Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Porte-étendard du jeu de danse festif et accessible, Just Dance fera sans doute le bonheur de son public avec cette cuvée 2018, tout en laissant de côté les puristes du jeu de rythme. Au-delà d’une tracklist sur laquelle chacun se fera son opinion, on regrettera toutefois une utilisation pas forcément convaincante des fonctionnalités de la Switch, ainsi que la disparition de certaines fonctionnalités présentes dans le précédent volet. Des oublis qui ne sont qu’en partie compensés par un Just Dance Unlimited logiquement mieux garni, mais qui reste payant à terme.
Verdict !

Les +


  • Formule toujours aussi accessible 
  • Un contenu de base assez conséquent
  • 90 jours gratuits sur Just Dance Unlimited
  • Les Joy-Con parfaitement adaptés
  • Tournois en ligne pour varier les plaisirs 
  • Un peu d’exercice physique pour les nolife
barre

Les -


  • Détection et feedback qui manquent de précision
  • Pas de grosses nouveautés…
  • … à part un Double Rumble totalement sous exploité
  • Des fonctionnalités en moins par rapport à la version 2017
  • Mode sur table toujours aussi peu lisible
  • Just Dance Unlimited finit par coûter cher
0 commentaire(s)
Just Dance 2018
Par Kayle Joriin, le samedi 18 novembre 2017

Cela fait désormais huit ans que Just Dance permet aux petits et grands de bouger comme des fous devant leur téléviseur. Une longévité tout à fait honorable pour l’un des chantres du motion gaming, dont les ventes ont néanmoins dégringolé depuis un troisième épisode qui s’était écoulé à presque 13 millions d’exemplaire. En effet, bien que la franchise d’Ubisoft ait su coloniser peu à peu la plupart des machines de salon, elle a toujours fait ses meilleures ventes sur son support d’origine : la Wii. Or, avec l’échec commercial de la Wii U, aucun successeur sérieux ne s’est présenté pour reprendre le célèbre gant lumineux et il aura fallu attendre le succès inespéré de la Switch pour voir poindre un petit rayon stroboscopique à travers la dense fumée. Entre ses Joy-Con et sa portabilité, la console hybride de Nintendo apparaissait ainsi comme une véritable terre promise pour la franchise. Et si la présence de Just Dance 2017 à son lancement constituait une session de rattrapage logique, mais pas forcément indispensable pour qui avait déjà acheté le jeu quelques mois auparavant, la donne est aujourd’hui différente avec la sortie simultanée de l’opus 2018 sur tous les supports capables de l’accueillir. Une situation dans laquelle la Switch pourrait faire des étincelles, malgré une utilisation pas franchement optimale de ses capacités.

I like to move it, move it

Parfaitement calibrée pour le grand public, auquel elle s’adresse en priorité, la formule Just Dance a depuis longtemps fait ses preuves et n’évolue donc guère avec cette nouvelle déclinaison annuelle. Il s’agit toujours de reproduire en rythme des chorégraphies réalisées à l’écran par un ou plusieurs modèles aux looks parfois improbables, en se servant si nécessaire d'indications optionnelles, comme des pictogrammes assez cryptiques censés annoncer les prochains mouvements ou, en exclusivité sur Switch, une utilisation des vibrations HD afin de marquer le tempo. En pratique, seuls les mouvements de la main droite sont toutefois détectés, que ce soit grâce à un Joy-Con ou à un smartphone doté de l’application idoine. La précision de l’ensemble étant au mieux indulgente et au pire approximative, il est possible de gruger le système en se contentant de quelques mouvements de bras ou d’épaules, le cul bien au chaud dans son canapé. Du coup, il faut reconnaître que l’expérience de danse n’est pas aussi aboutie et réaliste que ce qu’on peut voir dans des titres utilisant un système de détection externe comme Kinect. Vu le feedback simpliste, et malgré l’ajout d’un niveau d’appréciation intermédiaire, il n’est en outre pas forcément évident d’identifier ses erreurs et d’améliorer son jeu de bras, ce qui rend la marge de progression assez floue. À moins d’être particulièrement obstiné et de décortiquer finement la manière dont sont détectés les mouvements de chaque chorégraphie, l’intérêt dépend alors clairement de la bonne volonté des participants et de leur envie de s’amuser sans trop se prendre la tête.

Pris dans cette optique de pur divertissement, plutôt que dans celle d’un rhythm game exigeant, Just Dance fera cependant le bonheur des danseurs du dimanche. Et si dans le fond, on peut retrouver des sensations très similaires en se trémoussant simplement devant les innombrables vidéos de danse disponibles sur le net, le titre offre une interactivité appréciable, un système de scoring qui motive un minimum et un contenu loin d’être négligeable. Très axée « pop moderne », avec beaucoup de chansons datant de moins de deux ans, la tracklist de cette édition 2018 manque certes un peu de variété, mais tente de séduire le plus grand nombre. Parmi la quarantaine de chansons disponibles directement sur la cartouche, on retrouve ainsi des artistes qui font l’actualité, comme Shakira, Bruno Mars, Luis Fonsi, Lady Gaga, Ariana Grande, Jamiroquai ou Ed Sheeran, accompagnés de quelques anciennes gloires comme Boney M, Queen, ou Kenny Loggins. En outre, pour les plus affamés, la version Switch propose à nouveau un accès au catalogue Just Dance Unlimited qui réunit plusieurs centaines de morceaux issus des précédents volets, agrémentés de quelques nouveautés. Un service en ligne, disponible par le biais d’un abonnement payant, qui est toutefois gracieusement offert à tout nouvel acheteur pendant une période de 90 jours.

Au-delà de cette sélection copyrightée et globalement sérieuse (sauf lorsqu’on fait l’andouille devant Beep Beep I’m Sheep), on trouve dans le mode Kids des pistes adaptées aux plus jeunes, avec des compositions plus légères et une interface simplifiée. Quant aux catégories Dance Lab et Double Rumble, disponibles dans le mode principal, elles regroupent des chorégraphies plus ou moins farfelues selon des thématiques diverses comme le bricolage, la cuisine, la magie, le sport ou les arts martiaux. Enfin, le mode World Dance Floor permet de participer à des tournois en temps réel sur le net afin de montrer au monde entier qui se secoue le mieux sa main. Autant d’activités qui, au-delà du plaisir qu’elles peuvent procurer par défaut, permettent d’accumuler des points de Mojo afin de débloquer des éléments purement cosmétiques, de nouveaux épisodes pour le Dance Lab ou des chorégraphies alternatives (et souvent plus difficiles) pour certains morceaux.

Swish Switch

En prenant toutes les précautions de rigueur sur les limites de la formule, force est de constater que ce Just Dance 2018 est, sur le principe, tout aussi plaisant que ses prédécesseurs. Il n’offre certes pas de réelles nouveautés et perd même quelques fonctionnalités au passage, comme les Mashup ou le mode Dance Quest présents dans le précédent opus. Néanmoins, il constitue une expérience divertissante, que ce soit lors de soirées réunissant jusqu’à six participants, ou bien en solo, dans le cadre d’une activité physique d’appoint un minimum festive (grâce à un compteur de calories optionnel). En revanche, la question de savoir où se situe ce nouveau volet dans l’éventuelle hiérarchie de la série dépendra surtout de l’adhésion des joueurs aux choix musicaux effectués et aux chorégraphies proposées. Or, c’est typiquement un point sur lequel il est difficile de statuer de manière objective, chacun ayant ses propres goûts en la matière. Comme d’habitude, on pourra trouver que certaines chansons ne sont pas assez dansantes ou que certaines chorégraphies ne rendent pas justice aux morceaux qu’elles illustrent. Cela dit, le meilleur moyen de se faire un avis sur la question est encore d’aller jeter un coup d’œil à la tracklist du jeu dont des extraits sont disponibles sur la chaîne YouTube dédiée. Ça a l’air bête dit comme ça, mais ça fonctionne. Et il est de toute manière possible de s’amuser pendant des heures avec seulement quelques morceaux favoris.

Reste alors à aborder le cas spécifique de cette mouture Switch qui avait des arguments plutôt solides à faire valoir pour s’imposer comme LA version à posséder. Si du côté des contrôleurs, les Joy-Con ringardisent effectivement une nouvelle fois les Wiimotes grâce à leur petite taille, il n’en va malheureusement pas de même en ce qui concerne la portabilité. L’interface du titre, assez chargée dans les menus et parfois bizarrement proportionnée, s’avère en effet toujours aussi peu adaptée au fameux Mode sur Table de la console de Nintendo. Cela passe lorsqu’on a le nez collé sur l’écran, mais dès qu’on prend un peu de distance, notamment pour jouer à plusieurs, il y a intérêt à avoir des yeux bioniques pour pouvoir suivre les instructions. De fait, cette portabilité s’adresse presque uniquement aux joueurs solitaires qui voudraient pratiquer un peu durant leurs déplacements, que ce soit lors des vacances chez mamie ou à l'hôtel pendant un voyage d’affaires.

Alors évidemment, l’écran de la Switch n’est pas bien grand et il n’est pas certain que la lisibilité aurait été suffisante pour pratiquer la danse nomade de manière satisfaisante, même avec une interface adaptée. Cependant, il est dommage qu’un des arguments phares de la machine soit ainsi traité par-dessus la jambe. Et il en va de même pour l’utilisation simultanée de deux Joy-Con proposée dans les chorégraphies de la catégorie Double Rumble, précédemment évoquée. Très attrayante sur le papier, cette fonctionnalité est en effet complètement sous-exploitée avec seulement cinq morceaux disponibles aux thématiques pas franchement passionnantes. Quand on pense à ce qu’aurait pu donner cette option sur de vraies chansons, avec de vraies chorégraphies, il y a donc de quoi être réellement déçu. Cela n’empêche certes pas cette version Switch de se placer comme une alternative tout à fait crédible à ses consœurs Wii et Wii U, mais si Ubisoft veut redonner un véritable coup de fouet à sa franchise, il va falloir qu’ils cherchent à tirer réellement parti des forces de la console.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Switch
Editeur
  • Ubisoft
Développeur
  • Ubisoft
Genre
  • Musique
Nombre de joueurs
  • 1 - 6
Evaluation PEGI
  • 3
Sorties
   26 octobre 2017
   24 octobre 2017
   Non prévue

Site officiel
https://www.ubisoft.com/fr-fr/game/just-dance-2018
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016