Test Nintendo Switch de Sakuna : Of Rice and Ruin

En résumé

  • Sorties :
  • 20 Novembre 2020
  • 10 Novembre 2020
  • 12 Novembre 2020

L'avis de Skyward

Sakuna : Of Rice and Ruin propose une expérience au potentiel intéressant, mêlant des phases de farm management et d’action/beat them all. L’univers est également esthétiquement fort plaisant, surtout pour les amateurs de la culture nippone, et l’humour n’est pas en reste. La partie farm management permet la prise en compte de très nombreux paramètres agricoles réalistes, et la partie action permet d’explorer une île riche en mystères. Malheureusement, ces deux dimensions du jeu souffrent du même défaut : un manque de diversité, de renouvellement et de fun à long terme, ce qui rend l’expérience rébarbative assez rapidement. Le jeu possède malgré tout une durée de vie plus que décente de 30 heures, pour un prix de 39,99 euros sur l’eShop, et peut plaire aux obsessionnels du farm management en manque de fraîcheur dans le genre.

Les plus

  • L’univers japonais
  • L’humour
  • L’originalité du double gameplay agriculture/combat
  • Un grand nombre de paramètres réalistes pour les phases agricoles

Les moins

  • Le côté rébarbatif
  • Les combats peu inspirés
  • Des phases de plateformes laborieuses
  • Nintendo-Difference

    par Skyward

    le 28 décembre 2020 18:42

Les jeux de farm management ont de nombreux fans, mais leurs développeurs proposent rarement des formules révolutionnaires, préférant perfectionner des mécanismes qui fonctionnent bien à coups d’influence rétro. Alors pour ceux qui sont à la recherche d’un jeu de ce genre, avec un twist marqué, et en bonus un univers en lien avec la culture japonaise, Sakuna : Of Rice and Ruin, développé par Edelweiss, pourrait bien faire l’affaire. Ce jeu mêle production de riz et baston dans un univers de dieux et démons nippons. Mais est-ce que proposer une formule inédite équivaut à faire un bon jeu ?

Princesse gâtée, déesse punie

Sakuna est une déesse de la moisson vivant une vie de luxe dans le monde des dieux. Elle possède un rang très élevé au sein de la noblesse divine, puisque c’est son existence et son influence qui permettent aux humains de produire le riz autant apprécié par les hommes que par les entités célestes. Malheureusement, alors qu’elle célèbre sa supériorité, un groupe incongru d’humains (samouraï à la masse, femme étrangère et trois jeunes enfants) traverse le pont reliant le monde des humains et celui des dieux pour trouver de quoi se sustenter. Et par la faute de Sakuna, ils brûlent accidentellement toutes les réserves de riz du palais céleste. Sakuna est alors punie pour ses caprices et son irresponsabilité. Elle est chargée de vivre avec les humains fautifs sur l’île de Hinoe remplie de démons, afin de la purifier et de lui rendre sa grâce divine. La force de Sakuna étant liée à la croissance du riz, pour pouvoir combattre efficacement les ennemis elle doit en parallèle produire elle-même des récoltes à la qualité incomparable.

Nature nippone

La direction artistique du jeu est intéressante, indéniablement d’inspiration nippone, avec des paysages aux airs d’estampes. Sakuna : Of Rice and Ruin utilise des visuels en trois dimensions pour les phases de farm management, et un scrolling en 2D pour les phases d’action/combat, ce qui lui donne un charme particulier. Musicalement, le jeu fait bon usage de mélodies folk d’inspiration japonaise, ce qui convient tout à fait à l’esprit du jeu.

Le riz, c’est plus compliqué que la physique quantique

Sakuna : Of Rice and Ruin comporte donc deux dimensions : la production agricole et le cassage de tronches de monstres locaux. En ce qui concerne la partie agro, on pourrait croire que le jeu est trop basique puisqu’on ne peut cultiver que du riz, mais le degré de précision des paramètres à prendre en compte pour sa croissance est plutôt impressionnant. Ainsi, Sakuna doit faire attention à l’espacement des pousses de riz lorsqu’elle les plante, au niveau et à la température de l’eau en fonction des saisons, aux pierres du terrain, à la présence de nuisibles et de mauvaises herbes.

Elle peut également générer de l’engrais en utilisant des ingrédients récoltés sur l’île, et la composition de cet engrais a une incidence sur les différentes dimensions qualitatives du riz post-récolte (saveur, texture, brillance…). Sakuna est responsable de préparer le sol, planter le riz, surveiller sa croissance, le récolter, le sécher et le transformer. Il faut préciser que la qualité du riz a des conséquences directes sur les compétences au combat de Sakuna, et que pour éviter de se faire exploser il vaut mieux s’appliquer. Le jeu comporte un cycle jour/nuit, qui a plutôt un impact sur les phases d’action, et un cycle de saisons qui affecte la production du riz.

Chaque saison se décompose en trois périodes, qui dans le jeu correspondent à trois jours, ce qui est peu. Une année passe donc très vite, et le joueur doit être capable de correctement anticiper les activités spécifiques à chaque saison pour éviter d’obtenir un riz médiocre. Sakuna débloque par ailleurs de nouveaux pouvoirs qui l’aident avec son activité agricole au fur et à mesure que son riz gagne en qualité. Enfin, Sakuna peut modifier la météo à l’envi pour optimiser sa production.

Malheureusement, il faut admettre que si l’inclusion de nombreux paramètres rendent la partie farm management plus complexe (sachant que l’on peut régler le niveau de difficulté), elle demeure extrêmement redondante, et après plusieurs années de cycles on finit par s’ennuyer un peu, faute de gros renouvellement.

Artisanat à la ferme

Sakuna se fait aider sur la ferme par les humains qui lui ont causé tant de soucis. Le samouraï l’aide en lui prodiguant des conseils sur le riz et la météo, la femme étrangère prépare les repas avec les ingrédients que Sakuna lui ramène, et les enfants l’aident avec l’amélioration de sa tenue et de ses armes. Enfin, tout ce petit monde peut être envoyé sur la map de l’île afin de ramasser des ingrédients.

Lapin démon

D’un point de vue action/combat, l’idée est d’explorer plusieurs sections de l’île afin d’y accomplir des défis et dans l’ensemble chasser les démons qui s’y complaisent. Le design des démons est loin d’être folichon, puisque dans l’ensemble ce sont des animaux maléfiques comme des lièvres, des sangliers ou… des huîtres ! Cet aspect du jeu se rapproche plus d’un beat them all puisque de nombreuses vagues d’ennemis bourrins tombent régulièrement sur Sakuna qui doit faire ce qu’elle peut pour les éliminer. Elle peut effectuer plusieurs combos en usant d’armes agricoles, ou de son châle divin. Des combos et capacités spéciales sont déblocables en cours d’aventure. Au début du jeu, il vaut mieux se cantonner aux combats de jour, puisque la nuit la puissance des monstres est démultipliée. Sakuna est bien évidemment chargée d’explorer les moindres recoins des secteurs qu’elle doit purifier afin d’y récolter des coffres et des trésors. L’exploration/purification de l’île est amusante, mais rapidement répétitive et, il faut l’admettre, laborieuse, puisque Sakuna n’est pas si simple à manier d’un point de vue plateforme. Une fois de plus, l’expérience, bien que sympathique, manque singulièrement de diversité.

LES COMMENTAIRES
Les prochaines sorties

21

JAN.

Shing!

Nintendo Switch - Beat them all - PixelHeart - Mass Creation

22

JAN.

Bladed Fury

Nintendo Switch - Action - PM Studios - NEXT Studios

22

JAN.

Gravity Heroes

Nintendo Switch - Action Plate-formes Shoot them up - PQube - Studica Solution Electric Monkeys

26

JAN.

Cyber Shadow

Nintendo Switch - Action Plate-formes - Yacht Club Games - Mechanical Head Studios

28

JAN.

Disjunction

Nintendo Switch - A-RPG - Sold Out - Ape Tribe Games