Test de Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante sur Nintendo Switch

En résumé

  • Sorties :
  • 19 Novembre 2021
  • 19 Novembre 2021
  • 19 Novembre 2021

L'avis de Klaus

Comme promis, Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante sont effectivement des remakes fidèles des jeux d’origine. Cependant, on ne peut que regretter l’absence de réelles nouveautés importantes qui auraient pu élever ces remakes au rang des meilleurs avec les Versions Or HeartGold et Argent SoulSiver, pour ne citer qu’eux. Il est difficile d’en vouloir à ILCA, qui a dû suivre des directives strictes afin de ne rien enlever ou remplacer dans la structure du scénario ou dans l’agencement des villes, routes et autres lieux de Sinnoh. Comme on pourrait s’amuser à le dire, ces remakes font donc le « taff ». Mais il reste difficile de les conseiller au plus grand nombre. L’intérêt réside dans le fait de découvrir pour la première fois la région de Sinnoh, telle qu’elle était représentée dans les jeux originaux, de la manière la plus accessible possible. Pour les personnes qui avaient déjà joué à Diamant et Perle sur DS, et qui s’en souviennent très bien, cela est plus compliqué. La région, l’histoire, les personnages et les dialogues restent identiques. Les musiques n’ont malheureusement pas eu droit à des reprises très distinctives, il n’y a aucune nouvelle forme de Pokémon, et l’aspect artistique au niveau des personnages ou des graphismes de manière générale ont de quoi rebuter. On a donc toujours Sinnoh, avec certes une partie de ses défauts, et son charme qui a pris un autre tournant avec la 3D. Néanmoins, remplir le Pokédex reste un plaisir, et il y a une nouveauté qui sort du lot : les Grands Souterrains, qui rajoutent un nouvel intérêt aux jeux, même s’il faut littéralement creuser pour le trouver.

Les plus

  • C’est toujours Sinnoh
  • La possibilité de se promener avec les Pokémon de l'équipe
  • Les Grands Souterrains
  • L’ajout du Parc Rugosa après la fin de l’aventure principale, en plus des activités déjà présentes
  • Les petits changements apportés au gameplay rendant l’aventure plus confortable

Les moins

  • L’absence des nouveautés de Platine se fait ressentir
  • L’histoire reste exactement la même que les jeux d’origine
  • L’écran tactile peu utilisé
  • L’aspect des personnages et la direction artistique en général peuvent clairement diviser
  • Des nouveautés timides, hormis les Grands Souterrains
  • Peu pensé pour les personnes qui avaient déjà joué à Diamant et Perle
  • Le manque de défis pour les personnes les plus expérimentées
  • Nintendo-Difference

    par Klaus

    le 23 juillet 2022 18:00

Pokémon Versions Diamant et Perle étaient les premiers jeux principaux de la série à sortir sur Nintendo DS et occupent une place très importante dans le cœur d’un grand nombre de personnes. Beaucoup ont grandi avec Pokémon et ont découvert Diamant et Perle à un âge, au début du collège par exemple, où l’on peut être très facilement émerveillé par un jeu vidéo offrant une grande aventure. Forcément, après une dizaine d’années, les demandes au sujet d’un remake de ces épisodes en particulier s’accumulaient, et de nombreux fans s’impatientaient de pouvoir redécouvrir la région de Sinnoh sur une nouvelle console.

Finalement, c’est le 26 février 2021 que des remakes de Diamant et Perle ont été annoncés officiellement par The Pokémon Company. Mais dès l’annonce, ces remakes avaient de quoi diviser, non seulement par leur aspect artistique, mais aussi par rapport à une information qui pouvait paraître peu rassurante. Pour la première fois dans la série principale, Game Freak a laissé place à un autre studio pour le développement : ILCA (I Love Computer Art). Ainsi, en lançant les jeux, on nous précise qu’ils sont développés par ce studio et « d’après des jeux originaux de Game Freak ». Dès les premières images, on pouvait voir que la région de Sinnoh restait identique, de même pour l’histoire et les personnages, ce qui était également une première pour la série, puisque jusque-là, tous les remakes proposaient des nouveautés au niveau des avatars et de l’histoire, même en étant minimes. Tout au long de la communication autour des jeux, The Pokémon Company s’est concentré sur l’essentiel, en mettant bien sûr l’accent sur les nouvelles fonctionnalités, qui concernent donc uniquement le gameplay. Certaines paraissaient plutôt plaisantes, d’autres assez anecdotiques. Après la sortie des remakes, il a fallu cependant attendre plusieurs mois pour qu’elles soient toutes implémentées. « Sinnoh confirmed », oui, mais à quel prix ?


On prend les mêmes et on ne recommence pas trop

 

En ayant déjà joué aux jeux d’origine, on se rend très vite compte que Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante sont des remakes fidèles. Tout est là, mis à part le double écran et les graphismes 2D, et force est de constater que la prise en main est tout de suite agréable. ILCA a reproduit et respecté l’essentiel, tout en incorporant une partie des nouveautés mises en place par Game Freak dans les autres jeux principaux Pokémon sortis après Diamant et Perle. Par exemple, le partage de l’expérience entre les Pokémon présents dans l’équipe est obligatoire, et il n’est pas possible de le désactiver. Les Pokémon gagnent donc rapidement en niveaux et deviennent vite plus forts, ce qui soulève forcément quelques inquiétudes quant à la facilité de l’aventure. Les combats contre les Dresseurs où l’on arrive à vaincre chaque Pokémon en une seule attaque peuvent vite s’enchaîner après l’obtention du premier Badge. Pour trouver un semblant de difficulté, il faut parfois s’imposer des restrictions – on pense forcément au Nuzlocke Challenge qui demande notamment de ne plus utiliser un Pokémon s’il a été mis K.O. et de capturer uniquement le premier Pokémon que l’on rencontre lorsque l’on visite une nouvelle zone.

Le partage de l’expérience a tout de même ses avantages. Pokémon Versions Diamant et Perle sont des jeux qui datent maintenant de plus de 10 ans, et à cette époque, on pouvait encore passer du temps, parfois beaucoup, à entraîner les Pokémon pour augmenter leurs niveaux en enchaînant encore et encore les combats contre les Pokémon sauvages. Le Multi Exp pouvait aider, mais il se limitait à un seul Pokémon. Les remakes sont donc idéaux pour les personnes qui ne peuvent pas passer trop de temps sur un jeu vidéo, mais le partage d’expérience a aussi l’avantage de pouvoir entraîner bien plus de Pokémon, et faciliter ainsi le remplissage du Pokédex en faisant évoluer les Pokémon plus rapidement. De même, cette nouveauté introduite dans X et Y sur 3DS rend plus facile les évolutions qui fonctionnent avec le niveau de bonheur des Pokémon. On peut ainsi changer régulièrement d’équipe et s’attacher un peu plus aux Pokémon que l’on attrape, sans les laisser éternellement dans les Boîtes PC. Par ailleurs, comme ce fut le cas dans Let’s Go, Pikachu & Évoli puis Épée et Bouclier, les Boîtes PC sont maintenant accessibles partout. Cela soulève encore la question de la facilité qui est encore plus grande, mais cette « nouveauté » est dans tous les cas très pratique pour mieux gérer notre élevage de Pokémon.

 

 

Même s’il y a des changements et quelques nouveautés que l’on remarque tout de suite avec ces remakes, il y a un point important qu’il faut noter, surtout pour les personnes qui avaient déjà joué aux jeux d’origine. Contrairement aux remakes précédents, Diamant Étincelant et Perle Scintillante conservent l’histoire, les personnages et les lieux d’origine. À ces niveaux, seul « l’habillage » change, puisque tout est désormais en 3D. La mise en scène pour les parties dédiées à l’histoire reste identique, avec l’ajout de quelques changements de caméra pour les saynètes les plus importantes. Comme dans les jeux d’origine, l’aventure consiste donc à incarner une jeune Dresseuse ou un jeune Dresseur (toujours Aurore et Louka pour leur nom de base, chacun d’eux gardant d’ailleurs l’apparence qu’ils avaient il y a plus de 10 ans) qui partira à l’aventure dans la région de Sinnoh après avoir obtenu le Pokédex de la part du Professeur Sorbier. Diamant et Perle étaient donc des RPG classiques, où l’on enchaîne les combats contre les Dresseurs et les Champions d’Arène pour gagner les huit Badges et enfin affronter la Ligue pour devenir Maître Pokémon.

Ici, le groupe maléfique dont il faut déjouer les plans est la Team Galaxie, et les Pokémon légendaires emblématiques sont Dialga pour Diamant et Palkia pour Perle. Tout au long de l’aventure, on tombe souvent sur René, notre rival et ami d’enfance, et on est parfois amené à aider des Dresseurs dans certains lieux en combattant à leurs côtés. Strictement rien ne change dans les remakes, et même si dans les anciens remakes, les nouveautés au niveau de l’intrigue et des personnages restaient minimes, il y avait tout de même quelques modifications bienvenues. Par exemple, dans Rubis Oméga et Saphir Alpha, il y avait les Méga-Évolutions, les nouvelles apparences d’Arthur et Max, Primo-Kyogre et Primo-Groudon, l’Épisode Delta… Dans Diamant Étincelant et Perle Scintillante, il n’y a pas de nouveautés similaires, ce qui s’explique certainement par le fait que Game Freak n’a pas participé au développement, malgré l’implication de Junichi Masuda.

 

 

Quelques nouveautés sympathiques

 

L’absence de nouveautés similaires aux précédents remakes est regrettable, mais cela ne signifie pas que Diamant Étincelant et Perle Scintillante n’ont rien de plus à offrir que les jeux d’origine. Par exemple, assez tôt dans l’aventure, une nouveauté se débloque : les Pokémon de notre équipe qui peuvent se promener derrière nous. Il était déjà possible de le faire dans les Versions Or HeartGold et Argent SoulSilver, ainsi que Let’s Go, Pikachu & Évoli, mais dans Diamant et Perle sur DS, cela n’était pas possible. Cela ajoute un peu plus de gaieté à l’aventure, et on peut bien sûr toujours passer au Square Paisible d’Unionpolis, avec cette fois-ci la possibilité d’amener plusieurs Pokémon. En parlant d’Unionpolis, les Concours sont bien évidemment de retour. On nous avait promis encore plus d’interactions, mais malheureusement, les Super Concours, devenus Super Show Concours, restent assez limités. Il est amusant d’entraîner ses Pokémon pour chaque catégorie et de les faire participer à la danse en rythme, de passer du temps à personnaliser les Capsule Balls pour obtenir de meilleurs résultats, mais on aurait aimé un peu plus de variété au niveau des activités présentes.

Bien évidemment, les Poffins sont toujours là et permettent d’améliorer encore les conditions des Pokémon comme le Sang-froid, la Robustesse ou la Grâce, ce qui est donc idéal pour les Super Show Concours. On peut désormais également préparer des Poffins dans le Square Paisible en plus de la Poffinerie. La nouvelle façon de préparer des Poffins n’est pas si différente par rapport aux jeux d’origine, mais elle peut être assez difficile à prendre en main au début. En parlant de fonctionnalités de retour, les développeurs ont réussi à implémenter la Pokémontre, ce qui aurait pu être fastidieux, étant donné qu’elle était réservée à un seul écran entier. Les mêmes applications sont disponibles, mais malheureusement, pour celles qui fonctionnaient de pair avec l’écran du haut, dont le Radar à Objet, l’ergonomie est perfectible. Pour les personnes qui utilisaient souvent cette application dans les jeux d’origine peuvent donc être déçues face à son implémentation qui n’est pas très réussie dans les remakes, même si dans tous les cas, elle reste fonctionnelle et permet toujours de trouver les objets invisibles.

 

 

En ce qui concerne les Capsule Balls, cette possibilité réservée à Diamant et Perle a été améliorée dans les remakes, avec encore plus de possibilités et de meilleures animations. Toutefois, il est regrettable que l’écran tactile ne puisse pas être utilisé pour décorer les Capsule Balls. Il reste compatible, mais de façon limitée, par exemple pour nettoyer les Badges. Au niveau des fonctions multijoueur en local et en ligne, la Salle Union est là pour combattre, communiquer et échanger des Pokémon avec d’autres joueurs. D’autres nouveautés coïncident avec ce qui a été introduit dans les derniers jeux de la série, comme la possibilité de changer la tenue pour notre personnage. Cela reste cependant assez limité, puisque les tenues ne sont pas très variées. Depuis mars 2022, soit plusieurs mois après la sortie des remakes, la Station MEM est arrivée via une mise à jour gratuite. Il s’agit de la Station Mondiale d’Échanges Miracle, accessible à Féli-Cité, qui remplace la Global Trade Station et qui permet, comme dans les jeux principaux de la série depuis X et Y (sauf Let’s Go, Évoli & Pikachu et Légendes Pokémon : Arceus), d’échanger des Pokémon au hasard avec des personnes du monde entier via Internet. La personne qui recevra notre Pokémon ne saura pas à l’avance quel Pokémon elle recevra, et vice versa. Cette possibilité est intéressante, d’autant plus que l’on peut aussi choisir un endroit sur le globe terrestre et recevoir des récompenses après avoir rempli un certain nombre d’icônes sur le globe.

Finalement, la plus grande nouveauté de ces remakes, c’est bien la modification du Souterrain. Dans Diamant Étincelant et Perle Scintillante, on appelle cela les Grands Souterrains, et ce n’est pas pour rien. Après avoir obtenu l’Explorakit (assez tôt dans l’aventure), on peut donc se rendre dans le Souterrain de Sinnoh pour déterrer des trésors comme des fossiles de Pokémon. Mais cette fois-ci, il y a plus de possibilités. En plus de pouvoir bâtir notre propre Base Secrète, avec la possibilité de l’installer à d’autres endroits à condition d’avoir le bon objet et de la décorer avec ce que l’on trouve en déterrant des trésors, on peut désormais trouver de nombreux Pokémon dans des cachettes. Ces dernières sont assez variées et comportent des Pokémon que l’on peut trouver uniquement en leur sein. Il est même possible d’explorer les Grands Souterrains avec d’autres personnes en local et en ligne. De plus, après avoir trouvé suffisamment de Taupiqueur et de Triopikeur, les récompenses deviennent plus importantes en déterrant des trésors, et la possibilité de rencontrer des Pokémon rares et chromatiques est augmentée. Si l’on en veut, on conseille surtout d’explorer les Grands Souterrains en ligne. Ils servent aussi à pouvoir trouver Spiritomb, en discutant avec plusieurs PNJ que l’on trouve un peu partout. Ils doivent cependant tous êtres différents, et pour cela, il faut explorer régulièrement les Grands Souterrains, et le faire à partir des différents lieux de Sinnoh.

 

 

L’après-Ligue

 

Si Diamant et Perle étaient aussi appréciés à l’époque, c’est aussi parce qu’après la fin de l’aventure principale, de nombreuses activités supplémentaires étaient proposées. C’est bien sûr aussi le cas dans les remakes. On peut donc, sans ordre particulier, partir à la recherche des Pokémon légendaires et se rendre au Parc des Combats où se trouve la Tour de Combat qui propose deux types de batailles différents, à savoir les Combats Solo et les Combats Duo qui demandent de respecter certaines règles. Il suffit de les enchaîner pour augmenter notre rang et ainsi obtenir un maximum de Points de Combat, qui pourront être ensuite échangés contre des objets rares et uniquement disponibles via la Service d’Échange. Il est aussi possible d’explorer les autres aires autour de l’Aire de Combat, permettant de trouver encore plus de Dresseurs à affronter et de Pokémon à capturer, et ainsi remplir le Pokédex National (qui s’obtient comme d’habitude après avoir rempli le Pokédex de Sinnoh).

En parlant de la recherche de nouveaux Pokémon, il y a aussi les Pokémon fabuleux Arceus, Darkrai, Shaymin, Manaphy et Fione. En dehors d’Arceus, tous ces Pokémon sont réservés à des événements limités dans le temps. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’obtenir les moyens permettant d’avoir Darkrai, Shaymin, Manaphy (et donc Fione vu qu’il faut avoir impérativement Manaphy pour pouvoir avoir un Œuf de Fione). Cette limitation existait déjà dans les jeux d’origine. Cependant, en ce qui concerne Arceus, il y a une nouveauté. Il n’y a aucune limitation dans le temps et le Pokémon ne fait pas partie d’un événement. Pour l’obtenir, il faut obligatoirement une sauvegarde de Légendes Pokémon : Arceus sur la même Switch, où l’on a terminé toutes les missions principales de l’aventure. Une fois toutes les conditions réunies, on recevra dans Diamant Étincelant et Perle Scintillante la Flûte Azur, uniquement après avoir fait l’entrée au Panthéon et obtenu le Pokédex national, que l’on devra utiliser aux Colonnes Lances au sommet du Mont Couronné afin de rencontrer Arceus, le combattre et l’attraper. Il y a également deux autres Pokémon fabuleux que l’on peut obtenir sans que cela soit limité dans le temps. À Floraville, un Gentleman offre Jirachi si l’on possède une sauvegarde d’Épée ou Bouclier, et une Mondaine donne Mew avec une sauvegarde de Let’s Go, Pikachu ou Évoli. Il est regrettable de constater que ces remakes ne font pas de lien avec Légendes Pokémon : Arceus en dehors de la possibilité d’avoir Arceus. Il aurait été intéressant par exemple d’au moins pouvoir transférer des formes de Pokémon exclusives à la région de Hisui vers les remakes de Diamant et Perle, et des liens scénaristiques, même minimes.

 

 

Il y a une autre nouveauté importante ajoutée dans les remakes, que l’on trouve seulement après la Ligue : le Parc Rugosa. Ce nouveau lieu remplace en réalité le Parc des Amis. Dans les jeux d’origine, ce parc servait à transférer des Pokémon venant des Versions Rubis, Saphir, Émeraude, Rouge Feu et Vert Feuille. Étant donné qu’il existe Poké Transfert, Banque Pokémon et Pokémon HOME désormais, le Parc des Amis n’aurait eu aucune utilité dans les remakes. Pour le remplacer, le Parc Rugosa a été créé. Accessible seulement après avoir terminé l’aventure principale, ce lieu permet d’explorer plusieurs grottes, chacune avec une salle où il faut déposer une tablette sur un socle, correspondant à un Pokémon légendaire en particulier. Ces tablettes sont des Éclats Étranges que l’on peut trouver en creusant dans les murs des Grands Souterrains. Pour les trouver, il est recommandé, après s’être rendu au parc, d’explorer les Grands Souterrains à plusieurs, puisque l’on peut plus facilement trouver des Taupiqueur et des Triopikeur permettant par la suite d’augmenter l’apparition des objets rares dans les excavations.

Les différences entre les deux jeux sont, comme dans les versions d’origine, assez minimes. Elles se limitent à des Pokémon présents dans une version mais pas dans l’autre, et vice versa. Puisque l’on parle du Parc Rugosa, on trouve uniquement Raikou, Entei, Suicune et Ho-Oh dans Diamant Étincelant, et Artikodin, Électhor, Sulfura et Lugia dans Perle Scintillante. Par ailleurs, c’est aussi ici que l’on remarque bien qu’il est regrettable que ces remakes se limitent seulement aux Pokémon de la quatrième génération, alors qu’il aurait été intéressant, comme dans les autres remakes (hormis Let’s Go, Pikachu et Évoli), de pouvoir voir des Pokémon et formes alternatives d’autres générations.

 

 

Ce que l’on retient de l’aventure

 

Diamant Étincelant et Perle Scintillante sont donc des remakes très fidèles, mais imparfaits, et timides en termes de réelles nouveautés. On regrette également l’absence des nouveautés de Pokémon Version Platine, dont la grande Zone de Combat, qui restera donc réservée à ce jeu et aux remakes d’Or et Argent. On peut aussi citer l’absence du Monde Distorsion, dont on pouvait imaginer l’ajout de façon similaire à l’Épisode Delta de Rubis Oméga et Saphir Alpha. De même, Hélio aurait pu avoir un rôle plus important. Finalement, il faut donc se contenter du développement auquel il a pu avoir droit dans d’autres œuvres liées à la franchise, comme Pokémon Masters, l’anime et le manga, même si en l’occurrence, on s’écarte de l’histoire de la série principale.

L’aventure est, certes, plus agréable grâce aux quelques nouveautés et l’implémentation de fonctionnalités introduites dans les derniers jeux de la série comme, en plus du partage de l’expérience, les capacités secrètes (Surf, Force…) qui sont accessibles partout grâce à une application de la Pokémontre, sans que l’on soit obligé de les apprendre aux Pokémon pour pouvoir surmonter des obstacles dans la région de Sinnoh. Toutefois, il y a une attaque qui reste nécessaire pour pouvoir avancer correctement dans certaines zones : Flash. Le partage de l’expérience impossible à désactiver peut clairement poser problème pour les personnes qui aimeraient découvrir ou redécouvrir les jeux avec une bonne dose de difficulté.

 

 

Bien sûr, les Champions d’Arène et autres personnages importants sont plus difficiles à battre, mais on peut très facilement avoir plusieurs niveaux de plus que les autres Dresseurs, même les plus puissants, et donc les vaincre très vite. Il peut cependant y avoir un petit pic de difficulté à la Ligue Pokémon, ce qui est tout à fait normal puisque l’on atteint ici la fin de l’aventure. Mais là encore, si l’on a pris le temps d’explorer toute la région avec une équipe identique tout au long de l’épopée, on n’aura aucun mal à battre le Conseil 4. Il peut même être fastidieux d’attraper les Pokémon légendaires, puisque l’on peut très bien avoir plusieurs niveaux de plus et donc les mettre K.O. sans le vouloir. Bien sûr, pour éviter ça, on peut se préparer avec des Pokémon qui utilisent des capacités donnant des altérations de statut ou qui ont par exemple l’attaque Faux-Chage.

D’un point de vue technique, il n’y a pas grand-chose à reprocher à Diamant Étincelant et Perle Scintillante. Le parti pris artistique peut ne pas plaire à tout le monde, notamment compte tenu de son aspect légèrement minimaliste, y compris pour les graphismes des différents environnements, et du style des personnages qui se rapproche du chibi. Ce style reste justifié par le fait que Diamant Étincelant et Perle Scintillante ont été pensés pour être des remakes fidèles, et qu’avec la 3D, ILCA a simplement essayé de reproduire l’apparence d’origine des personnages dans un format correspondant à ce que l’on pourrait voir sur des supports modernes au lieu de la 2D. Dans tous les cas, beaucoup de personnes préféreront les jeux d’origine et leurs graphismes 2D, qui peuvent clairement avoir plus de charme. Même si techniquement ces remakes sont corrects, il peut y avoir tout de même quelques ralentissements dans des zones où il y a plus d’éléments que d’habitude. Des bugs, désormais corrigés, avaient aussi été remarqués après la sortie. Il est possible que les développeurs n’aient pas eu assez de temps pour peaufiner les jeux, surtout quand on pense à l’ajout de la Station MEM qui s’est fait tardivement. Heureusement, les quelques défauts techniques restent assez secondaires et sont finalement peu gênants, mais juste assez pour être remarqués.

 

 

Au niveau des musiques, le compositeur Shota Kageyama était seul pour s’occuper des reprises de la bande originale d’origine pour les remakes. Ancien compositeur de Procyon Studio (la société de Yasunori Mitsuda), il a travaillé sur Luminous Arc, Or HeartGold, Argent SoulSilver, Noir, Blanc, Noir 2, Blanc 2, X et Y. Il a quitté Game Freak en 2014 pour fonder sa propre société de production musicale, Spica Musica, mais il travaille toujours sur la série puisqu’il a également œuvré sur Rubis Oméga, Saphir Alpha, Let’s Go, Pikachu & Évoli, Pokémon : Les Origines, Pokkén Tournament, Pokémon Duel et Pokémon Masters. Il a aussi travaillé sur l’arrangement de morceaux pour la série Super Smash Bros. depuis Brawl. Son travail sur les remakes de Diamant et Perle est très correct, mais on constate assez vite qu’il avait visiblement peu de moyens pour faire des reprises dignes de ce nom. Les différences avec les musiques d’origine ne sont pas si grandes, et seules certaines pistes des remakes sortent du lot. Il est difficile d’en vouloir à Kageyama, car on imagine très bien qu’il aurait voulu pouvoir apporter encore plus de soin aux musiques, avec plus de temps et plus de moyens. La nouvelle bande-son reste dans tous les cas très correcte et respecte bien l’OST d’origine. Pour les personnes qui sont vraiment attachées aux musiques originales, il est possible d’obtenir un objet permettant d’alterner entre l’OST d’origine et la nouvelle version après l’aventure principale.

Côté durée de vie, forcément, les remakes de Diamant et Perle peuvent se terminer bien plus vite que les jeux d’origine. Les Grands Souterrains peuvent toutefois ajouter beaucoup d’heures au compteur, mais dans toutes les autres parties du jeu, tout est plus facile ou tout va plus vite, comme l’ensemble des animations lors des combats. On s’amuse à penser par exemple aux barres des points de vie qui pouvaient diminuer lentement avec les Pokémon ayant beaucoup de PV. Nous avons une pensée particulière pour Leuphorie. Les remakes peuvent donc être finalement surtout intéressants pour compléter notre collection de Pokémon et si l’on veut absolument découvrir Sinnoh pour la première fois. Pour les personnes qui veulent redécouvrir les jeux, il est fort possible que le charme n’opère pas avec ces remakes, que ce soit pour leur direction artistique ou leur absence de nouveautés réellement intéressantes. Si l’on a beaucoup mangé de Sinnoh, que ce soit en recommençant encore et encore les parties sur les jeux d’origine ou Platine, ou en ayant sérieusement profité de l’aventure de Légendes Pokémon : Arceus et des différents événements organisés dans les épisodes dérivés de la série, jouer aux remakes de Diamant et Perle n’est pas vivement conseillé. Quant à la question du prix, si l’on ne compte pas passer du temps à entraîner les Pokémon, à chercher du chromatique ou à remplir entièrement le Pokédex National, il vaut mieux acheter Diamant Étincelant et Perle Scintillante au moindre prix.

 

LES COMMENTAIRES
Les prochaines sorties

18

AOU.

Cursed to Golf

Nintendo Switch - Action Aventure Sport - Thunderful Games - Chuhai Labs

18

AOU.

We Are OFK

Nintendo Switch - Aventure - Team OFK

25

AOU.

Idol Manager

Nintendo Switch - Simulation - PLAYISM - Glitch Pitch

26

AOU.

PAC-MAN WORLD Re-PAC

Nintendo Switch - Genre non défini - Bandai Namco Entertainment - Bandai Namco

30

AOU.

Dusk Diver 2

Nintendo Switch - Action - Idea Factory International - JERA Game Studio