Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #84
Switch, Pokémon et indés : la Triforce
Accueil podcast Télécharger le podcast
Quelle que soit son école, Mega Man est et restera une série mythique, capable de pousser le joueur dans ses retranchements. Les roguelite sont un peu l’évolution moderne de Mega Man et, même si le concept est un peu différent, il en résulte toujours une obstination à franchir des obstacles coriaces. Comme le jeu vidéo devient peu à peu un produit culturel, quoi de plus naturel que de découvrir le goût de l’original et d’en apprécier ses qualités et ses défauts ? Fidèle en tout point aux originaux avec une tripotée de contenus pour les fans et un mode supplémentaire assez sympathique, il est toutefois inutile de se ruer sur la compilation complète, seule la partie 1 suffit et offrira le meilleur. À réserver pour la découverte ou la redécouverte.
Verdict !

Les +


  • Mega Man, l'éternel
  • Dans son jus de l'époque
  • Du challenge en perspective
  • Le X Challenge bien sympa
  • La seconde compil’ dispensable, ce qui est bon pour les finances…
barre

Les -


  • …mais du coup, la seconde est moins bonne que la première
  • Bien que voulu, c'était quand même rigide à l'époque
0 commentaire(s)
Mega Man X Legacy Collection
Par Goonpay, le samedi 15 septembre 2018

Après la collection « classique » de Mega Man (Mega Man Legacy Collection 1 & 2), c’est au tour de la série X de rejoindre les rangs de la Switch, toujours sous forme de deux compilations achetables séparément et regroupant quatre titres chacune : de X1 à X4 pour la première et de X5 à X8 pour la seconde. Avant d’aborder prochainement l’épisode 11 inédit, c’est au package complet des X que nous nous intéressons aujourd’hui.

De X à Z

On ne va pas se la faire à l’envers et tenter de pondre une prose dantesque autour de Mega Man pour faire durer le suspense, déjà parce que le robot bleu est suffisamment célèbre, ensuite, parce que son cas a déjà été traité à maintes reprises dans les news et dans le précédent test de Mega Man Legacy Collection 1 & 2

En quelques mots, on rappelle donc que Mega Man est un jeu d’action/plates-formes, dont l’une des principales originalités est de rendre accessible dès le départ tous les stages et boss. Libre aux joueurs de choisir celui par lequel commencer, sachant que les boss lâchent toujours une arme qui est très efficace contre un autre de ses congénères. Bref, si le chemin est ouvert, il y en a toujours un plus facile que l’autre. Au cours de l’aventure, Mega Man récolte également des réservoirs d’énergie et autre petit bonus le faisant devenir petit à petit une redoutable machine de guerre au grand cœur… Hadooooken ! 

Donc pour aller directement au cœur du sujet, à savoir, « est-ce que ces compilations valent la peine de lâcher quelques bitcoins ? » (on est en 21XX, ne l’oublions pas !), il y a deux écoles, voire trois.

L’école culturelle

Pour les hibernatus du fond, sachez déjà que ces compilations ne sont ni plus ni moins que la reprise des épisodes sortis sur différents supports allant de la Super Nintendo à la Playstation 2. En 2006, sur le continent américain, se trouvait déjà Mega Man X Collection (PS2 et GameCube), mais cette version ne contenait pas X7 et X8. 

Aujourd’hui, nous avons donc l’intégrale de la série X. Attention, intégrale ne veut pas dire Saint Graal. Aussi légendaire que le calice, la cartouche n’existe pas en Europe et à l’image de Moïse, Capcom a réalisé un sacré tour de force en séparant l’ensemble en deux. 

Résultat, si vous êtes passé à côté de Mega Man, de la légende qu’il est devenu grâce à des titres exigeants, limite rigides, mais provoquant une extrême satisfaction en cas de réussite, l’achat du pack peut être une bonne opportunité.

Toutefois, et par chance, si la nécessité d’obtenir deux chromosomes X pour toucher à la douceur humaine est bien fondée, dans ce cas-ci, on pourra se laisser facilement amputer d’une moitié sans que ce soit véritablement handicapant. À cela, une raison assez simple : à partir du X5, Mega Man s’est choppé un hack pas facile à corriger, une ligne de code en mode reboot de trop, une défaillance système l’obligeant à errer dans les méandres du passable ou du correct mais sans plus. La faute aussi d’une déclaration de guerre à la 2D qui lui seyait si bien. Quelques années plus tard (15 ans déjà, sic !), force est de constater que la 2D vieillit vraiment bien, a contrario de la 3D baveuse et anguleuse et ce malgré le soin apporté aux retouches des versions X7 et 8. En tout cas, l'évolution technique au cours des années est encore plus palpable que dans la précédente compilation.

L’école nostalgique

Le retrogamer étant une espèce un peu particulière qui ne jure que par les vieilles marmites, le regroupement de huit jeux Mega Man saura forcément titiller sa fibre nostalgeek. Évidemment, son désir de blaster du cyborg est relatif à son rapport passé avec le robot bleu. Si Rockman – le quadra élevé aux jeux vidéo est toujours plus intime avec le personnage qu’il choisira de nommer par son petit nom japonais – lui rappelle de bons souvenirs, il plongera tête baissée dans l’achat compulsif. 

À l’inverse, si le simple fait de voir un glaçon glisser sur la table à l’heure de l’apéro lui rappelle les attaques de Chill Penguin ou qu’il tente de brûler les papillons lors d’une balade en forêt parce qu’il ne voit que des Morph Moth autour de lui, la probabilité de retenter l’expérience se réduit drastiquement. D’autant que le quadra est peut-être en phase de perte de cheveux, alors mieux vaut pour lui conserver les derniers exemplaires sur son crâne ! 

Mais comme ce bon vieux joueur criera par monts et par vaux que c’était mieux avant et qu’il a conservé sa légendaire dextérité, il va vouloir de nouveau se frotter aux hordes robotiques et va se rappeler la sensation des pouces en souffrance. 

En cas de besoin, le mode facile ajouté pour l’occasion permettra de traverser les épreuves sans trop de prise de tête au risque de dénaturer l’essence même des jeux (en revanche, pas de rembobinage comme dans la compilation Mega Man Legacy Collection). Fort heureusement, les mots de passe ont été définitivement remplacés par une sauvegarde, et pour les amoureux de l’authentique, les bugs et autres ralentissements d’origine ont été conservés. On est vrai ou on ne l’est pas !

L’école buissonnière 

Sur les bancs de la classe, on y retrouve les raisonnables, qui n’ont pas envie de passer pour des pigeons, d’autant qu’ils n’ont pas lâché les titres à l’époque avant d’en avoir fait totalement le tour. Rappelons au passage que faire le tour d’un Mega Man, ça peut prendre deux à trois heures (encore moins en Speed Run) comme huit à dix. Tout se joue sur la connaissance, la mémorisation et la concentration. Les adeptes de la partie minute pourront s’y essayer mais se casseront probablement trop vite les dents pour y revenir.

Derrière eux, il y a les « je-sais-tout » qui diront que Mega Man, c’est pas compliqué, qu’ils le bouclent en deux heures et qu’en plus, le nouveau mode présent dans cette cartouche, le « X Challenge » est inutile. 

Casquette de prof sur la tête, il faut rectifier ces mensonges. Ce mode est indéniablement, avec la pléiade de médias qui gravitent autour de chaque épisode (musiques, illustrations, cinématiques…), ce qui pourrait faire franchir le pas aux indécis. 

Comme le classique mode histoire d’un jeu de fighting, où l’on enchaîne les affrontements jusqu’aux boss de fin, le but ici est de réussir à enchaîner les combats face à des duos de boss. Avant de se lancer dans une série, on choisit son armement, son niveau de difficulté et on se lance dans la bataille. Si le mode facile est vraiment trop simple, il permet de défraîchir le terrain sans en perdre pour autant les arômes dans les sessions suivantes. Marque de fabrique de Mega Man, certains boss sont plus sensibles à certaines attaques que d’autres, mais une fois l’équipement choisi, on ne peut plus faire machine arrière. La stratégie est donc autant de mise que la concentration. Certaines arènes truffées de pièges viendront mettre à mal les nerfs des plus aguerris qui tenteront de prendre place dans le haut du classement online. Pas facile, vraiment !

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Switch
Editeur
  • Capcom
Développeur
  • Capcom
Genre
  • Compilation
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 12
Sorties
   mardi 24 juillet 2018
   mardi 24 juillet 2018
   jeudi 26 juillet 2018

Site officiel
http://www.capcom.co.jp/rxac/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016