Une démo de World’s End Club disponible le 6 mai sur l’eShop Nintendo Switch au Japon

À une vingtaine de jours de son lancement sur Nintendo Switch, World’s End Club va bénéficier d’une démo gratuite jouable au Japon. L’éditeur Izanagi Games a annoncé récemment qu’elle sera disponible précisément le 6 mai prochain sur l’eShop japonais de la console. Pour le moment, nous ne savons pas si NIS America la sortira le même jour ou plus tard en Europe et aux États-Unis, mais nous vous tiendrons bien évidemment informés. Dans tous les cas, la version japonaise contiendra toutes les langues (français, anglais, japonais, chinois simplifié/traditionnel, coréen, espagnol, italien, portugais, allemand, néerlandais et russe). À noter que le 6 mai à partir de 13:00 (heure française), Izanagi Games diffusera un livestream avec les membres emblématiques de Too Kyo Games, Kazutaka Kodaka, Kotaro Uchikoshi et Takumi Nakazawa, qui joueront à la démo. Le livestream sera traduit en anglais dans le chat. Vous pourrez le suivre en direct avec la vidéo ci-dessous :

 

 

Izanagi Games a également diffusé aujourd’hui une vidéo de présentation pour le protagoniste, Reycho, qui est doublé par la célèbre seiyuu Reina Ueda en japonais :

 

 

Voici une autre courte vidéo diffusée par NIS America :

 

 

Pour rappel, World’s End Club est avant tout édité par Izanagi Games, qui avait déjà sorti World’s End Club sur Apple Arcade en septembre dernier (mais en version incomplète, puisqu’il n’y a pas la fin de l’histoire). Il s’agit de l’un des premiers projets de Too Kyo Games, une société fondée par les créateurs respectifs de Danganronpa et Zero Escape, Kazutaka Kodaka et Kotaro Uchikoshi. Révélé tout d’abord sous le nom de Death March Club, le jeu est donc sorti sous le nom de World’s End Club sur Apple Arcade, mais en version incomplète. Too Kyo games avait rapidement annoncé qu’une version complète sortira sur Switch dès ce printemps (pour la version Apple Arcade, une mise à jour ajoutant un nouvel épisode sera disponible). Dans le dernier Nintendo Direct du 17 février, la date de sortie précise de cette version complète sur Switch a été annoncée : le 27 mai au Japon, puis le 28 mai en Europe et aux États-Unis. Le jeu sortira en téléchargement au prix de 39,99 € et sous la forme de plusieurs éditions physiques.

 

 

La première édition physique, nommée Deluxe Edition, coûtera 49,99 € et sera vendue dans le commerce par l’éditeur NIS America. Elle est également disponible en précommande sur la boutique officielle européenne de l’éditeur. Elle comprendra le jeu, un extrait de la bande originale en format numérique « Anthem of friendship », le mini artbook « Go-Getters Club Yearbook » et une couverture réversible.

 

 

La deuxième édition physique est une édition limitée vendue au prix de 58,33 £ en exclusivité sur la boutique en ligne européenne de NIS America. Cette édition comprend tout le contenu de la Deluxe Edition avec une boîte collector, le stand acrylique « Endless Carousel » et le pin’s « Club Leader’s Badge ».

 

 

S’il faut attendre aussi longtemps par rapport à la version Apple Arcade, c’est parce que les développeurs souhaitent sortir sur Switch une version complète. En effet, l’histoire du jeu n’est pas encore tout à fait terminée sur Apple Arcade. Selon les dires d’Uchikoshi sur Twitter, il y aurait un cliffhanger à la Avengers : Infinity War, et pour connaître la suite, il faudra donc soit jouer à la version complète sur Switch, soit attendre le prochain épisode qui devrait arriver sous la forme d’une mise à jour sur Apple Arcade, également au printemps prochain. Concernant les autres supports, le jeu devrait d’abord sortir sur Android puis sur PC après la Switch (étant donné qu’il s’agissait du premier support sur lequel le titre avait été confirmé officiellement), et enfin certainement sur PlayStation 4. L’éditeur Izanagi Games a pour but de sortir ses jeux sur un maximum de supports, comme ce fut le cas pour Death Come True (qui était toujours produit par Shinsuke Umeda).

Le jeu est développé avec Kodaka en tant que directeur créatif, Uchikoshi en tant que réalisateur et scénariste et une autre personnalité ayant travaillé œuvré le domaine des jeux d’aventure / visual novels, Takumi Nakazawa, réalisateur du jeu, qui travaillait auparavant chez KID puis Regista. Le jeu réunit également deux membres importants de l’équipe de développement des Panzer Dragoon : le directeur artistique Kentaro Yoshida et le directeur de développement Yukio Futatsugi chez Grounding. D’ailleurs, Grounding aide aussi en ce moment White Owls, le studio de Swery65/Hidetaka Suehiro pour le développement de The Good Life. Et ce n’est pas tout, pour la conception des personnages, l’équipe a fait appel à un illustrateur très apprécié, take, que l’on connaît surtout pour son travail sur les séries Katanagatari et Zaregoto de Nisio Isin, mais aussi pour le design de plusieurs personnages de Bravely Default, Bravely Second : End Layer, Pokémon Soleil, Lune, Ultra-Soleil et Ultra-Lune, ainsi que des Champions d’Arène de Pokémon Épée et Bouclier.

À noter que le jeu contient sur Apple Arcade un doublage en japonais uniquement (des voix anglaises étant prévues pour la version Switch), avec des sous-titres en français, anglais, japonais, espagnol, italien, portugais, allemand, chinois simplifié, chinois traditionnel, coréen, arabe, néerlandais, russe et turc. Sur Switch, seules les traductions en français, anglais, italien, allemand et espagnol seront incluses.

 

 

L’histoire de World’s End Club commence en juillet 1995, où des enfants d’une école de primaire, un peu « différents » des autres, sont réunis dans une classe de losers, nommée « Classe des battants ». Le jeu semble faire une fixation sur le chiffre 12, ce qui rappelle les Zero Escape d’Uchikoshi avec le chiffre 9. En effet, il y a 12 enfants, qui vont devoir entreprendre un voyage sur 1200 kilomètres. Alors qu’ils partaient en excursion scolaire vers Kamakura à bord d’un bus, ils sont victimes d’un accident et se réveillent ensuite dans un parc à thème sous-marin, et ne savent pas du tout comment ils ont pu arriver là, ni comment ils pourront en sortir. C’est alors qu’un clown très étrange apparaît devant eux et les force à participer au « jeu d’élimination », un jeu de survie qui leur demande simplement de s’entretuer afin de survivre et remporter la victoire.

Chaque participant a un bracelet attaché à son poignet, où est affiché le « devoir » d’une autre personne. Il ne s’agit pas de simples devoirs, puisque certains consisteront à tuer quelqu’un. Si les élèves acceptent donc les règles du jeu, ils doivent donc communiquer avec les autres d’une manière ou d’une autre, ou bien voler les bracelets pour connaître leur mission. Une récompense sera offerte au premier élève qui accomplit son devoir, mais ceux qui tentent d’abandonner se verront injecter une drogue mortelle via le bracelet.

 

 

Désespérés à l’idée de ne pas pouvoir sortir vivants de cet endroit particulièrement glauque, les élèves découvrent quelque chose d’encore plus inattendu : des pouvoirs comment à s’éveiller en eux. Pendant ce temps, alors qu’ils explorent des attractions avec des lieux inspirés des 4 coins du Japon, des événements surprenants se déroulent sur la Terre…

Un synopsis qui donne donc directement le ton et qui mélange habilement les concepts de Zero Escape et Danganronpa, tout en proposant visiblement un vent de fraîcheur grâce aux illustrations de take et au gameplay à défilement horizontal avec des parties puzzle-action dont s’occupe la société Grounding en partenariat avec Too Kyo Games pour les phases « d’aventure-histoire ». À noter que le jeu offre plusieurs choix à effectuer qui modifieront le déroulement de l’histoire. Par ailleurs, Kodaka a révélé que le jeu s’inspire fortement de Stranger Things, Ça et du film Les Goonies, et avoue que World’s End Club contient son histoire préférée parmi les œuvres d’Uchikoshi.

Les 12 élèves ont été présentés tout au long de fin 2018 et de l’été 2019, et une description pour chacun d’eux se trouve sur le site officiel en français à cette adresse. Voici également la cinématique d’ouverture qui avait été révélée au Tokyo Game Show de 2019 (la version finale étant bien sûr différente) :

 

 

« Dans une école primaire de Tokyo, une bande d’élèves venus des quatre coins du pays se forme et se donne le nom de « Club des battants ».
Reycho et ses camarades sont des enfants quelque peu « différents » des autres.
Mais un beau jour d’été,
alors qu’ils sont en route pour leur voyage scolaire annuel, leur bus se retrouve mêlé à un grave accident.

À leur réveil, ils s’aperçoivent, sans comprendre la situation, qu’ils se trouvent dans un parc d’attractions aquatiques.
Reycho et ses amis sont désormais prisonniers de cet endroit étrange et abandonné.
Soudain, une mystérieuse créature fait son apparition et les force à participer à un « jeu de survie » !

Avant d’avoir le temps de comprendre ce qui leur arrive, ils se retrouvent plongés au cœur d’un jeu, dont l’unique but est de s’entre-tuer pour survivre.

Arriveront-ils à tous sortir vivants de cet endroit morbide ?
Alors que tout semble perdu…
des pouvoirs extraordinaires commencent à s’éveiller en chacun d’eux.
Mais pendant ce temps,
des évènements incompréhensibles semblent bouleverser la surface de la Terre… »

  • Nintendo-Difference

    par Klaus

    le 1 mai 2021 à 23:11

Partager sur

  • Sorties :
  • 28 Mai 2021
  • 28 Mai 2021
  • 27 Mai 2021
  • Sorties :
  • 28 Mai 2021
  • 28 Mai 2021
  • 27 Mai 2021
LES COMMENTAIRES
Les prochaines sorties

12

MAI.

Retro Machina

Nintendo Switch - Aventure Puzzle Action - Super.com - Orbit Studio

13

MAI.

Death Crown

Nintendo Switch - Stratégie - BadLand Publishing - CO5MONAUT et Stas Pisarev

14

MAI.

Subnautica

Nintendo Switch - Aventure - Unknown Worlds Entertainment

18

MAI.

Arcaea

Nintendo Switch - Musique - lowiro

18

MAI.

SnowRunner

Nintendo Switch - Course Aventure - Focus Home Interactive - Saber Interactive