnage ; des fois, ça peut servir. Bref, du simple, du vu et du revu, du réchauffé quoi.

Le mode carrière, à la façon de Top Spin sur console de salon ou Virtua Tennis, offre un large panel de défis à relever. Une carte du monde s’affiche alors sur l’écran tactile et grâce au doigt ou au stylet, il est possible de la déplacer pour afficher certains pays dans lesquels se déroulent des matchs, utiles à l’évolution dudit nouveau sex-symbol du monde du tennis. Chaque case sélectionnée est donc un défi de plus vers la victoire et la célébrité, tandis qu’on reviendra souvent s’entraîner sur des séances de coups permettant d’affiner la trajectoire de ses balles, de maîtriser un peu mieux ses effets. Trois autres entraînements sont aussi à la tête de l’affiche mais ces derniers relèvent plus du mini-jeu (Tennis Morpion, Serveur d’Elite sur lequel il faut viser des endroits précis marqués au sol, ou Carnage où il faut abattre des cibles en carton) que de l’entraînement pratique. Le seul gros soucis dans tout cela, c’est qu’on a bien vite fait le tour et qu’on s’en lasse très rapidement, quand bien même l’intelligence artificielle ne vaut pas un pet de lapin, cette dernière laissant soit passer les balles en les regardant, soit il est véritablement impossible de gagner tant l’ordinateur en face de vous arrête tout sans exception. Incroyable, mais vrai !

Top Spin 2 sur DS présente donc de nombreux défauts qui l’empêchent d’être un bon jeu, et même d’être un jeu moyen, tant il pêche par sa fluidité, son intérêt limité, ses musiques criardes et désagréables, et le manque de plaisir certain que l’on éprouve en y jouant. Achetez plutôt une Dreamcast avec Virtua Tennis sur Ebay, avec un peu de chance ça vous reviendra moins cher.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
Développeur
Genre
  • Sport
Nombre de joueurs
  • 1 à 4
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   7 avril 2006
   29 mars 2006
   Non prévue

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016