Turok Evolution

En résumé

  • Sorties :
  • 6 Septembre 2002
  • 1 Septembre 2002
  • Non renseignée

L'avis de Goonpay

Turok Evolution nous fait découvrir une autre vision pour cette série. Finie la 3D, place au scrolling :-) . Cet épisode est bien mieux que celui des consoles de salon !

Les plus

  • - Mieux que sur 128 bits !
  • - Un shoot correct

Les moins

  • Court
  • Les apparitions incessantes des ennemis
  • Nintendo-Difference

    par Goonpay

    le 1 mai 2006 22:00

Les critiques n’ont pas été très tendres envers
Turok Evolution version 128bits. Voyons voir s’il en est de même pour
la version portable !

Un peu d’histoire

La série Turok a une particularité, et c’est
peut-être çà qui a fait le succès de la série. En effet, l’histoire
mélange plusieurs ères. Vous dirigez un indien, Tal’Set, qui combat des
dinosaures à l’aide de mitraillettes, lance-flammes, laser, etc…
Difficile d’y croire et pourtant c’est bien vrai car n’oublions pas,
les jeux vidéos sont différents de la réalité !

Clarifions la situation ! Nous sommes en 1886, les cavaliers de Tobias
Bruckner déciment la tribu des indiens Saquin. Tous les indiens ont
péri, sauf un : Tal’Set ! Celui-ci provoque donc l’assassin dans un
duel à mort. Soudain, la porte d’un monde parallèle s’ouvre (non non ce
n’est pas Stargate ! 😛 ). Les 2 adversaires sont engloutis par cette
dernière. Tal’Set atterrit dans les Lost Lands et fait la rencontre de
Djunn, le plus grand guerrier de la tribu de la rivière qui accepte de
l’aider dans sa quête …

Pas grand chose à se mettre sous la dent …

Seul 2 modes sont disponibles, et que du très
classique : le 1 joueur et le 2 joueurs. Le mode 2 joueurs n’est rien
d’autre qu’une coopérative. On refait donc les niveaux mais à 2 cette
fois-ci. Le mode 1 joueur vous plonge dans l’aventure de Tal’Set et
Djunn composée de 5 mondes découpés en 4 niveaux. C’est bien trop peu
malheureusement car en une journée ou deux, on est déjà à la fin.
Néanmoins on ne s’ennuie pas une minute car l’action est, bien que
répétitive, loin d’être ennuyante. En effet, comme tout shoot’em-up, on
avance et on tire sans se poser de questions sauf que là, le niveau de
difficulté étant assez élevé, on recommence plusieurs fois le niveau
avant de repérer les endroits où il faut ralentir ou au contraire
accélérer. Cependant, si on est bien armé, on peut se lancer à l’assaut
sans grandes craintes.
Heureusement, les derniers niveaux de chaque monde cassent la
monotonie. Vous dirigez votre perso au premier plan qui doit se
débarrasser des ennemis venant de l’arrière-plan et cela à l’aide de
son viseur, un peu comme la vue sniper de CT Special Forces. A la fin
de ce genre de niveau, on atteint un boss qui est plutôt imposant et
destructeur. Plus on progresse, plus l’action est intense et les mondes
piégés. D’ailleurs, au début du jeu, on essaie d’économiser au maximum
ses munitions mais au fur et à mesure du jeu, on tire dans le tas sans
trop chercher à comprendre.

… mais plein pour s’en prendre dans les dents !

Parlons des armes justement puisqu’elles font parti
intégrante du soft et sans elles, le plaisir serait moindre 🙂 !
Nombreuses et jouissives, c’est le moins qu’on puisse dire ! Il y en a
9 au total, du petit calibre au très très gros. On commence avec un
pistolet genre Beretta et aussi une arme blanche (le tomahawk pour
Tal’Set et une sorte de lasseau-scie pour Djunn) puis on obtient assez
vite une mitraillette et un lance-roquettes, suivi d’un lance-flammes,
etc… Toutes les armes sont excellentes mais les chargeurs défilent
trop vite. Le fusil à pompe est impressionnant !

#row_end

Ca tire de partout !

Les ennemis apparaissent un peu partout, par des
trappes qui s’ouvrent sur le sol. C’est un peu bizarre mais au moins,
çà évite la monotonie et/ou la préparation des attaques car on peut se
faire surprendre à n’importe quel moment.

Les graphismes sont vraiment classes, ni trop sombres ni trop clairs
(de toute façon, vous pouvez régler le contraste dans les options).
Entre chaque level, une petite description vous fait part des
événements, dans un style BD/Manga des plus réussis. Le jeu est du même
acabit, on shoote un peu partout, les balles fusent dans tous les sens
sans broncher, les sprites sont très détaillés tout comme les décors
vraiment très travaillés. On reconnaît facilement chaque arme et l’on
apprécie tout particulièrement la roue des armes. Les explosions sont
très réussies !

2 types de niveaux sont présents : ceux où l’on avance vers la droite
afin de trouver la sortie et ceux menant au boss. Les 5 mondes que l’on
traverse sont très différents l’un de l’autre (du métro à la forteresse
de Lord Tyrannus en passant par la junge), et l’on s’amuse vraiment à
jouer les tireurs d’élite dans les “niveaux-boss”. Même avec beaucoup
d’ennemis à l’écran, le jeu reste parfaitement fluide et jouable !

La musique est du genre futuriste/rythmée changeant selon le monde. Par
exemple, dans le monde de la jungle, celle-ci a un petit côté tribu qui
joue du tam-tam. Les mélodies ne se répètent pas trop, on retient mieux
les bruitages qui sont un ton au-dessus et plutôt bien rendus.

No problemo !

Les touches du GBA sont très bien exploitées ce qui
est somme toute assez logique étant donné que l’on effectue très peu
d’actions. En effet, à part avancer, tirer, sauter et changer d’armes
il n’y a rien a faire d’autre.

Lors des phases avec viseur, on se demande parfois
si l’on vise vraiment dans les ennemis mais l’essentiel est là : on
s’éclate, c’est fun et c’est tant mieux !
Le seul petit reproche que l’on peut faire vient du fait qu’il est
impossible de tirer en continu tout en courrant. Lorsque l’on maintient
enfoncé le bouton B, on tire sans arrêt mais on ne peut pas courir donc
pour courir et tirer il faut inlassablement pressé le bouton. Il faut
aussi un léger temps d’adaptation pour tirer accroupi.

Conclusion

Turok Evolution n’est pas, contrairement à son
homologue 128 bits, un mauvais jeu. C’est un bon shoot avec quelques
défauts notamment au niveau de la durée de vie. Cependant, et même si
le genre ne plaît plus actuellement, on prend plaisir à finir le jeu.
Un bon moyen de se détendre vu qu’on peut déconnecter le cerveau :-P.

LES COMMENTAIRES
Les commentaires sont désactivés.
Les prochaines sorties

20

OCT.

Corpse Party

Nintendo Switch - Aventure - Marvelous Europe - Team GrisGris

26

OCT.

Shadow Corridor

Nintendo Switch - Aventure Survival-Horror - NIS America - Regista KazukiShiroma

28

OCT.

Okinawa Rush

Nintendo Switch - Beat them all Plate-formes Aventure - No Gravity Games - Sokaikan