Test Nintendo Switch de Legend of Mana

En résumé

  • Sorties :
  • 24 Juin 2021
  • 24 Juin 2021
  • 24 Juin 2021

L'avis de Chozo

Encore une fois, nous nous retrouvons face au retour d'un titre d'une génération bien antérieure qui fait envie, mais qui frustre par la faiblesse de sa mise au goût du jour. Bien trop brut pour les néophytes et bien trop timide pour les habitués de la saga, cette version HD de Legend of Mana devrait avoir du mal à trouver son public. Il en reste pourtant un titre bien audacieux pour son époque, aux charmes artistiques évidents, que tout fan de la saga devrait essayer pour découvrir un épisode pas comme les autres. Espérons que le tout nouvel opus récemment annoncé se soit mis une bonne vieille baffe de forain pour faire honneur à la série.

Les plus

  • Visuellement et musicalement toujours magnifique
  • Un épisode singulier, d'une grande richesse
  • Le côté bac à sable et monde ouvert grisant
  • La distinction pixel/HD gagnant en lisibilité
  • Traduction française top

Les moins

  • Faible en réels rajouts
  • Un challenge plutôt léger
  • Quelques mécaniques qui ont mal vieilli
  • Des combats hors boss plutôt répétitifs
  • Nintendo-Difference

    par Chozo

    le 1 septembre 2021 15:00

Ces derniers temps, la saga des Mana n’a de cesse de se voir déterrée. Alors qu’un nouvel épisode est visiblement enfin sur les rails, après Collection of Mana et le remake de Trials, c’est au tour du volet souvent mal aimé de se poser en mode HD, notamment sur Switch. Legend of Mana, bébé d’une flopée de grands noms du J-RPG, décontenançait son public lors de sa parution à la toute fin du siècle dernier sur la PlayStation originelle, avec son approche un tant soit peu décalée par rapport aux canons de la série. Si les nouveautés sont ultra chiches, force est de constater que la direction artistique magnifiée par ce lissage HD, la bande-son et l’aspect totalement enchanteur de l’œuvre font toujours mouche. Maître-créateur, le monde a encore besoin de toi.


Dans la vallée de Mana

Conséquence de l’embrasement de l’éminent Arbre Mana il y a plus de neuf cents ans, la terrible guerre du royaume de Fa’Diel opposant les clans des Sages, qui espéraient récupérer ce qui restait du pouvoir de la source de vie et de magie de l’arbre légendaire enfermé dans différentes reliques, a perduré dans l’histoire. Des siècles plus tard, alors que le pouvoir de l’Arbre commence franchement à battre de l’aile, et que la paix revient peu à peu, ces évènements se sont transformés en légendes folkloriques et n’intéressent plus vraiment le monde.

Cette contrée, Fa’Diel, est désormais à l’image de la mort lente de l’Arbre, avec ses étendues désertiques à perte de vue où subsistent de petits élans de survie humanoïdes, notamment le lieu de vie du personnage créé par le joueur en début de partie, une petite demeure bien isolée. Ce héros, ou héroïne, va rapidement, comme par hasard, mettre la main sur une des reliques du pouvoir Mana, renfermant la capacité fort utile de redonner naissance, sur la carte du monde, à un lieu jusque-là enseveli et abandonné.

God Game ?

La carte, élément central de la mécanique de Legend of Mana, est composée de cases représentant les différents lieux à régénérer à l’aide des reliques progressivement récupérées dans les donjons ou les villages. Elle est soumise à la pure liberté du Maître Créateur à forger son monde, dans lequel il pourra se déplacer à sa guise. Qui a parlé de monde ouvert ? Et c’est cet aspect de liberté totale qui a jadis déstabilisé les joueurs habitués à une aventure plus balisée et bien plus parsemée d’indications quant aux objectifs à atteindre. Ici, peu de directives, le monde se façonne au rythme de l’exploration dans les quatre chapitres de l’aventure et au bon vouloir de la main créatrice, presque divine, de l’utilisateur.

Le reste se présente sous la forme d’un RPG bien plus traditionnel, le joueur part à l’aventure, chope des reliques, achète des éléments améliorant les compétences, gagne en expérience, et, dans une mécanique Pokémonienne, s’allie à des créatures et les élève. Côté baston, le système coup/recharge est présent comme dans tout épisode de la saga, avec notamment des combats contre les boss qui font bien plaisir, malgré la redondance des joutes contre les ennemis plus classiques. Old-school, Legend of Mana l’est toujours, et on aurait aimé un peu plus d’audace dans la remasterisation autour de ce gameplay alternant entre bac à sable et RPG traditionnel.

Le minimum syndical

Par ailleurs, la durée de vie du jeu se voit rapidement gonflée par la palette de quêtes facultatives et le mini-jeu Ring Ring Land (permettant d’élever les créatures, les entrainer et les préparer au combat), une richesse à saluer qui compense la plutôt faible écriture de l’histoire de Legend of Mana, dont la narration est bien moins intéressante que les autres épisodes.

C’est dans la direction artistique que l’effort a surtout été produit en dehors d’une traduction française de qualité, puisque cette remasterisation allie personnages et objets animés en pixels à l’ancienne avec les seconds plans et décors immobiles en HD. Outre un rendu esthétique du plus bel effet, cette distinction entre éléments animés et les autres donne bien plus de lisibilité à l’ensemble, surtout dans les donjons. À cela s’ajoute la réorchestration de la magnifique bande-son de Legend of Mana composée par Yoko Shimomura. Malgré tout, le joueur peut réactiver la version originale sortie sur console 32 bits s’il le souhaite.

Autre nouveauté de ce titre, il est également possible de désactiver les combats hors boss ou de donner le contrôle des alliés à un second joueur rejoignant la partie. Ces légers rajouts, même s’ils sont bienvenus, ne font que démontrer la faiblesse des réelles nouveautés, notamment dans le dépoussiérage des mécaniques parfois bien datées. On aurait aimé plus, mais la paresse du remaster n’impacte pas le plaisir de parcourir une aventure certes déstabilisante, mais toujours très agréable pour la rétine et les oreilles. Ainsi, les trente heures nécessaires pour finir le jeu se savourent, mais avec ce sentiment de vide quant aux surprises d’un éventuel chapitre additionnel. Dommage.

LES COMMENTAIRES
Les prochaines sorties

23

SEP.

Diablo II : Resurrected

Nintendo Switch - Action Aventure RPG - Blizzard Entertainment - Vicarious Visions

28

SEP.

G-Darius HD

Nintendo Switch - Action Shoot them up - Taito - Taito M2

29

SEP.

Centipede : Recharged

Nintendo Switch - Shoot them up Action - Atari - SneakyBox Adamvision Studios