Fire Emblem : The Binding Blade

En résumé

  • Sorties :
  • Non prévue
  • Non prévue
  • 29 Mars 2002

L'avis de Pierre

La nouvelle production d’Intelligent Systems est un excellent wargame/tactics-RPG (et oui tout ça…) qui plaira énormément aux fans. Les autres devraient quand même l’essayer avant de l’acheter. Vivement une version française ! J’y retourne moi…

Les plus

  • - Les graphes
  • - Un style de jeu bien à part

Les moins

  • Le japonais
  • Date française ??!
  • Nintendo-Difference

    par Pierre

    le 29 novembre 1899 23:50

Voici le test d’un des jeux les plus attendus sur GBA, Fire Emblem. Issu d’une série culte au Japon, fait-il honneur à ses ancêtres ? Face à la concurrence, tient-il le coup ? Réponse ici.

Une série culte, mais inconnue…

Fire Emblem fait partie des nombreuses séries cultes de Nintendo, à l’instar de Zelda, Mario…etc Cependant, celle-ci se démarque par le fait qu’aucun épisode n’a aujourd’hui fait son apparition sur le sol américain, et encore moins sur le sol européen. A peu près toutes les consoles Nintendo ont eu droit à un ou plusieurs épisodes de la série, rencontrant toujours un immense succès au pays du soleil levant, des dessins animés étaient même réalisés, reprenant les scénarios des différents opus. Ici on ne déroge pas à la règle puisqu’un DA va apparaître sous peu sur les TV japonaises.
Absent de la Nintendo 64, Fire Emblem renaît donc sur GBA, après un passage mythique sur SNES. A noter qu’un épisode est sorti sur la 16-Bits en Janvier 2000 ! Oui, je vous jure, c’est très étonnant ma foi…
Mais Fire Emblem a-t-il encore sa place face à la très puissante concurrence ? Fait-il le poids en comparaison avec les renommés Tactics Ogre et Final Fantasy Tactics ? Oui, plutôt deux fois qu’une, et heureusement…

Peu d’innovations, mais toujours plaisant

Fire Emblem est un wargame/tactics-RPG, c’est à dire qu’il prend des éléments caractéristiques de ces deux (trois) genres très complémentaires… Je fais appel au terme « wargame » simplement car la disposition de la carte et des unités n’est pas typique des tactics/RPG, mais ressemble plus à un wargame de type Advance Wars.
Votre petite bande devra donc accomplir plusieurs campagnes, le tout divisé en de nombreuses missions dont le but est très souvent de tuer tous les ennemis ou de capturer la citadelle adverse. Pour se faire, vous aurez à votre disposition une communauté d’environ une dizaine de personnes, aux capacités évidemment différentes. Il y aura par exemple le héros, qu’il ne faudra absolument pas laisser mourir mais qui pourra tout de même combattre avec son épée, vous aurez aussi un voleur, un lanceur de hâches, un magicien, des guérisseuses, des cavaliers, etc… Les unités sont environ une vingtaine et sont très différentes les unes des autres. C’est un nombre honorable, on aurait aimé en avoir un peu plus, cependant chacune aura un armement différent, ce qui renforcera un peu la diversité. Il faudra donc faire attention à ne pas exposer les guérisseuses par exemple, car elles ne sont que très peu résistantes aux coups. On rejoint donc ici l’aspect stratégique de la chose.
Mais, étant donné que vous ne pouvez pas « fabriquer » de persos, chaque perte sera un vrai malheur puisque vous ne pourrez bénéficier de l’unité déchue à la prochaine mission, il faudra par conséquent faire très attention aux PV de votre armée.
Plus les persos combattent, plus leur force sera importante, car ils amasseront des points d’expérience leur permettant d’augmenter nettement leurs performances. On rejoint donc un aspect RPG.

Il y aussi un dernier aspect à prendre en compte : la gestion des armes et des objets. En effet, vos combattants auront ce qui pourrai correspondre à des « munitions ». Ainsi vous ne pourrez, par exemple, utiliser une hache que 30 fois. Il faudra après cela attendre d’en recevoir d’autres pour combattre. C’est assez frustrant parfois, surtout quand votre meilleur guerrier est à court d’épées ! Mais ne pleurez pas trop vite, heureusement que le marchand est là ! Celui-ci, en allant dans les villages, pourra acheter des items et des armes, qu’il pourra ensuite distribuer aux unités qui sont dans le besoin. Le marchand est donc l’unité la plus vulnérable du jeu, il faudra le laisser en arrière pour le protéger.

Fire Emblem est donc un jeu qui a trois facettes différentes mais qui se lient aisément : la tactique, l’expérience et la gestion. C’est donc un parfait regroupement de 3 genres.

Comme dans tous les autres jeux de même type, les déplacements se font par cases, chaque unité disposant d’une aire de déploiement différente. Dès qu’une action sera faite, un écran apparaîtra, montrant les combattants faisant leur devoir, un peu comme dans Advance Wars. Les persos sont alors représentés avec une grandeur respectable et non plus avec de petites icônes, comme elles peuvent apparaître sur la carte. A noter que les coups ratés sont très fréquents, accentuant un peu le réalisme du jeu (et oui on ne fait pas mouche à tous les coups !).
Le scénario, très basique, est représenté par de petites scènes de dialogues intervenant avant chaque mission et même pendant, ceci permettant de casser la linéarité des combats, puisque qui dit tactics/RPG dit linéaire !
Vous verrez alors des artworks des persos devant un décor, racontant leur petites histoires… Vous pourrez remarquer par ailleurs que le design est très étonnant puisque vous verrez un festival de couleurs de cheveux : jaune, vert, rouge, orange, tout y passe ! Un brin de fantaisie ne fait pas de mal…

#row_end Fire Emblem est par conséquent très complet, un jeu qu’il serait impossible de décrire dans son intégralité ici même. On regrettera tout de même qu’il soit vraiment trop linéaire, mais dans ce style de soft on ne peut pas faire grand chose…

Graphiquement satisfaisant

Sans être à tomber à la renverse, les graphismes sont satisfaisants, dans la lignée d’Advance Wars, du même développeur, décidément très à l’aise dans ce style de jeu.
Sur la carte, rien d’extraordinaire bien évidemment. Les décors sont simplistes et les personnages le sont encore plus. Bref c’est typique des wargames. Mais là où cela devient plus intéressant c’est lors des scènes d’actions…
Pendant ces petits interludes, on ne change pas d’écran mais la carte devient plus foncée et une sorte de scène (comme au théâtre) apparaît avec les 2 persos présents aux extrémités. Les unités sont extrêmement bien faites, admirablement détaillées et vraiment très charismatiques. Mais le plus impressionnant est l’animation : c’est tout bonnement magnifique ! Elle est splendide et varie à chaque personnage, on se croirait vraiment devant un dessin animé et on a tout le temps hâte de découvrir de nouvelles unités pour être encore une fois émerveillés ! La palme revient cependant aux coups critiques et aux magies, qui sont à tomber par terre. Les japonais d’Intelligent Systems ont vraiment pondu de l’excellent boulot à ce niveau là.

Le son n’est lui aussi pas en reste. Les musiques sont classiques mais très efficaces, comme d’habitude dans un RPG à gros moyens !
Les bruitages sont également très réussis. Ceux des coups sont agréables à l’oreille (et non pas à l’œil), et les sons que provoquent les magies sont toujours plaisants.

Quoiqu’il en soit, la réalisation de ce soft est vraiment excellente, tout est clean, net, précis et l’ensemble rajoute encore plus au plaisir que l’on ressent en jouant à Fire Emblem !

Compréhension, jouabilité et durée de vie

La connaissance du japonais est quasiment une nécessité si vous voulez comprendre le scénario. Sinon ce n’est pas vraiment indispensable pour se plonger dans le jeu une fois les différentes commande assimilées. Pourquoi est-ce que je vous dis ça ? Hé bien tout simplement la sortie française n’étant pas assurée, les plus courageux se lanceront dans l’import, donc autant les prévenir…

La jouabilité est quant à elle parfaite, comme vous pourriez vous en être douter. Cela se résume à des choix tactiques donc rien de bien extraordinaire, il ne faut pas être une grosse bête comme Miyamoto pour proposer un gameplay exemplaire dans ce style de jeu, qui plus est en 2D.

La durée de vie est très bonne. L’aventure solo est longue, le nombre de missions important. La difficulté est assez élevée, il vous faudra faire attention à vos unités si vous ne voulez pas mourir rapidement. Cette difficulté est cependant progressive, pas de combats quasi-impossibles dès la première mission, les développeurs ne sont pas si sadiques ! De plus vous aurez sans doute envie de finir le jeu plusieurs fois puisque chaque partie sera différente…
Une sorte de mode « battle » est aussi présent. Celui-ci vous permettra de créer une ou des équipes que vous pourrez après faire combattre contre l’ordinateur ou contre un autre joueur. Jusqu’à 4 équipes pourront s’affronter ainsi.

Conclusion

Comme on pouvait s’y attendre, Fire Emblem est un excellent jeu à ranger aux côtés de Tactics Ogre et d’Advance Wars ! Graphiquement étonnant, surtout au niveau de l’animation, mais aussi vraiment passionnant, ce wargame/tactics-RPG est tout ce que l’on pouvait espérer de mieux. Il est cependant moins complet qu’Advance Wars. Un hit de plus pour la GBA tout de même…

LES COMMENTAIRES
Les commentaires sont désactivés.
Les prochaines sorties

29

JUIL.

Eldest Souls

Nintendo Switch - A-RPG - United Label - Fallen Flag Studio

29

JUIL.

Skydrift Infinity

Nintendo Switch - Course Action - Editeur non défini - Digital Reality