Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Dead by Daylight est un jeu d’horreur bien différent des autres. Le concept de jouer avec des humains aux réflexes et aptitudes uniques permettent au jeu d’être très complet. Chaque session d’épouvante est différente des précédentes. Outre les graphismes que le joueur oubliera rapidement, Dead by Daylight offre une version propre et épurée de son contenu sur Nintendo Switch, malgré la comparaison un peu difficile avec les autres supports. Pour les friands d’horreur ne possédant que la console de Nintendo, ce contenu est immanquable puisqu’il surpasse presque tous les autres jeux du genre sur la console.
Verdict !

Les +


  • Une durée de vie illimitée
  • Beaucoup de personnages, de talents et de cartes : une grande diversité
  • Une ambiance stressante
  • Une bande-son et des bruitages angoissants
barre

Les -


  • L’absence de tutoriel
  •  Des graphismes bien en dessous des capacités de la Switch
  • La difficulté de débloquer des talents en début de jeu
0 commentaire(s)
Dead by Daylight
Par Revaldri (Adrien Roche), le samedi 14 mars 2020

Développé par Behaviour Interactive Inc. et édité par Koch Media, Dead by Daylight est venu, cet automne, enrichir le catalogue de la Nintendo Switch. Jeu d’horreur multijoueur mettant en scène cinq joueurs par partie, il offre une expérience bien différente de la majorité des jeux sortis jusqu’ici sur la dernière console de Nintendo. Chasseur affamé ou chassé rusé ? Dans ce jeu, le joueur doit choisir d’incarner un tueur sanguinaire ou l’un des quatre survivants avant chaque partie, et l’expérience change du tout au tout en fonction de ce choix…

En effet, si ce jeu multijoueur peut paraître redondant, il ne faut pas s’y méprendre : chaque partie sera bien différente des autres. La carte, les personnages, le tueur, tout change d’une partie à l’autre, rendant cette immersion horrifique différente à chaque session de jeu. Attention toutefois : ce jeu ne possède aucun mode solo, et le Nintendo Switch Online est obligatoire pour en profiter.

Un gameplay agréable et varié, mais difficile à prendre en main

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’immersion est totale. Une fois le jeu lancé, le joueur est directement plongé dans ce monde terrifiant. Pas de tutoriel, pas d’indication sur les touches, rien. Il faudra donc essayer chaque bouton de sa manette pour comprendre le fonctionnement du jeu et savoir comment se baisser, comment enjamber une barricade ou une fenêtre, comment se cacher dans une armoire ou une cave... Une expérience qui peut s’avérer fatale lorsque le tueur n’est pas loin. Chaque talent, chaque personnage, chaque objet de la carte demandera au joueur d’essayer plusieurs options, lui faisant perdre un certain temps. Quant aux autres joueurs, ils n’ont aucune pitié…

Une fois l’essentiel en main, le jeu force ses utilisateurs à varier leurs compétences : habileté pour réparer un générateur ou soigner un allié, agilité pour se servir du décor afin d’échapper au tueur ou, à l’inverse, pour piéger les proies. D’autres choix cornéliens se mettront sur le chemin du joueur : sauver un allié en prenant le risque de mourir, ou bien fuir et tenter de s’en sortir sans lui ? Rester à côté de sa victime pour l’empêcher de se libérer, ou partir à l’aventure pour trouver les autres ? Tant de questions qui auront une réponse différente à chaque partie, le comportement des joueurs changeant sans cesse.

La diversité fait la force de Dead by Daylight, qui trouve son succès dans l’absence d’intelligence artificielle. En effet, c’est le comportement humain du chasseur et des chassés qui fait la force de ce jeu, le rendant bien plus immersif qu’un grand nombre d’autres du même style. Impossible de savoir à l’avance si les victimes travailleront en équipe ou chacune de leur côté, impossible de savoir si le tueur compte nous poursuivre ou suivre quelqu’un d’autre. Les joueurs peuvent bluffer, manipuler et surprendre les autres d’une manière totalement impossible pour un bot. Il faudra également que les survivants coopèrent s’ils veulent tenter de s’en sortir, puisqu’agir chacun de son côté est quasiment voué à l’échec si le joueur ne maîtrise pas le jeu à la perfection. L’égoïsme l’emportera parfois, puisqu’un joueur mort quitte forcément la partie, tandis que les autres continuent… Pourquoi prendre le risque de voir sa partie raccourcie quand on peut s’enfuir lâchement pour tenter de survivre ? Course-poursuite, cache-cache et autres stratégies permettent au joueur de subir plusieurs poussées d’adrénaline. Âmes sensibles, s’abstenir.

Un portage peu séduisant, mais suffisant

C’est sans aucun doute le point noir de ce jeu. Si les graphismes ne priment pas dans les arguments qui font un bon jeu Switch, ils prennent une importance conséquente dans ce jeu. En effet, ce portage est loin d’être réussi. Il faudra préférer le format portable, puisque celui sur grand écran ne supporte pas bien le jeu. Beaucoup de lags et de bugs sont présents, et les graphismes sont loin d’être optimaux pour un jeu demandant d’être sans cesse attentif à ce qu’il se passe. À l’inverse, le portage sur l’écran portatif est grandement réussi et rend l’expérience beaucoup plus satisfaisante.

Évidemment, le jeu n’est graphiquement pas au niveau de la version PC, Xbox One ou PS4, mais il suffit largement pour passer de « bons » (tout est relatif, puisque le joueur passera son temps à tuer ou être tué) moments sur sa Nintendo Switch. Il n’y a rien de dramatique dans ces graphismes un peu légers, et l’expérience reste très appréciable.

De plus, les musiques et divers sons du jeu permettent tout de même d’intensifier notre immersion. Lorsque le tueur est proche, la musique s’accélère au rythme de notre cœur… pour favoriser la peur et la panique du joueur.

Une (très) longue durée de vie

C’est simple, Dead by Daylight ne peut pas se terminer. Le lancement est compliqué pour les novices qui mettront du temps à gagner des points de sang – la monnaie du jeu –, mais ceux-ci finissent par rapidement s’accumuler après quelques heures de jeu. Ils permettent de débloquer divers talents à attribuer aux personnages, tous uniques et proposant un gameplay différent. En conséquence, le temps de jeu est infini et les possibilités aussi : chaque partie changera, chaque personnage et chaque technique est unique. Dès lors, chaque session de jeu l’est également.

De plus, l’ajout du DLC (payant) de Stranger Things incluant deux protagonistes de la série et le Demogorgon, un monstre sanguinaire et terrifiant, viennent ajouter un contenu nouveau au jeu. Quand on connaît le monde du cinéma d’horreur, on peut logiquement se douter que de nombreux DLC peuvent encore arriver pour enrichir cette expérience.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Switch
Editeur
  • KOCH Media
Développeur
  • Behaviour Interactive
Genre
  • Action
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 18
Sorties
   mardi 24 septembre 2019
   mardi 24 septembre 2019
   mardi 24 septembre 2019

Site officiel
http://www.deadbydaylight.com/en
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016