Test The Sexy Brutale - Nintendo-Différence

Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #82
E3 2018 : Le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Somme toute, The Sexy Brutale est une découverte intéressante. Histoire haletante, gameplay innovant, graphismes élégants et bande-son travaillée, c’est une belle surprise. En revanche, le portage sur Switch est plus que moyen : temps de chargement ridicules et lags à gogo ternissent l'expérience de jeu. Si on cumule cela avec un prix (19,99 euros sur l’eShop) plutôt élevé pour une durée de vie de moins de 10 heures, on peut vraiment se demander si la Switch est le meilleur support pour découvrir un jeu qui ne manque pas de qualités.
Verdict !

Les +


  • Un gameplay innovant
  • Une histoire prenante 
  • Des graphismes élégants
  • Des personnages hauts en couleur
  • Une bande-son travaillée
barre

Les -


  • Les chutes de framerate récurrentes
  • Les temps de chargement
  • Durée de vie un peu faible pour le prix
  • La qualité du portage
0 commentaire(s)
The Sexy Brutale
Par Skyward, le dimanche 21 janvier 2018

Développé par Tequila Works et Cavalier Game Studios, et initialement sorti en avril 2017 sur PC, PS4 et Xbox One, The Sexy Brutale a tout pour éveiller la curiosité. Un jeu d’enquête et d’espionnage adulte et mystérieux, avec une pincée de voyage temporel, il y a de quoi être intrigué ! Ce petit jeu énigmatique a eu le droit à un portage sur Switch en décembre 2017. Est-ce le bon support pour découvrir les subtilités de cette aventure ? The Sexy Brutale tient-il ses promesses sur la durée ? 

Un Jour sans fin rencontre Sherlock Holmes

Le joueur incarne Lafcadio Boone, un prêcheur pécheur qui se réveille un samedi midi au pied d’une horloge imposante, sans rien savoir de ce qui a pu lui arriver. Il est accueilli par un spectre féminin ruisselant de sang qui lui fait comprendre qu’il est piégé dans la pire boucle temporelle qui soit, et qu’il ne pourra en sortir avant d’en avoir percé tous les mystères et sauvé la vie à un grand nombre d’innocents. Le Marquis, propriétaire du palais-casino The Sexy Brutale où Boone est coincé, semble avoir disparu. En son absence, tous ses domestiques n’ont qu’une idée en tête : exterminer de la manière la plus ironique et originale qui soit chacun des prestigieux invités présents sur place. Cerise sur le gâteau, à minuit, tout est réinitialisé et le cauchemar recommence à l’identique.  Un manoir perverti, des invités assassinés violemment, et un éternel recommencement, voilà ce qui attend les courageux qui oseront s’essayer à The Sexy Brutale.

Heureusement, Boone acquiert deux outils formidables : d’une part une montre à gousset qui lui permet de remonter le temps à l’infini quand cela l’arrange pour revenir à samedi midi et annuler tout ce qui a pu se passer, d’autre part un masque qui lui permet de ne pas être vu par les autres êtres vivants présents dans ce manoir. Ces deux pouvoirs lui permettront de tenter de sauver, du moins pour une journée, certains des invités afin de progresser dans l’aventure et comprendre le mystère du manoir.

L’atmosphère de ce jeu est tout à fait unique, avec une ambiance Las Vegas délicieusement décadente, et une esthétique un poil steampunk non moins intéressante. La musique est particulièrement travaillée pour coller à chaque situation et se fait de plus en plus stressante au fur et à mesure que l’on se rapproche de minuit, heure à laquelle tout recommence. On alterne entre vieilles chansons au gramophone, swing et musique de chambre. Une des invitées étant cantatrice, on a même le droit à plusieurs belles chansons en anglais qui rythment l’épisode où l’on essaie de la sauver. Visuellement, le manoir est superbe et regorge de pièces toutes plus intrigantes les unes que les autres.

Il va falloir jouer de la montre !

Lafcadio est soumis à une contrainte de taille : bien que son masque lui permette de ne pas être vu par les personnes qu’il essaie de sauver ainsi que par les domestiques assassins, il ne peut pas prévenir les victimes du danger tant qu’il ne les a pas déjà sauvées. Dans ce manoir, tout le monde porte un masque et ces derniers sont agressifs, si le héros se retrouve dans la même pièce qu’une autre personne, le temps s’arrête et les masques essaient de tuer Lafcadio. Il est possible d’échapper à la mort en changeant immédiatement de pièce, mais cet élément empêche les confrontations directes. Heureusement, le jeu regorge d’astuces et d’éléments de gameplay permettant de comprendre ce qu’il se passe et de résoudre discrètement les mystères. Lafcadio peut écouter aux portes, se cacher dans des armoires, écouter les déplacements et ramasser/utiliser les objets laissés par les autres personnes. En complément de ces capacités de base, chaque personne sauvée abandonne son masque et laisse un pouvoir exceptionnel au héros, qui lui permet d’accéder à des parties du manoir auxquelles il n’avait initialement pas accès.

L’autre spécificité du jeu est évidemment la manipulation temporelle. Certains évènements n’ont lieu qu’à des moments bien précis de la journée, il faudra donc avoir la chance de tomber dessus au cours de son exploration. Les horloges présentes dans le palais sont donc des objets importants. Une fois remontées à l’aide de clés trouvées un peu partout, elles servent de point de réveil lorsque la journée recommence, il faut donc choisir stratégiquement sur quelle horloge se synchroniser pour recommencer la journée au bon endroit et gagner du temps. La journée commence toujours à midi, et il est possible d’avancer manuellement le temps jusqu’à 16h ou 20H au contact d’une horloge. 

Chaque phase d’enquête se passe toujours dans une partie spécifique du manoir (salles de musique, chambres d’amis) et on ne peut sauver plus d’un ou deux invités en une journée. L’espionnage et la recherche d’indices peuvent prendre un peu de temps, mais une fois la situation clairement analysée, on peut sauver les invités à l’aide d’une intervention très basique (utiliser le bon objet au bon endroit). Le jeu est donc très intéressant, mais relativement court, puisqu’on mettra rarement plus de 20 minutes à sauver un innocent. On saluera également la construction de l’histoire, très intéressante à suivre et bien pensée.

Un portage en demi-teinte

Si le jeu en soi est une bouffée d’air frais sur le marché avec un concept unique et un style élégant, il faut tout de même parler de la qualité du portage sur Switch. Bien que le plaisir d’avoir la possibilité de jouer à The Sexy Brutale en mode nomade est très tentant, il faut malheureusement admettre que le portage est plus que moyen. À chaque fois que le père Lafcadio entre dans une nouvelle pièce, il y a un temps de chargement de 3 à 5 secondes, puis ensuite un lag de deux secondes où il se déplacera tel un papy souffrant de Parkinson. Sachant qu’on ne reste dans une pièce que rarement plus de 10 secondes, ces temps de chargement et ces lags rendent l’expérience déplaisante et frustrante. Malheureusement, ce défaut est tout aussi présent en mode dock qu’en mode nomade. 

On ne saurait donc que conseiller à Tequila Works de peaufiner leurs portages d’un point de vue technique au lieu de se précipiter, car ce sont exactement les mêmes critiques qui ont été adressées à Rime, sorti quasiment en même temps. Faire des jeux de qualité c’est une chose, mais il est dommage de les gâcher avec des portages médiocres.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Switch
Editeur
  • Tequila Works
Développeur
  • Cavalier Game Studios
Genre
  • Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 12
Sorties
   jeudi 07 d?cembre 2017
   jeudi 07 d?cembre 2017
   jeudi 21 d?cembre 2017

Site officiel
http://www.thesexybrutalegame.com/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016