Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #84
Switch, Pokémon et indés : la Triforce
Accueil podcast Télécharger le podcast
La Switch devient tout doucement l'Eldorado des développeurs mobiles désireux de booster les ventes de leur création, même si dans le cas de Squids Odysssey déjà vendu à plus de 3 millions d’exemplaires, le défi du portage avait déjà été tenté sur d'autres plateformes. Mignon, vraiment drôle par moments, le jeu de The Game Bakers s'adapte idéalement à la portabilité de la Switch pour un rendu techniquement largement amélioré par rapport à la version Wii U. Plus profond qu'il n'y paraît, le gameplay sent bon les petites sessions nomades nécessitant cependant un peu de réflexion et de concentration. Reste que le prix peut paraître un peu exagéré en comparaison des précédentes éditions mobiles. Mais au vu du succès du titre dans ses anciennes publications, il semble que ces quinze euros ne rebutent pas les joueurs, qui y voient définitivement un jeu d'une grande qualité, même sans contenu supplémentaire.
Verdict !

Les +


  • La direction artistique générale très plaisante
  • Un level design de qualité
  • Une stratégie bien pensée et accessible
  • Le rendu à la cool de l'expérience générale
barre

Les -


  • Un côté RPG plus en retrait
  • Le message écologique qui aurait pu être plus développé
  • Le prix : 15 € sur Switch, 9 € les deux sur iOS
0 commentaire(s)
Squids Odyssey
Par Chozo, le samedi 29 septembre 2018

Forts du succès remarqué de leur perle Furi, les Français du studio The Game Bakers n'hésitent pas à nous rappeler qu'ils n'en sont pas à leur coup d'essai, et que déjà en 2011 leur savoir-faire s'était révélé sur un jeu au concept plus modeste, mais tout aussi accrocheur. Mêlant judicieusement tactical-RPG et mécaniques de tir dans l'esprit d'un Angry Birds, la saga Squids a ainsi débuté avec le premier épisode sur iOS puis sur PC, avant de connaître une suite, Squids Wild West en 2012. Squids Odyssey, c'est tout simplement la compilation de ces deux titres, dont les développeurs ont flairé le bon coup du portage en exclusivité sur les consoles de Nintendo, d'abord sur Wii U et 3DS en 2014, puis sur Switch cette année. Même si cette nouvelle édition n'apporte rien de neuf en termes de contenu, force est de constater que le concept se prête parfaitement aux configurations de la console hybride.

Quand y en a marre, y a calamar

Avec un tel titre, évidemment, il sera ici question de fonds marins, où le royaume des calamars se voit menacé par le Torrent Noir, une marée d'hydrocarbures qui, non contente de fortement altérer l'écosystème local, envoûte également crabes et crevettes au point de les amener à agresser les autres espèces. Une équipe de céphalopodes décide de mettre fin à cette invasion en n'hésitant pas à donner de leur corps pour servir d'armes vivantes. Le joueur est en droit de penser qu'il s'agit ici d’apporter un sous-texte écologique, mais celui-ci, même s'il paraît évident, n'est jamais réellement mis en avant. Il s'agit avant tout d'un titre très Feel Good, aux designs mignons et colorés, aux environnements soignés et à l'humour permanent. Et déjà de ce point de vue-là c'est une réussite, d'autant plus que ce portage Switch gomme les nombreux problèmes techniques remarqués sur les plateformes précédentes, avec notamment des gels d'images et des saccades intempestives.

Les quatre-vingt-dix niveaux du titre proposent un système de bataille au tour par tour, qui, dans sa forme, reprend la mécanique d'attaque des oiseaux kamikazes en tirant sur les tentacules des calamars pour les propulser sur l'ennemi. Mais dans le fond, Squids Odyssey s'avère bien plus profond qu'Angry Birds, avec beaucoup d'emprunts au gameplay d'un tactical-RPG classique. La gestion des déplacements est donc ici primordiale, avec un calcul systématique des risques éventuels. Les personnages bénéficient de points d'action limités par tour, qui déterminent notamment leur distance de déplacement, au milieu d'un level-design plaçant judicieusement des éléments qui peuvent faire ricocher les animaux envoyés à la castagne. Une mauvaise interprétation de la situation, une lecture précipitée des éléments de décors, et c'est la soupe aux poulpes assurée. Il faudra aussi composer avec les nombreux pièges disséminés dans le tableau, avec entre autres les impasses, les courants marins ou les ravins.

Piège en haute mer

Chaque niveau imposant des objectifs précis, l'adaptabilité aux situations devra se faire également en tirant intelligemment parti des capacités des différents calamars, divisés en quatre classes : combattant, tireur, soigneur et sentinelle. Chacun sera plus ou moins utile en fonction des objectifs, allant de la simple sortie à atteindre, à l'anéantissement de tous les ennemis, en passant par le défi de finir avec un certain nombre de points de vie. Les objets bonus sont également de la partie. Récupérables soit en cours de combat cachés dans l’environnement, soit achetables en magasin via les perles gagnées, ces objets sont aussi utilisables différemment en fonction de la manière dont ils ont été acquis. Les premiers doivent servir directement dans le combat, allant de la carapace de protection à l'attaque spéciale d'étoiles sur l'ennemi. Les seconds seront proposés à n'importe quel moment en passant par l'inventaire (boost d'attaque, d'endurance, de défense...).

Que serait un RPG sans la gestion de l'expérience et des équipements ? Cet aspect-là du jeu est cependant un peu plus limité dans ses mécaniques. Réduit à un casque à sélectionner parmi les soixante-cinq à récupérer, l'équipement se limite à augmenter quelques compétences. Quant à l'expérience, celle-ci ne s'acquiert pas directement après les combats, mais en achetant les montées de niveau avec les perles accumulées. Bien que restreinte, cette dimension du titre n'est pas à négliger pour autant, puisque la difficulté augmente très rapidement, surtout lorsque le joueur souhaite récupérer l'ensemble des étoiles bonus cachées dans les tableaux. Malgré cela, force est de constater que l'aventure demeure très plaisante de bout en bout avec une gestion du tactile idéale pour une durée de vie d’environ 15-18 heures de jeu, un temps doublé par le mode Pro qui renouvelle sensiblement l’expérience, en proposant des contraintes de temps et d'objectifs plus poussées. Reste à savoir si les quinze euros à dépenser sur Switch (le même prix que sur Wii U et 3DS) pour une compilation de jeux qui ne coûtent que 4,49 euros chacun sur iPhone est un frein à l’acquisition de Squids Odyssey, définitivement la meilleure version de la saga. Si ce prix semble un peu élevé, il n'enlève en rien le côté addictif et agréable du titre sur une plateforme parfaitement adaptée à l’expérience. Au joueur d'en juger.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016