Nintendo aborde son « Partnership System », qui garantit aux couples de même genre au sein de l’entreprise les mêmes avantages que les personnes dans un mariage hétérosexuel

Cette semaine, Nintendo Co., Ltd. a mis à jour son site « CSR Information » (CSR pour corporate social responsability, que l’on traduit par responsabilité sociétale des entreprises en français, soit RSE), apportant ainsi de nombreuses informations sur les quatre domaines prioritaires de l’entreprise : les consommateurs, la chaîne d’approvisionnement, les employées et employés, et l’environnement. Le tout est accompagné d’un message du président actuel, Shuntaro Furukawa, de la philosophie habituelle de Nintendo et de bien d’autres informations. Un site très complet donc, mais il y a une section en particulier qui a beaucoup fait parler d’elle ces derniers jours : celle du « Partnership System », qui se trouve dans la partie dédiée au domaine des employées et employés. Elle a une grande importance, puisque Nintendo y aborde le Partnership System, qui a été introduit en mars 2021 au Japon, dont l’initiative est basée sur la philosophie de créer un environnement de travail qui soutient et responsabilise chacun des personnes employées au sein de l’entreprise. Nintendo explique que, bien que les mariages homosexuels ne soient pas reconnus par la loi japonaise à l’heure actuelle, le Partnership System garantit aux employées et employés qui sont dans une relation domestique avec une ou un partenaire de même genre les mêmes avantages que les employées et employés dans un mariage hétérosexuel. L’entreprise a également établi qu’un mariage de fait entre les couples sera considéré de la même manière qu’un mariage légal.

 

 

Cette initiative est donc une sérieuse avancée au Japon qui, encore récemment, montrait que la loi du pays n’autorise toujours pas les relations entre personnes de même genre. Malgré cela, en Asie, des progrès ont été observés, comme au Taïwan par exemple, qui était devenu en 2019 le premier pays du continent à légaliser le mariage homosexuel. Les déclarations de Nintendo au sujet du Partnership System ne s’arrêtent pas aux avantages pour les couples de même genre qui sont les mêmes que pour ceux qui sont dans un mariage homosexuel. En effet, l’entreprise affirme que dans le Code de Conduite des employées et employés, il avait déjà été établi qu’il n’y a aucune discrimination sur la base de la race, l’ethnicité, la nationalité, l’idéologie, la religion, la croyance, l’origine, le statut social, la classe, la profession, le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Nintendo interdit donc toute forme de discrimination, et en plus d’avoir introduit le système cité, les règlements internes concernant le harcèlement ont été révisés afin d’interdire clairement les commentaires discriminatoires fondés sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, ainsi que la divulgation de l’orientation sexuelle privée d’une personne contre sa volonté.

En plus de toutes ces avancées citées, Nintendo explique également qu’en parallèle du Partnership System, l’entreprise a sensibilisé les employées et employés à la question de la diversité des genres avec un message du président, Shuntaro Furukawa, afin que tout le monde comprenne ce que signifie la diversité. Dans ce message, le président a appelé à adopter une compréhension renouvelée, que même la parole et les actions, qui ne sont pas destinées à nuire, peuvent causer une douleur émotionnelle importante, demandant ainsi compréhension et soutien pour créer un environnement dans lequel les employées et employés peuvent travailler confortablement. Nintendo affirme qu’en améliorant les systèmes de son entreprise et en organisant des formations, le travail sera poursuivi pour créer un environnement où chacun des membres diversifiés pourra pleinement réaliser ses talents.

Dans la même section du site, il y a aussi une partie dédiée à Nintendo of America, et notamment aux objectifs de soutenir le développement et la diversité, l’équité et l’inclusion des employées et employés, avec un message de Robyn Corr, qui est en charge des ressources humaines chez NoA. Bien sûr, pour éviter toutes formes de discrimination et garantir la diversité, il y a encore du chemin à faire, et pas seulement au Japon. Forcément, on pense également à la représentation, l’inclusion dans les jeux vidéo, dont les avancées sont significatives dans toutes sortes d’œuvres comme Haven, Rune Factory 5 ou Story of Seasons : Friends of Mineral Town et Pioneers of Olive Town si l’on prend des exemples récents. On peut également citer les AI : The Somnium Files qui abordent les causes LGBTQ+ brièvement, non seulement dans le premier épisode mais aussi dans nirvanA Initiative, Arcade Spirits et sa suite, We Are OFK, Read Only Memories, ou encore A Year of Springs, qui traite également des causes LGBTQ+, les problèmes que peuvent rencontrer les personnes transgenres, notamment au Japon, ou bien l’asexualité et l’aromantisme, qui sont très rarement voire jamais traités dans des jeux narratifs.

 

 

Dans les jeux développés ou édités par Nintendo, les progrès allant dans ce sens se font encore timidement. Il y a bien évidemment des exemples qui ont beaucoup fait parler d’eux, comme Fire Emblem Fates et Three Houses où des relations entre personnages de même genre sont possibles, mais là encore, la représentation et les possibilités offertes sont subtiles, peu mises en avant dans les jeux, ou limitées. On peut cependant noter que dans Animal Crossing : New Horizons, les derniers jeux Pokémon et d’autres œuvres, il n’est plus question au début du jeu d’incarner un garçon ou une fille, mais de choisir entre plusieurs apparences, ce qui représente une solution simple dans la question de garantir la diversité des genres. D’ailleurs, dans le cas de New Horizons, l’apparence que l’on sélectionne pour notre personnage n’a plus beaucoup d’importance, puisque peu importe ce que l’on choisit au début du jeu, on peut porter n’importe quels vêtements ou accessoires, sans distinction de genre. Certains jeux permettent également de choisir le pronom que l’on souhaite, dont les Read Only Memories, mais aussi Shovel Knight.

En plus de Fire Emblem Fates et Three Houses, il y a aussi un autre jeu édité par Nintendo sorti en 2015 où l’on avait pu constater une avancée en termes de représentation des personnes LGBTQ+, bien que toujours subtile ou minime : Xenoblade Chronicles X. Cela concerne cependant des personnages secondaires à l’aventure, que l’on peut donc éviter. L’exemple que l’on peut tout d’abord citer est l’histoire de Mia. Sans entrer dans les détails pour éviter les spoilers, Mia parle à plusieurs reprises de ses pères. On aurait dans un premier temps pu penser qu’il y avait des différences entre la version japonaise et les traductions, puisqu’au début, Mia dit simplement que ses papas lui manquent, mais dans un tête-à-tête, elle explique clairement qu’elle avait deux pères partant à l’aventure ensemble et qu’ils étaient géniaux. Étant donné que cela ne fait pas partie de l’aventure principale et qu’il peut-être fastidieux de finir les missions d’entente ou d’assister à chaque tête-à-tête, l’histoire de Mia est finalement peu connue, mais elle montrait déjà que l’inclusion dans les jeux édités par Nintendo était tout à fait possible, sans qu’elle paraisse soit forcée, soit trop subtile, puisqu’ici, une personnage en parle naturellement et par ailleurs, elle ne subit aucune forme de discrimination ou de harcèlement par rapport à cela.

 

 

Là encore, il faut creuser, mais il y a aussi les personnages de Yusof, Lara Nara et Lana Mara dans Xenoblade Chronicles X prouvant la représentation des personnes LGBTQ+ dans le jeu. Avec Lara Nara en particulier, il y a d’ailleurs des discussions très parlantes. D’autres personnages apparaissent, toujours dans des missions secondaires, comme deux guerrières Wroth en particulier, prouvant aussi qu’il y avait une certaine représentation des personnes LGBTQ+ dans Xenoblade Chronicles X, bien qu’encore limitée puisque cela n’était pas directement expliquée ou montrée. Elle fait sens, dans tous les cas, puisque dans ce jeu, on retrouve des humains provenant du monde entier, et les missions peuvent souvent aborder des thèmes de la vie quotidienne. Avec les nombreux personnages qui apparaîtront dans Xenoblade Chronicles 3 et le focus sur l’histoire, il est possible que la nouvelle création de Monolith Soft touche à des thèmes semblables à ceux de Xenoblade Chronicles X, notamment dans les quêtes, et qu’il y ait donc une certaine représentation. En ce qui concerne les personnages principaux, cela est difficile à dire, d’autant plus qu’ils semblent tous entretenir uniquement une relation amicale au fil de l’aventure. De même, face au contexte de l’histoire, il est probable que même avec un grand nombre de personnages, des sujets comme les relations amoureuses ou les identités de genres soient rarement abordés. Puisque l’on évoquait aussi le cas de la série Fire Emblem, on peut également espérer une meilleure inclusion, plus mise en avant dans le prochain épisode, ce qui coïnciderait avec les avancées de Nintendo au sein de son entreprise au Japon.

 

  • Nintendo-Difference

    par Klaus

    le 17 juillet 2022 à 12:18

Partager sur

LES COMMENTAIRES
Les prochaines sorties

7

OCT.

Chaos;Child

Nintendo Switch - Aventure - Spike Chunsoft - MAGES.

7

OCT.

Chaos;Head Noah

Nintendo Switch - Aventure - Spike Chunsoft - Nitroplus Red Flagship MAGES.

12

OCT.

LEGO Bricktales

Nintendo Switch - Aventure - Thunderful Publishing - ClockStone