Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Pari réussi pour Fire Emblem : Awakening qui arrive une fois de plus à innover grâce à son système d'attaque en duo et de soutien. Reprenant les idées des anciens épisodes, le soft se veut être le plus accessible possible pour les néophytes tout en proposant un challenge corsé pour les connaisseurs. Le jeu propose également du contenu annexe décent avec des quêtes supplémentaires à la pelle. Si l'histoire reste assez classique et propose un peu trop de contenu payant, ses défauts sont rapidement gommés par la richesse du contenu de cet épisode qui rend chaque partie unique. Au final, Fire Emblem : Awakening est clairement un indispensable pour toute ludothèque 3DS et fait partie des meilleurs jeux de cette année 2013.
award
Verdict !

Les +


  • Gameplay efficace
  • Système de relation au top
  • Contenu riche
  • Personnages attachants
  • Musiques agréables
  • Parfait pour ceux qui veulent découvrir la série
barre

Les -


  • Histoire classique, du déjà vu
  • Un peu trop de DLC
0 commentaire(s)
Fire Emblem : Awakening
Par Zelgius, le 13 Apr 2013

Considéré comme l'un des piliers du Tactical-RPG, Fire Emblem a su s'imposer comme étant un titre phare en proposant un gameplay efficace, une ambiance épique et des personnages charismatiques. Après deux remakes des aventures de Marth sur Nintendo DS, il était temps pour la dernière portable de Nintendo d'accueillir elle aussi son premier jeu estampillé Fire Emblem. Alors que l'on pouvait émettre des craintes concernant la localisation du titre en Europe (rappelons que le deuxième épisode sur Nintendo DS n'a jamais franchi les frontières nipponnes), Fire Emblem : Awakening débarque finalement en Occident pour le plus grand plaisir de ceux qui attendaient un nouvel épisode depuis 4 ans. Pour marquer le coup, Intelligent Systems propose une toute nouvelle aventure en reprenant quelques formules des anciens épisodes, le tout saupoudré de nouveautés qui en font un incontournable de la série.

L'éveil des héros

C'est exactement le 20 Avril 1990 que débarque sur la NES le tout premier Fire Emblem, un Tactical-RPG produit par le regretté Gunpei Yokoi. Il faudra attendre l'année 2002 avec Super Smash Bros. Melee, pour qu'une grande partie des joueurs américains et européens découvrent cette série avec la présence de deux personnages : Marth et Roy. Depuis, Nintendo a donné une chance de se faire connaître avec l'arrivée mondiale de Fire Emblem : Blazing Sword, le deuxième épisode sur Game Boy Advance. Le jeu a su construire diverses communautés à travers le monde et a su être une source d'inspiration pour certains jeux comme Final Fantasy Tactics.

Introduit par Blazing Sword puis repris par Shin Monshô No Nazo sur Nintendo DS, le jeu propose de créer un avatar (avec l'aide d'un éditeur assez limité en choix) qui sera le/la confident(e) et stratège de Chrom. Du simple petit stratège invisible de Blazing Sword, on passe à un combattant polyvalent qui saura s'intégrer parmi ses comparses et jouera un rôle des plus importants dans l'histoire. C'est après une patrouille dans les terres d'Ylisse que Chrom, en compagnie de sa sœur Lissa et de son lieutenant Frederick, retrouve le fameux stratège inconscient et amnésique en prime, un syndrome classique pour la plupart des héros de RPG. En plus d'avoir le titre de prince, Chrom se révèle également être le chef d'une milice baptisée « les veilleurs », assurant ainsi la protection du peuple d'Ylisse.

C'est donc avec joie que Chrom accueille le stratège amnésique dans sa bande après l'avoir aidé à chasser les bandits d'un village voisin. Cependant, les événements tournent au drame lorsque la milice est attaquée par de mystérieux monstres surgissant du ciel. Au même moment, un épéiste arborant un masque et répondant au nom de Marth vient en aide au groupe pour éviter la catastrophe. Qui sont donc ces mystérieux monstres inconnus de Chrom ? Quelles sont les mystérieuses intentions de Gangrel, roi de Plegia, qui souhaite déclarer la guerre à la reine Emmeryn ? Qui est ce mystérieux épéiste qui ressemble trait pour trait à Marth, le héros légendaire ? D'une simple guerre entre deux pays, le conflit va alors dégénérer en une bataille mettant en péril le futur du monde entier, amenant ainsi les personnages à traverser des périodes de doute et de douleur.

Un synopsis moins marquant que ses prédécesseurs, d'une part par un sentiment de déjà-vu (on parle encore de résurrection d'un démon censé détruire la terre) et d'autre part par un manque de charisme des méchants, qui font pâle figure comparés à leurs prédécesseurs comme Zephiel ou Yurius. Heureusement, la personnalité des nombreux personnages qui rejoindront l'équipe rend le scénario plus intéressant tant ils sont attachants.

Google Chrom

Si Fire Emblem est apprécié, c'est bien par son côté impitoyable concernant la perte d'unité. Lorsqu'un personnage meurt, il est perdu définitivement, ce qui renforce grandement le côté stratégique du jeu. Chaque déplacement et attaque doivent être calculés afin de ne pas être sanctionnés par la mort d'un personnage. Pour attirer les plus réticents par ce système déroutant, Intelligent Systems a inclus un mode de jeu baptisé « débutant ». En adoptant ce mode de jeu, les unités perdues au cours d'une bataille ne le sont pas définitivement et seront remises sur pied pour le prochain chapitre. Un choix optionnel plutôt appréciable de la part des développeurs qui permet au néophyte d'aborder le jeu en douceur.

Cependant, on ne peut que conseiller d'opter pour le mode « classique » afin de ne pas perdre l'essence même de Fire Emblem, à savoir la crainte de perdre une unité et de tout recommencer, ce qui force à devoir essayer une multitude de combinaisons sur le terrain pour éviter le pire. Tradition oblige, le jeu propose quatre modes de difficulté (dont un est à débloquer), laissant ainsi le choix d'ajuster dès le départ ses convenances en termes de challenge. Si le mode difficile reste relativement simple une fois le concept de Fire Emblem maitrisé, le mode expert en revanche ne fait pas de cadeau puisque la moindre erreur sera très rapidement sanctionnée par la mort d'une unité. Il est donc primordial de connaître les nombreuses subtilités et mécanismes que propose Fire Emblem : Awakening.

Intelligent Systems livre ici un mécanisme de jeu simple, mais terriblement efficace. On incarne une armée composée de plusieurs personnages qui ont leurs propres points forts et faiblesses en fonction de leur classe. Ainsi, un archer aura non seulement la possibilité d'attaquer un ennemi au loin, mais pourra également faire des dégâts élevés en frappant les ennemis volants. Cependant, ce dernier sera très vulnérable au corps à corps et ne pourra en aucun cas contre-attaquer dans cette situation. Il est donc nécessaire de bien apprendre les classes de ses personnages afin de calculer parfaitement les déplacements et les attaques sous peine de se retrouver avec un mort sur les bras. Le triangle des armes est également présent et il sera nécessaire de surveiller son équipement, ainsi que celui des ennemis pour ne pas se retrouver dans une situation déplaisante. Ainsi, les unités attaquant avec une lance auront l'avantage contre les épéistes, mais seront désavantagées contre les possesseurs de haches.  Heureusement, l'écran tactile est utilisé pour afficher les statistiques et l'inventaire des unités alliés et ennemis afin d'appréhender ceux qui pourraient poser problème au tour suivant. Il est également possible d'afficher de façon permanente le déplacement des unités ennemies. Une fonction pratique qui a fait ses preuves sur les épisodes GameCube et Wii afin de déjouer leurs déplacements et avoir une chance de prendre le dessus.

Durant l'aventure, il sera possible de recruter de nouvelles unités afin de gonfler les rangs de l'armée, ce qui donne de nouvelles possibilités de stratégie. Une fois passé le niveau 10, il est possible de faire évoluer le personnage ce qui permet d'avoir le choix entre deux classes qui peuvent faire la différence au combat. Par exemple, une soigneuse peut avoir soit la possibilité d'attaquer avec la hache ou avec un sort de magie, ce qui n'est pas le cas avec la classe de base. Il est également possible de changer totalement la classe d'un personnage par le biais d'un objet spécifique. Par exemple, votre guerrier peut devenir un magicien. Il est donc primordial de prendre cette option en considération afin de créer des unités complètement originales puisque ces dernières garderont les statistiques et les compétences de leur ancienne classe. Nombreuses sont les options afin de concevoir l'armée ultime et ainsi concocter une stratégie efficace pour survivre au combat.

Minna, miteite kure !

La grosse nouveauté qui rend cet épisode si original, c'est la possibilité de former des duos en combat afin d'optimiser les chances de survie. En fonction du taux d'affinité entre les deux personnages, il est possible d'obtenir des gains de statistiques non négligeables qui peuvent faire toute la différence dans un combat. Deux personnages peuvent également se rejoindre pour former une seule unité. Une option à prendre en compte afin d'optimiser une fois de plus les chances de victoire et de faire des dégâts impressionnants.

Élément fort de cette série, le système de soutien a été revu à la hausse et devient désormais d'une importance capitale pour survivre dans le monde impitoyable de Fire Emblem : Awakening. Au fur et à mesure que deux unités combattent ensemble, ces derniers voient leur affinité augmenter et ainsi, acquièrent plus de bonus au combat lorsqu'ils se retrouvent côte à côte une nouvelle fois. Fire Emblem : Awakening fait également honneur à ses prédécesseurs en reprenant l'idée du mariage de l'épisode Seisen no Keifu sur SNES. Si un homme et une femme atteignent le rang S en soutien, ces derniers se marient et pourront ainsi avoir un enfant à recruter plus tard dans le jeu, qui héritera des caractéristiques du père et de la mère. Contrairement à Seisen no Keifu, ces unités sont optionnelles, mais elles ont le mérite d'attirer l'attention par les caractéristiques héritées des parents et par leur attitude attachante et surprenante. Un temps de réflexion et plusieurs parties seront nécessaires afin de former le couple ultime pour avoir un enfant redoutable au combat. Ainsi, le système de duo révolutionne une nouvelle fois l'aspect stratégique et propose sa part d'originalité par rapport à ses prédécesseurs.

Si la plupart des épisodes de la saga sont assez linéaires en raison d'un enchainement de chapitres sans transition, ce n'est pas le cas avec Fire Emblem : Awakening qui reprend avec brio la carte du monde introduite par The Sacred Stones sur Game Boy Advance. Il est donc possible de revenir en arrière afin de faire le plein de provisions (équipement, potions, etc.), d'acheter des objets rares en promotion par le biais d'un marchand ambulant, mais aussi de participer à des escarmouches dans le but d'améliorer les unités au combat. En plus de la vingtaine de chapitres qui composent le jeu, la carte du monde regorge de quêtes annexes non dénuées d'intérêt, ce qui gonfle une fois de plus la durée de vie déjà bien grande de cet épisode. En fonction du moment de la journée, il est possible d'accéder à de petites saynètes entre les personnages afin d'acquérir des bonus sympathiques comme une hausse des statistiques, des armes inédites ou une amélioration au niveau des relations.

Fire Emblem : Awakening fait également honneur à la console en proposant des graphismes très proches de Radiant Dawn paru sur Wii. L'effet 3D est utilisé à bon escient puisqu'il donne un peu plus de relief à l'environnement et sépare les boites de dialogue du reste de l'écran. Les cinématiques viendront également ponctuer la trame et sont de très bonne facture. Il est cependant dommage que le jeu en propose si peu tant leur qualité est superbe. Concernant la bande sonore, le jeu propose quelques compositions sympathiques qui aident à plonger dans l'ambiance médiévale et dramatique du jeu.

We're back !

Nintendo 3DS oblige, Fire Emblem : Awakening utilise également les fonctions Streetpass et Spotpass de la console. La fonction Streetpass permet de recevoir les armées des autres joueurs rencontrés afin de se livrer bataille. La fonction Spotpass permet entre autres de recevoir des objets bonus, d'obtenir des quêtes annexes supplémentaires et surtout de recruter les anciens personnages de l'univers Fire Emblem (une centaine) et tout cela gratuitement. Un beau cadeau qui pousse à allumer sa console chaque jour. Le jeu propose également les voix japonaises pour le plus grand plaisir des fans.

Fire Emblem fait également partie des premiers jeux à introduire les DLC sur Nintendo 3DS. Le contenu téléchargeable propose entre autres de recruter les héros emblématiques de la saga (dont la plupart sont accompagnés d'une classe inédite) en les affrontant sur des cartes entièrement reprises des anciens épisodes ou réaliser des missions dont la difficulté a été revue à la hausse afin de satisfaire les joueurs en quête de challenge. Si la première série de contenu téléchargeable est plutôt orientée pour les fans et n'apporte rien au scénario, ce n'est pas le cas pour la deuxième série qui met en avant les enfants des personnages du jeu.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Intelligent Systems
Genre
  • Tactical-RPG
Nombre de joueurs
  • 1 à 2
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 19 avril 2013
   lundi 04 f?vrier 2013
   jeudi 19 avril 2012

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016